Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Philippines : Un membre du gouvernement attaque en justice une blogueuse pour diffamation

La blogueuse Ella Ganda est sous la menace d'un procès en diffamation [tous les liens sont en anglais] suite à un billet rédigé en octobre 2009. Elle y avait affirmé que les aides destinées aux victimes du typhon restaient entassées dans un entrepôt gouvernemental appartenant au Département de l'Aide Sociale et du Développement (DSWD en anglais).

Les Philippines ont été touchées par une puissante tempête tropicale en septembre dernier, qui a entraîné le déplacement de 500 000 personnes pour la seule île de Luzon. Le gouvernement avait chargé le DSWD de la coordination de l'aide à l'échelle nationale. Le gouvernement ayant lancé un appel pour de nouveaux volontaires, Ella s'était rendue dans un entrepôt du DSWD pour aider au reconditionnement des aides.

L'information a été reprise par les médias nationaux. Les officiels du DSWD ont nié que l'agence stockait des aides mais ont admis un manque de volontaires. En réaction à l'article, la ministre du DSWD Esperanza Cabral (désormais secrétaire d'État à la Santé) a déclaré :

Nous souhaitons assurer à la population que les aides seront distribuées au fur et à mesure des besoins et seront utilisées dans l'unique but de les aider. Cependant, toutes les aides ne sont pas utilisées en même temps, et, autant un entrepôt vide n'est pas la preuve d'une bonne utilisation des aides, autant un entrepôt plein ne signifie pas que les aides sont stockées.

dswd

warehouse

Trois mois après son témoignage, Ella a été accusée de diffamation par le Bureau National d'Investigation (NBI en anglais). C'était une requête de la ministre Cabral pour qui Ella a sali sa réputation. La ministre Cabral et le NBI ont essayé de connaître la véritable identité d'Ella, afin qu'elle réponde aux accusations et soit soumise au détecteur de mensonges.

Ce n'est pas la première fois qu'un blogueur est poursuivi pour diffamation aux Philippines. Mais c'est la première fois qu'un membre du gouvernement, en coopération avec le NBI, attaque en justice un blogueur anonyme pour diffamation.

Quelles sont les réactions des blogueurs philippins ? La plupart soutiennent Ella.

FOO Law and Economics considère l’affaire sans fondements :

De mon point de vue pratique, je considère que les billets d'Ella entrent pleinement dans le cadre de la définition de la “bonne foi” selon la jurisprudence en matière de diffamation. Selon cette jurisprudence, la bonne foi est une défense suffisante si l'accusation de diffamation concerne une affaire publique.

Resurgence 2.0 prévient que la poursuite pour diffamation jette un froid parmi les blogueurs :

J’ai visité le blog au paroxysme de l’histoire. Il n‘y a rien de diffamant à ce sujet. La blogueuse n’a rien à gagner – si ce n’est une célébrité non souhaitée. La seule intention qu'elle ait pu avoir est de faire part de son inquiétude pour des gens qui ont faim, qui sont sans abri et sans vêtements et dont le gouvernement semble ne pas se soucier.
Cette histoire jette un froid chez les blogueurs. Les blogs – et les réseaux sociaux – tels qu’on les connaît aujourd'hui, sont le futur des médias. Le style n’est pas aussi formel que la presse écrite ou même la télé, mais il s’agit de la source d’information la plus rapide voire la mieux renseignée de nos jours.

Carlo's Think Pieces insiste : “Ce n’est pas de la diffamation, c’est la liberté d'expression.”

Ce que j’ai vu est le blog d’une citoyenne concernée par l'apparente lenteur de la distribution des aides aux victimes du typhon. Nulle part dans son billet elle a déclaré que les aides «pourrissaient» – le mot qu’elle a utilisée est inaalikabok (ce qui signifie «prendre la poussière»). Elle y dénonçait le manque de volontaires pour le réemballage, et a même suggéré que les ONG ou les militaires pourraient donner un coup de main. Elle n’a en aucun cas accusé de corruption la ministre ou le DSWD.
Je pense que la ministre Cabral outrepasse son autorité et prouve son arrogance en essayant de réduire au silence Ella et son blog. Son accusation n’a aucun fondement. Le blog d’Ella dit la vérité, et cela sans aucune malveillance. Ce n’est pas de la diffamation, c’est la liberté d’expression.

Barrio Siete partage une opinion similaire :

Premièrement, le billet en question, comme beaucoup de billets de blog, est une affaire d’opinion. Si une personne fait une déclaration qui est, comme le dit Cabral, contraire aux faits, ce n’est pas nécessairement diffamant. D'un autre côté, savoir si une déclaration est une affirmation ou une opinion dépend de la possibilité pour la personne de connaître les faits grâce à sa position.

Réagissant à l’affaire d’Ella, Technograph demande instamment aux blogueur de se tenir prêts à revenir sur leurs déclarations dans leurs blogs, et à faire des excuses s’ils se sont trompés.

Personnellement, je trouve maintenant les accusations qui pèsent sur «Ella Rose» moins crédibles. Si on croit le NBI, elle n’a jamais fait l'effort de faire confirmer ses déclarations, comme demander «une enquête du bureau du médiateur ou de n’importe quel service de police». Que Ella Rose réfute ou non les charges contre elle, rappelez-vous blogueurs, soyez prêts à revenir sur vos dires, et à vous excuser si vous vous êtes trompés !

Le journaliste Jigs Arquiza conseille à Ella de faire face aux charges :

A tous ceux qui ne comprennent pas vraiment mon idée et qui pensent qu’Ella n’est pas traitée correctement : c’est votre droit de vous ranger à ses côtés. Je ne dis pas que vous avez tous tort. Tout ce que je dis, c’est qu’une histoire a toujours plusieurs facettes. Ella n’a pas révélé tous les faits, n’a pas essayé d’obtenir certaines informations, n’a pas blogué de manière responsable, et se cache maintenant derrière la défense de «la liberté d’expression».
De nombreux blogueurs pensent pouvoir dire ce qu’ils veulent dans leurs blogs car ils sont anonymes. Et comme je l’ai dit, si Ella pense que son billet n’était pas malintentionné, alors elle devrait affronter les accusations qui pèsent sur elle.
C’est la chose que les blogueurs ne comprennent pas. Lorsque vous rendez publiques vos pensées, celles-ci ne sont désormais plus personnelles, bien au contraire elles font réagir.
C’est ce qui s’est produit. Ella a publié, Cabral s’est énervée, Ella devrait faire face aux conséquences. De toute façon, c’est à Cabral de prouver la malveillance, non ? Alors, de quoi Ella a-t-elle peur ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site