Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : Les motifs du départ de Google soulèvent de nouvelles questions

Cette revue de blogs a été publié le 23 janvier sur Global Voices en anglais.

[Les liens sont en chinois ou en anglais] Des millions d'internautes chinois se demandent ce qui s'est passé avec Google.
Sur le blog officiel de Google Chine en chinois, on peut lire ce billet daté du 19 janvier 2010, dont le titre est “Clarifier les fausses rumeurs” (澄清不实的传言) :

过去几天里,我们看到有很多关于谷歌中国以及谷歌员工的不真实的传言,一 些报道称我们已经关闭了在中国的办公室,还有一些报道称我们在中国的员工已经接到通知将于近期离职。这些都是不真实的。目前,谷歌中国的员工同过去一样在 办公室正常工作,讨论产品开发,与客户进行沟通。尽管谷歌总部管理层近期宣布他们将会在未来的几个星期与中国政府就一些事宜进行商讨,谷歌中国的员工们仍 在一如既往地努力向我们的用户和合作伙伴提供最好的产品和服务,用户和合作伙伴对谷歌是非常重要的

Il y a quelques jours des rumeurs ont couru affirmant que Google Chine allait fermer ses bureaux et licencier les employés. Ces rumeurs sont tout simplement infondées ! Actuellement, les employés de Google Chine travaillent normalement, ils  développent leurs produits, et ils sont en pleine négociation avec leurs clients. Effectivement, la direction générale de Google va dans les prochaines semaines entrer en pourparlers avec le gouvernement chinois afin de régler certains points, mais les employés de Google Chine continuent à servir les utilisateurs de Google de la manière la plus professionnelle possible, et de fournir à ses partenaires le meilleur de ses produits et services. Google accorde la plus grande importance à ses utilisateurs et à ses partenaires.

Le 12 janvier 2010, dans une mise à jour publiée sur son blog officiel en langue anglaise, Google avait annoncé sa volonté de ne plus censurer le contenu publié sur Google Chine. Certains ont interprété cette phrase comme une menace de se retirer du marché chinois si cela devenait nécessaire. La réaction des internautes chinois a été vive et rapide et tous ont soutenu la position de Google.
Cependant, les choses sont plus complexes que peut le penser le grand public. Les rumeurs sur l'intention de Google de se retirer du marché chinois ont d'abord fait le tour de l'internet. Puis toutes sortes d'interprétations et de points de vue sur son éventuel départ ont couru un peu partout ; la controverse demeure toujours d'actualité.
On rapporte qu'en janvier, Google était en train d'enquêter sur certains employés, susceptibles de se livrer à de l'espionnage au sein même de l'entreprise. Dans un article du 18 janvier 2010, Reuters fait état de l'information suivante :

D'après des informations de sources anonymes, publiées par un média local, certains employés de Google Chine se sont vus refuser l'accès aux réseaux internes de la société après le 13 janvier ; certains membres du personnel ont été mis en congé et  que d'autres ont été mutés vers d'autres bureaux de Google Asie/Pacifique.

Maintenant, regardons la version chinoise de la même dépêche,  largement citée et en circulation sur l'Internet chinois,  publiée le 16 janvier sur le site chinois Bullogger.com :

Google总部在声明退出中国之后,立刻取消了所有中国工程师访问Google代码服务器的权限。
他们都是在上班后发现服务器的home目录进不去了。事先根本没有通知

Lorsque Google a annoncé qu'il allait se retirer du marché chinois, sans attendre, on a interdit aux ingénieurs chinois d'avoir accès aux codes des serveurs de Google. Alors qu'ils commençaient leur journée de travail, ils se sont aperçus qu'ils ne pouvaient plus accéder au serveur de la page d'accueil. Évidemment, personne ne les avait informés.

如果Google是有预谋的撤离,为什么要采取这种手段?他完全可以让员工继续工作,做一些善后工作。为什么Google突然那么不信任中国这边的团队?

Si Google avait prévu de se retirer, pourquoi se sont-ils précipités de la sorte ? Ils auraient pu laisser le personnel chinois en place et travailler afin qu'ils puissent procéder à la succession. Pourquoi Google a t-il eu des doutes sur son équipe établie en Chine ?

唯一的原因就是,Google内部的技术人员中被安插了党的特务(就在Google上海办公处)事实真相就是,这个人在受到党的派遣,应聘Google成功之后,就把Gmail的关键代码down下来然后上交给了组织。而这个组织破解gmail系统的目的就是为了获取“人权团体”的邮件,这些在Google官方的声明都有

La seule et unique raison est que certains techniciens ont été placés par le Parti afin de remplir une mission spéciale (dans les bureaux de Google Shanghai). En fait, ces personnes ont reçu les instructions du Parti. Après leur embauche par Google, ils devaient décoder l'accès à Gmail puis communiquer ces codes aux autorités chinoises. Le but des autorités était de pénétrer le système de la messagerie Gmail afin d'avoir accès aux correspondances des défenseurs des droits de l'homme. Il y a toutes sortes de déclarations officielles sur le sujet de la part de Google.

这样一来会暴露gmail系统的所有漏洞,而且Google官方不能承认这个事情,否则他在国际上的声誉会大受影响。特工这次的窃密行动,使Google有面临全面破产的危险(Google官方博客也说了,牵涉到知识产权的问题),说白了,再在中国呆下去,可能要威胁到整个公司的生存,所以才如此仓促的把中国部门的一切工作全部停掉

Avoir accès aux codes de Gmail démontrait la faille du système. Et Google ne pouvait admettre cette faille. En effet, admettre cette faille aurait pu endommager la réputation mondialement reconnue de sécurité de Google et de Gmail. Se rendant compte que le service d'espionnage chinois avait pu découvrir des informations secrètes, Google s'est trouvé confronté de toutes parts au risque de faillite (c'est ce qu'affirme Google sur son site officiel, à propos des droits de propriété intellectuelle). Pour faire court, en continuant à opérer comme ceci en Chine, l'existence de l'entreprise aurait pu être toute entière menacée. La seule solution pour Google était alors de se retirer sans délai et d'arrêter toute exploitation de son entreprise en Chine.

Le billet parle un peu plus loin de trois espions, tous membres du Parti. Beaucoup de commentaires sur ce billet trouvent qu'il s'agit de rumeurs ridicules et sensationnalistes.
Une décision rationnelle
Sur le site boxun.com, un journaliste a regroupé une liste de problèmes que Google a rencontré depuis  son installation en Chine :

2006年2月 牌照门
2006年11月 辞职门
2007年2月 地图门
2007年4月 词库门
2007年5月 抄袭门
2007年6月 报告门
2007年7月 流氓软件门
2007年8月 恶搞门
2007年10月 税务门
2008年3月 抄袭门2.0
2008年3月 漏税门
2008年6月 捐款门
2008年6月 泄密门
2008年11月 广告门
2009年1月 低俗门
2009年4月 低俗门2.0
2009年6月 涉黄门
2009年10月 版权门
2009年12月 涉黄门2.0

Voici la traduction partielle :

Février 2007 : sur Google Maps, une ville chinoise a été appelée par le nom utilisé sous  l'occupation japonaise.
Janvier 2009 : Google a été critiqué pour avoir tenu des propos vulgaires.
Octobre 2009 : Google est accusé d'avoir violé la législation sur les droits d'auteurs.
Juin 2009 : Google est surpris en train de diffuser des contenus pornographiques.

试想,有哪一个跨国公司架得住如此频繁的折腾?据统计Google在中国的收入大概是其全球总收入的1%,即使退出中国市场也不影响Google的整体业绩,损失不大,丢脸的是中共独裁政府。

Quand on y pense. Quelle multinationale peut continuer à avoir fréquemment autant de problèmes ? Selon les études de Google, Google-Chine ne représente que 1 % de son chiffre d'affaires mondial. Se retirer du marché chinois n'affecterait que très peu les performances commerciales de l'entreprise. Les pertes ne seraient que moindres, alors que le gouvernement chinois, sous la houlette de la dictature du Parti communiste perdrait, lui, la face.
Par conséquent, certaines personnes en sont venues à penser que la menace de se retirer de la Chine est juste un prétexte pour dissimuler son échec commercial.

Le blogger Yemingzhu ( 夜明猪) voit aussi dans le risque pris par Google de quitter la Chine rien d'autre qu'un faux-fuyant pour dissimuler son échec.

另一种说法是谷歌退出中国,采取这样高调的方式是为了掩饰其在中国的商业失败,从数据上讲,谷歌在中国是属于典型的叫好不叫座,赢得美誉度,没有得到实惠,还投入巨大的成本,从商业上讲,对股东要有交代,退出不是不可以解释。

Voyons les choses autrement. Google, avec tambour et trompettes, annonce son retrait au marché chinois. Il dissimule tout simplement son échec commercial. Car selon les données, l'histoire de Google en Chine est un peu comme un film d'art et d'essai : il est très prisé des critiques mais boudé du public qui ne va pas le voir. Pour parler un langage affaires, Google gagne en réputation mais n'obtient en fait aucun profit financier, malgré son énorme investissement. Il doitrendre des comptes à ses actionnaires. Ce qui peut expliquer pourquoi il a été question pour lui de se retirer..

En Chine, Google est le second moteur de recherches avec 30 % du marché, alors que Baidu se taille la part du lion avec 60 %.
Ma Yun ( 马云 ) est le dirigeant de l'entreprise commerciale en ligne Alibaba.com. Il a des mots durs pour Google :

他说,谷歌在美国的成功是一种创业者精神的成功,是一种永不放弃的精神的成功。而进入中国市场后,则变成了以为可以用钱去改变市场,忽略了过去用脚踏实地、用梦想去改变别人的精神。

Google se vante que son succès aux États-Unis est en quelque sorte de son esprit d'entreprise, cet esprit d'entreprise qui a fait et fera la réussite de Google. Mais une fois sur le marché chinois, Google a retourné sa veste et a pensé qu'avec l'argent on pouvait transformer le marché. Il a complément mis de côté ce qui a fait la solidité de son assise, que c'est avec le rêve et l'espoir que l'on peut changer l'esprit des autres.

Ce blogueur pense aussi que le soutien de Yahoo à Google est une décision irréfléchie.
Gaoren ( 高仁 ), dans son billet sur le site chinois donnews.com, évoque l'hypothèse que le gouvernement américain pourrait être derrière la volonté du départ de Google.

Google是在中国政府的网络监察制度更严格的时候进入中国市场,希望在中国市场分得一羹。在中国政府的网络监察制度越 来越宽松的情况下退出市场,但站出来高调批评网络监察制度,这本身就是滑稽的,也是站不住脚的。至少表明Google和其声明中的道德是格格不入的。 Google只不过是利用政治作为撤出中国市场的遁词。

Google a pénétré le marché chinois alors que le gouvernement chinois supervisait d'une manière encore plus rigoureuse tout le réseau internet. Il espérait ainsi gagner le pactole en s'installant en Chine. Depuis, le gouvernement supervise l'internet d'une manière plus relâchée. Et c'est là que Google veut se retirer. Et il va même jusqu'à se lever en hurlant à tue-tête des critiques contre le système de contrôle de l'internet. Tout ça a bien l'air d'une comédie, et ne vaut pas grand chose. Au moins, on comprend que ce que fait Google est tout à fait incompatible avec ses discours sur la morale. La conduite de Google n'est qu'un subterfuge politique pour quitter la Chine.

按照Google自己的高调标准,Google本身是一个高举道德大旗的魔鬼。2008年印度22岁的IT专业人士 Rahul Krishnakumar Vaid因为在Orkut网站写下“我恨索尼娅甘地(I hate Sonia Gandhi)”而遭逮捕。 Orkut是Google在印度的一个社交网络网站。Google立即向印度警方提供了Vaid的Gmail电子邮件信息。

Selon ses propres standards grandiloquents, Google n'est qu'un diable portant un grand drapeau de hautes valeurs morales. En 2008, Rahul Krishnakumar Vaid, un Indien de 22 ans, spécialiste des techniques de l'Information et de la communication, a écrit sur le site Orkut.com ( réseau social et de discussion géré par Google ) : “Je hais Sonia Gandhi.” Il a été immédiatement arrêté. Google a tout de suite transmis le contenu de ses courriers sur  Gmail à la police.

2010年1月7号,国务卿希拉里.克林顿(Hillary Clinton)在国务院请吃饭。这是一场小规模的晚宴,规 模虽小,来客却都是通讯科技界的重量级人物。客人名单上有谷歌首席执行官埃里克.施密特(Eric Schmidt)、Twitter联合创始人杰克.多 尔西(Jack Dorsey)、微软首席研究与战略官克瑞格.蒙迪(Craig Mundie),以及Mobile Accord总裁James  Eberhard, Cisco的行销总裁Susan Bostron,纽约大学教授Clay Shirky, Personal个人民主组织创始人 Andrew Rasiej等。这是美国国务院利用信息技术来推进美国外交目标的努力的一部分。

没过几天,在2010年的1月12日Google就跳出来。Google是否在为美国政府的政治目的服务呢?大家拭目以待。如果Google成为美国政府的政治打手,那中国政府对其政治约束是完全必要和合理的。

Le 7 janvier 2010, la secrétaire d'État, Hillary Clinton, a organisé un petit banquet au département d'État américain. Le banquet semblait de moindre importance, en revanche, les invités étaient tous des grosses têtes du secteur informatique, des scientifiques et des techniciens. Parmi les noms on trouvait le directeur général de Google, Eric Schmidt, le fondateur de Twitter, Jack Dorsey, le directeur du département Recherches et Stratégie de Microsoft, Craig Mundie, le directeur général de Mobile Accord, James Eberhard, la directrice commerciale de Cisco, Susan Bostron, professeur de l'Université de New-York, Clay Shirky, le fondateur de Human Rights Group, Andrew Rasiej, etc… On voit comment le département d'État américain s'est tout simplement servi du secteur des NTIC pour  promouvoir la diplomatie américaine.
Quelque jours plus tard, Google jette l'éponge. Alors, est-il au service des intérêts du gouvernement américain ? Tout le monde est aux aguets. Si vraiment Google est l'homme de main du gouvernement américain, alors, le gouvernement chinois a agi avec raison et comme il devait le faire face à cette politique répressive.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site