Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Égypte : Un blogueur traduit devant une cour martiale pour un billet publié il y a un an

AhmadMostafa.jpg

Pour la première fois en Égypte, un blogueur doit comparaitre devant un tribunal militaire à cause de ses écrits publiés en ligne. Ahmad Mostafa, un étudiant, a écrit l'article sur son blog Maza Asabak ya Watan (Qu'est-ce qui ne va pas avec toi mon pays?!) sur un étudiant de l'École de guerre, qui en avait été expulsé et sur son père, obligé de signer une déclaration disant: “Mon fils n'était pas capable de s'adapter à la vie militaire”.

D'après le blog de Mostafa, qui a cité seulement des membres de la famille de l'étudiant expulsé, un notable qui voulait que son fils entre dans cette école mais ne pouvait trouver de la place pour lui a manigancé et a réussi à faire expulser Mostafa pour placer son fils.

Le jeune blogueur a écrit le billet il y a un an, sous le titre: “Le scandale de l'école de guerre“. Il y a un mois, il a reçu une mise en garde de la police au sujet de ce billet, juste avant une visite du Président Hosni Moubarak au gouvernorat de Kafr El-Sheikh, où Mostafa vit et étudie. Le 25 février, il a été arrêté alors qu'il se rendait à l'université.

L’Association of Freedom of Thinking and Expression (Association pour la liberté de penser et d'expressions) a condamné cette arrestation et dénonce les charges qui ont conduit Mostafa devant une cour martiale:

Il a été amené devant le procureur militaire qui a décidé de le garder en prison pendant 4 jours pour reprendre l'enquête, et l'envoyer devant la cour martiale du Caire le 28 février 2010, en l'accusant de :

1. Diffamer l'armée égyptienne.

2. Jeter le doute de la population sur l'armée.

3. Publier de fausses informations.

La blogosphère égyptienne est entrée en effervescence, et tout particulièrement parce que le jeune homme n'a publié aucun mot sur les “l'armée égyptienne“. Zeinobia a écrit [en anglais] :

Je respecte bien l'armée et je pense que cet incident est très dangereux, particulièrement parce que, d'après ce que j'ai compris du billet de Mohamed Adel sur le sujet, les services secrets militaires y sont impliqués. D'un point de vue légal, Mustafa ne devait pas comparaitre devant une court martiale. En toute logique, il ne devait pas être poursuivi du tout parce qu'il n'a révélé aucun secret militaire.

En relisant le billet en question, le blogueur égyptien Cocy a trouvé un commentaire, publié le 26 janvier par un lecteur du nom de ‘Tamer’, menaçant Mostafa pour le billet mentionné ci-dessus.

Twitter a été le nouvel outil d'échange d'informations sur le blogueur arrêté. Mohamed Adel a publié l'information sur Twitter et suit cette affaire.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site