Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Grèce : Les blogueurs réagissent avec virulence à la crise financière

C'est avec une émotion, une énergie et un sérieux hors du commun que les blogueurs ont réagi à la crise financière dans laquelle est plongée la Grèce – et par extension, la zone euro – et qui a atteint son apogée ce mois. Le gouvernement socialiste élu en octobre dernier a livré une bataille acharnée à l'intérieur comme à l'extérieur pour résister à une attaque supposée contre la monnaie et le pays par les spéculateurs (admise entre-temps par le président de l'eurogroupe), et aussi pour éviter de faire défaut sur la dette nationale.

Après l'annonce de sévères mesures d'austérité par le gouvernement fin janvier, suivie par une nouvelle vague de grèves et une déclaration floue de soutien par les leaders de l'UE (en anglais), comportant un “soutien technique” du FMI (en anglais), les ministres des finances de l'UE se sont réunis la semaine dernière pour imposer à la Grèce un délai serré en attendant d'autres mesures rigoureuses (en anglais).

Le photojournaliste citoyen Craig Wherlock, qui a suivi de près l'éruption de manifestations de ces dernières années en Grèce, a sombrement résumé les défis intérieurs auxquels est confronté le gouvernement Papandreou après le maigre soutien non budgétaire apporté par Bruxelles (en anglais) :

Les doutes subsistent toutefois sur la capacité d'Athènes à mettre en oeuvre des changements aussi radicaux au vu du ressentiment public massif qu'ils ont provoqué chez les syndicats de fonctionnaires du pays. Déjà les réformes proposées des systèmes de cotisations de retraite des policiers et des militaires ont été reportées devant l'opposition rencontrée.

De même, la capacité des services des impôts grecs notoirement corrompus à sévir contre l'évasion fiscale a été mise en doute par les Grecs familiarisés depuis longtemps avec les appels de ce genre des partis politiques de gauche comme de droite. Comme le disait un chauffeur de taxi pince-sans-rire de Thessalonique, sortir la Grèce du piège où elle se trouve en augmentant les impôts revient à écoper le Titanic avec une passoire.

A côté des grèves et des manifestations publiques, il y a aussi la crainte que l'agitation sociale montante ne déclenche une répétition de la révolte prolongée un mois durant qui a balayé le pays en décembre dernier à la suite de la mort d'un adolescent, qui aurait été abattu par la police au centre d'Athènes.

    Travailleurs migrants en grève générale à Athènes le 10 février – photo de Left~Lens sur flickr

Le blogueur politique Panos Zervas a rendu pleinement responsables les politiciens et leurs acolytes et partage les inquiétudes de Wherlock sur les possibles répercussions sociales de la crise :

Ειλικρινά ΔΕΝ νομίζω ότι αυτή ήταν η μοναδική μας εναλλακτική. Την έκανε μοναδική εναλλακτική η απίστευτη ανεπάρκεια του ηγετικού πολιτικού μας προσωπικού. Δυο κόμματα εξουσίας με επικεφαλής δυο κραυγαλέα ανεπαρκείς πριγκιπικούς κληρονόμους, οι οποίοι κουβαλάνε μαζί τους ένα απίστευτο σκυλολόι «ιδεολόγων» της αρπαχτής. Ένας ολόκληρος στρατός από γλύφτες, μετριότητες και απατεώνες του κοινού ποινικού δικαίου. Με τους ικανούς και ανιδιοτελείς ανθρώπους να έχουν εξοριστεί, δεκαετίες τώρα, από την πολιτική – γιατί πολύ απλά δεν υπάρχει χώρος γι’ αυτούς.

Τα θλιβερά κοράκια της εξουσίας δεν ήταν και δεν είναι σε θέση να σχεδιάσουν και να υλοποιήσουν πολιτικές εξόδου από την κρίση, χωρίς να γίνει ο τόπος μας Γης Μαδιάμ. Έντρομοι, ανίκανοι – και στο τέλος αδιάντροποι, θα κάνουν ό,τι τους υπαγορεύουν οι «απέξω».

Μόνο που αυτό που μας υπαγορεύουν / υποχρεώνουν οι «απέξω» θα οδηγήσει την Ελλάδα ολοταχώς στη δεκαετία του ’50. Και όταν οι εργαζόμενοι και η νεολαία αρχίσουν να το συνειδητοποιούν αυτό, μέσα από το αδιέξοδο και τη μαυρίλα που θα οδηγηθούν, τότε τα Δεκεμβριανά του 2008 θα μοιάζουν πια με χαρούμενες εκδρομές των προσκόπων, σε σύγκριση με αυτά που, αναπόφευκτα, θα συμβούν στις συνειδήσεις των ανθρώπων και στους δρόμους των πόλεων.

Je ne pense vraiment pas que ceci était notre seule alternative. Ce qui en a fait la seule alternative, c'est l'incroyable ineptie de notre direction civile. Deux partis qui s'échangent le pouvoir, conduits par deux princes héritiers d'une évidente incompétence, obérés par une incroyable bande d'“idéologues” de la corruption. Une armée entière de lèche-bottes, de médiocrités et de vulgaires escrocs. Et ceux qui sont capables et dévoués ont été exilés de la politique depuis des décennies, parce que tout simplement il n'y a pas de place pour eux.      

Les misérables vautours du pouvoir n'ont pas été et ne sont pas capables de concevoir et d'exécuter des programmes pour conduire le pays hors de la crise sans le réduire à la pagaille. Peureux, incompétents, et finalement sans vergogne, ils feront ce qu'on leur dictera “de l'extérieur”.

Seulement, ce qu'on dictera de l'extérieur ramènera la Grèce en arrière toute aux années 50. Et lorsque les ouvriers et les jeunes commenceront à s'en rendre compte, à travers l'impasse et l'austérité où on va les emmener, ils feront ressembler les émeutes de décembre 2008 à une aimable promenade de santé, comparées à ce qui se passera dans la tête des gens et dans les rues des villes.

Envisageant une issue à l'austérité, le journaliste – blogueur vétéran Andreas Panagopoulos a lancé un cri de ralliement pour la solidarité et l'action collective à travers l'Europe :

Αρκετά με την άμυνα… Αλλάζουμε και τους βουλιάζουμε! Κι αλλάζουμε μαζί με τους άλλους λαούς της Ευρώπης. Μέσα από Νέα, κοινά συνδικάτα και οργανώσεις. Με πρωτοβουλίες (και) μέσα από τα blogs, το twitter, το Facebook. Με κοινή, πανευρωπαϊκή αντίσταση απέναντι στους τραπεζίτες και τα φαντ. Ο μοναχικός δρόμος μας πάει στο γκρεμό. Αλλο δρόμο δεν έχουμε από τους κοινούς αγώνες!

resistencia – resistência – Résistance – resistenza

La défensive, ça suffit… Nous changeons et c'est eux que nous coulerons ! Et nous changeons en même temps que les autres peuples d'Europe. Par les média, les organisations et syndicats communs. Avec les initiatives (et) par les blogs, Twitter et Facebook. Avec une résistance commune, pan-européenne contre les banquiers et les fonds. Notre route solitaire nous mène au précipice. Il n'y a pas d'autre route que celle des luttes communes !      

resistencia – resistência – Résistance – resistenza

L'architecte et blogueur C. Alexacos, dans son blog intitulé “Citoyen”, voit quant à lui un défi et une solution d'une autre nature, appelant ses concitoyens à surmonter la mesquinerie et à faire un effort pour aider le gouvernement à faire traverser la crise au pays,

Μήπως αντί για τα συντεχνιακά και εγωιστικά μας θέλω, πρέπει να δούμε το “εμείς”; Μήπως ήρθε η ώρα για ένα νέο εθελοντισμό; Στα πρότυπα των Ολυμπιακών; Μήπως έτσι δείξουμε έμπρακτα στους εαυτούς μας και στους γύρω μας ποιοι είμαστε και τι θέλουμε.

Δεν προτείνω σε καμία περίπτωση την ακύρωση της όποιας αντιπολίτευσης ή κριτικής. Κάθε άλλο. Ο Παπανδρέου, καλώς ή κακώς, ηγείται μίας Εθνικής προσπάθειας. Μπορούμε να το αντιμετωπίσουμε με όρους Παναθηναϊκού-Ολυμπιακού, ή μπορούμε να βοηθήσουμε. Για 2, 3, 6 μήνες. Έχουν δίκιο όσοι λένε ότι πρόκειται για πόλεμο. Μένει να αποδειχθεί αν είμαστε εγωπαθείς μαυραγορίτες ή πολίτες με προοπτική.

Ne devrions-nous pas mettre de côté nos intérêts corporatistes et nos besoins égoïstes, pour mettre l'accent sur le “nous” ? Comme nous l'avons fait pour les Jeux Olympiques ? Pourrions-nous montrer à nous et à notre entourage qui nous sommes et ce que nous voulons de cette façon ? Je ne propose nullement de supprimer toute opposition ou critique ; au contraire. Papandreou, pour le meilleur ou pour le pire, est à la tête d'un effort National. Nous pouvons le traiter en termes de football, ou bien y contribuer. Pendant 2, 3, 6 mois. Ceux qui disent que nous sommes en guerre ont raison. Reste à savoir si nous sommes des égopathes du marché noir ou des citoyens doués d'une vision.

tandis que le blogueur Chris soutenait la nécessité d'imposer des mesures rigoureuses – prédisant même les mesures supplémentaires imposées par l'ECOFIN (en anglais) mais pestait contre l'impunité, exigeant la justice avant que des innocents soient appelés à assumer le fardeau, un thème également endossé par le vice-président grec  (en anglais) :

Σκληρά αλλά απαραίτητα τα μέτρα που εξαγγέλθηκαν απόψε από τον πρωθυπουργό. Δυστυχώς, ίσως να χρειαστούν και άλλα στο σημείο που φθάσανε τη χώρα ανίκανοι και κλέφτες, πολιτικοί κοι λαμόγια. Όσο όμως αυτοί οι ανίκανοι και κλέφτες δε πάνε φυλακή και δεν κατάσχονται τα κλεμένα τότε οποιοδήποτε μέτρο που απαιτεί έστω και ένα ευρό από αυτούς που δεν έφαγαν και δεν ψήφισαν ανίκανους θα είναι άδικο.

Les  mesures annoncées ce soir par le premier ministre sont rudes et cruelles. Malheureusement, des mesures complémentaires pourraient s'avérer nécessaires, au point où le pays a été amené par les incompétents et les voleurs, les politiciens et les escrocs. Tant que ces incompétents et ces voleurs n'iront pas en prison et que leur butin ne sera pas confisqué, toute mesure exigeant le moindre euro de ceux qui n'ont pas escroqué ou voté pour des incompétents sera injuste.

Un des plus anciens blogueurs grecs, le graphiste Arkoudos produit une couverture de pseudo-magazine plus ou moins régulier qui fait office de commentaire visuel sur les événements d'actualité . Le dernier “Point de Vue” montrait un mouton à moitié tondu avec pour légende “Dites, les électeurs : nous vous avons dit que vous ne payeriez pas et vous nous avez crus ?”

Les billets de blogs sur la crise ont été rares en général, car les blogueurs grecs sont sous le choc des effets potentiellement désastreux des développements à terme et du lourd battage médiatique, mais depuis la plus grande partie de la nouvelle année, Twitter bourdonne d'une frénésie de discours, d'analyses, de spéculations, de colère, de frustration et d'humour sauvage sur la “crise grecque”. Florilège de tweets :

Après un article du New York Times largement reproduit rapportant que le gouvernement conservateur Caramanlis avait subrepticement mis en gage des recettes futures d'infrastructures pour assurer le service de la dette, avec l'aide d'une firme de Wall Street connue pour son implication dans la débâcle des subprimes, l'utilisateur @Cyberela est arrivé à une conclusion désagréable :

Στα διόδια πληρώνω την Γκολντμαν Σακς!;!

Est-ce à Goldman-Sachs que je paye les péages !?!

Arkoudos médite avec amertume sur un marché conclu avec la France pour acquérir des frégates au milieu de la crise, apparemment en contrepartie d'un soutien diplomatique (en anglais) :

Μην πείτε τίποτα κακό για το ότι αγοράσαμε φρεγάτες σε καιρώ οικ κρίσης γιατί κάποιος θα βρεθεί να πείσει τους γείτονες να μας δείξουν γιατί

Ne dites pas de mal de l'achat des frégates en temps de crise financière, sinon il se trouvera quelqu'un pour convaincre nos voisins de nous montrer pourquoi il nous les faut

L'utilisateur Twitter @JoBlack, sardonique, compare les épisodes récents de triomphe et de chute de la Grèce,

Στα διεθνή πρωτοσέλιδα ζούμε ιστορικές στιγμές! Σαν το 2004. Απο την ανάποδη. Ωρα είναι να μας κατηγορήσουν οτι εμπλουτίζουμε και ουράνιο.

Nous écrivons l'Histoire à la une internationale ! Comme en 2004. Mais dans l'autre sens. La prochaine fois on nous accusera d'enrichir de l'uranium.

tandis que l'utilisateur @trianta  a ironisé sur l'étroite spécialisation de l'économie grecque contemporaine sur le secteur des services et de l'innovation technologique de pacotille, en faisant un jeu de mots sur la couleur emblématique du parti au pouvoir et les promesses de campagne d'une “économie verte” :

θα παράγουμε: πράσινες augmented reality πολιτισμικές, διατροφικές και τουριστικές υπηρεσίες :)

nous allons produire : des services de réalité augmentée verte culturels, culinaires et touristiques :)

Le blogueur Tom Tziros (@Argos_t) n'est pas du même avis que C. Alexacos sur qui est responsable au juste de la crise, vu que des gouvernements socialistes ont dirigé la Grèce pendant près de 20 ans,

@constantnos δεν συμφωνώ στο ότι η σημερινή κυβέρνηση δεν έχει καμία ευθύνη ενώ η σημερινή αντιπολίτευση ευθύνεται για όλα.

@constantnos je ne suis pas d'accord que le gouvernement actuel est sans reproche et que l'opposition actuelle porte toute la responsabilité

et compare les premiers ministres, louant malgré lui celui qui est en poste :

Πάντως οφείλω να παραδεχτώ οτι ο ΓΑΠ τουλάχιστον κινείται και προσπαθεί, δεν παίζει FIFA σπίτι του

Je dois au moins reconnaître que Papandreou agit et fait des efforts, au lieu de jouer [au foot en vidéo] chez lui

(L'ex-premier ministre Carmanlis, demi-reclus, avait la réputation d'un amateur invétéré de consoles vidéo.)

Jeune marié, Tom réprimande le gouvernement, non tant pour ne pas avoir essayé, mais pour avoir échoué à insuffler aux gens l'espoir que la crie puisse être surmontée. Dans un billet intitulé “Oh, quelle vie heureuse“, d'après une chanson de Theorodakis qu'aimait Andreas, l'homme d'Etat historique et père de Georges Papandreou, il raconte une rencontre de hasard dans la rue :

Περιμένοντας να ανάψει πράσινο παρατήρησα έναν συνταξιούχο που έστριβε από την Μπότσαρη στην Παπάφη τραγουδώντας φωναχτά το παρακάτω τραγούδι. Δεν ξέρω γιατί αλλά όλη την μέρα έβλεπα τα πάντα με αισιοδοξία. Αυτό χρειάζομαι. Μια μικρή ελπίδα. Όχι να μου κρύβουν την αλήθεια, αλλά να έχω κάτι να ελπίζω. Ώσπου να καταφέρουν να με κάνουν να αισθανθώ, έστω και προσωρινά, όπως το τραγούδι του Θεοδωράκη που τραγουδούσε ο συνταξιούχος, θα τους έχω γραμμένους.

Attendant que le feu passe au vert, j'ai remarqué un retraité qui chantait à haute voix la chanson suivante. Je ne sais pas pourquoi, mais toute la journée j'ai tout vu avec optimisme. Voilà ce qu'il me faut. Un petit espoir. Pas qu'on me cache la vérité, mais avoir quelque chose à espérer. Tant qu'ils ne réussiront pas à me faire sentir, même momentanément, comme la chanson de Theodorakis chantée par le retraité l'a fait, je me ficherai pas mal d'eux.

6 commentaires

  • Oh ! Quelle insolence !

    Ils n’ont pas la chance d’avoir nos respectables blogueurs français, qui hurleraient d’une seule voix pour le respect inconditionnel des institutions républicaines :)

    C’est la chienlit !

  • Croa

    Merci pour ces infos qui nous manquaient !

    Ceci dit je crains que ce ne soit comme chez nous : Quelques blogueurs clairvoyants et révoltés… Et une masse de beaufs manipulés par la télé et plus mobilisés pour le foot que pour leur avenir.

    Il doit bien exister un équivalent à TF1 en Grèce ? Non ?

    Alors ces blogs, vraiment une image juste de l’opinion profonde grecque ?

  • jac

    Que de mépris dans ce vocable de “beaufs !
    Personnellement, je vois beaucoup de personnes plutôt lucides mais déboussolées et manquer d’espoir.
    Si le médias officiels menaient campagne sur le sujet, on dirait aussitôt que la France, ou la Grèce, ou …, sont révoltées.
    L’hebdo Marianne par exemple ne comprend pas pourquoi les Grecs ne bougent pas eux non plus mais se garde bien de porter son interrogation à la Une. C’est tellement plus intéressant de s’attarder sur le cas de Frèche !
    Quand le 4ème pouvoir amuse la galerie, où sont les beaufs ?

  • Croa

    Merci, c’est bien ce que je craignais ! Les blogs représentent une minorité, comme chez nous.

    J’assume le vocable, désolé ! Sinon il y a plus concret : Imbéciles heureux ! Pas à plaindre donc puisque vivant par procuration, celle de leurs consommations et celle de l’équipe qui joue pour eux, à leur place en quelque sorte.

    Lucides ? Je doute… Déboussolés, pourquoi ? Pour un standing d’apparences qu’ils ont peur de perdre ou qu’ils n’auront jamais?

    En réalité ces gens ne se révolteront pas parce qu’ils n’ont pas conscience des vrais valeurs consistant à se construire sois-même et collectivement. Etant une image ils ne craignent rien, ou disons que cela ne dépends pas d’eux.

    Mais bon… Ce n’est peut-être pas un état définitif…

  • […] Grèce : Les blogueurs réagissent De même, la capacité des services des impôts grecs notoirement corrompus à sévir contre l'évasion fiscale a été mise en doute par les Grecs familiarisés depuis longtemps avec les appels de ce genre des partis politiques de gauche comme de droite. Comme le disait un chauffeur de taxi pince-sans-rire de Thessalonique, sortir la Grèce du piège où elle se trouve en augmentant les impôts revient à écoper le Titanic avec une passoire. A côté des grèves et des manifestations publiques, il y a aussi la crainte que l'agitation sociale montante ne déclenche une répétition de la révolte prolongée un mois durant qui a balayé le pays en décembre dernier à la suite de la mort d'un adolescent, qui aurait été abattu par la police au centre d'Athènes. periodicos αριστερα Europe: Grèce et autres problèmes, solutions? Goldman in Greece Blogs & Forum Ενημέρωσης [+] reddit unremorsefully anarchism Crise : comment éviter la rechute ? doucet politics borders human Κερατέα, Διόδια & Δεν Πληρώνω κυνήγι αττικα κατοικων à qui profite le crime barack Grece livre postale chypre P.Larrouturou et la réduction du temps de travail partage entretien rencontre Réformes financières que reste-t-il des États ? informent crépuscule trois Greece default goldman finance Bonnet d'âne aux agences de notation standard etats agence Crise grecque 2010 chemins peuple pouvoir Ellada grèce USA downgraded downgrade rating le trading avant et après traders kerviel United States drugs chris News & Bookmarking Dette prochain 2012&Friends disaster alien colleen Exploitation de la crise salarié le fric s'effrite mentalité bakchich Dette gouvernementale trésor grande Dette publique et déficits conjoncture Grece citoyens GFC origin: Debt Greed Hedging cause Zeitungen zürcher melbourne La perle de la dette grecque. pilori plume Analyse japonais La crise revient davos avertit Infos affaire délinquance #Fiscalité #Dette taxes publique Presse russian courrier russia Summaries and Analysis crisis russia News latest international Politique payer primes Crise Eurozone union perle passable EUROPE suisse Blogs λόγιος νεωτερα España chimérique periódico Spanisch online languages ACTU économique financière les grecs dans la rue divers moi home • contact • blog • fb • twitter to experience pearltrees activate javascript. […]

  • […] Grèce : Les blogueurs réagissent […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site