Colombie : Le Président encourage les citoyens à devenir informateurs de la police

A la fin du mois de janvier, le président Álvaro Uribe a souligné à plusieurs reprises l'importance de dénoncer les crimes violents [en espagnol]. Plus spécifiquement, il a appelé les étudiants des universités de Medellin et les chauffeurs de taxi de la ville de Cali à devenir de possibles informateurs. Ces déclarations ont ouvert un débat national et de nombreuses réactions sont visibles sur  Internet. Cette proposition est avancée alors que la Colombie est confrontée à une augmentation des crimes violents. A Medellin, le nombre d'homicides en 2009 a plus que doublé par rapport à l'année précédente. Plusieurs villes du pays rencontrent des difficultés pour maintenir l'ordre public.
Xady du blog Expresáte raconte, en espagnol, qu'il y a peu, lui et ses amis ont annulé un match de football qu'ils avaient organisé dans un quartier de Medellin, car ils craignaient pour leur sécurité :

Il y a 8 jours, les gars ont appelé :
•    Alors, on dit à 16h parce que les autres ne peuvent pas plut tôt.
•    Ça marche, je me prépare et je monte regonfler les ballons.
Un quart d'heure plus tard, quelqu'un m'appelle pour me dire de ne pas sortir de la maison parce que ça va chauffer et évidement les sources de confiance ont toujours raison. Cinq minutes après le coup de fil, je fais quelques pas pour sortir de la maison et devant chez moi..
•    Pan, pan, pan, pan, pan, pan, pan ! C'est parti et maintenant on va voir qui est qui, a dit une personne armée.
•    Pan, pan, pan, pan ! a répondu l'autre côté.

La proposition du président Uribe en appelle au programme de respect des règles de co-existence [en espagnol] et au fait que cette information est nécessaire pour que la police puissent réduire le nombre de crimes violents dont les étudiants ont été victimes. A noter : l’idée avancée par Alvaro Uribe est accompagnée d'une prime. Il a proposé que les informateurs touchent 100 000 pesos colombiens (environ 50 dollars US) par mois.

Sur le blog Havladdorías, Vladdo écrit, en espagnol :

De nombreux analystes et médias se sont déjà penchés sur l'épineuse question des informateurs que le gouvernement veut recruter. Relancer le débat sur les problèmes que cela soulève de transformer les citoyens en armée de mouchards revient à reprendre un refrain déjà mille fois chanté.

Certains s'inquiètent de savoir si les étudiants se mettent en danger en fournissant des informations ou de la qualité des informations transmises. Paloma Valencia du blog en espagnol El Diario del Huila a écrit :

Il y a la peur de ce qu'on a appelé la “satanisation” des professeurs et des camarades, là, il faut distinguer le fait de fournir l'information et la manière dont les autorités publiques vont l'utiliser. Il sera nécessaire de bénéficier de procédures de vérification.

Les déclarations du président ont fait l'objet de nombreuses réactions, par exemple sur Twitter, comme celle de Mauricio Mosquera (@mauromosquera), qui écrit que cet argent pourrait être utilisé de bien meilleure manière :

100 000 pesos par mois pour les étudiants qui ne manquent pas les cours !!!!!!!!!!

« Quelque chose me dit que MaPis travaille pour le gouvernement », illustration de Xtian publiée avec son accord.

« Quelque chose me dit que MaPis travaille pour le gouvernement », illustration de Xtian publiée avec son accord.

Le Président Uribe a également appelé les 31 000 chauffeurs de taxi de la ville de Cali, particulièrement touchés par les crimes violents, à devenir des informateurs. Le site web de W. Radio a mis en ligne un forum, en espagnol, dans lequel les citoyens peuvent répondre à la question : que pensez-vous de la proposition du Président Uribe d'utiliser les chauffeurs de taxi de Cali comme informateurs ?

152 Alexa | 02/03/10 06:37:03 écrit :

ça me paraît une bonne idée. Informer les autorités des délits est un devoir de tous les citoyens dans ce pays où la délinquance augmente jour après jour et où parfois nous nous voyons obligés garder le silence sur beaucoup de choses que nous voyons et connaissons par peur des représailles qui pourraient toucher nos proches.

139 Castro | 02/02/10 17:57:39 écrit :

C'est ça la sécurité démocratique ? Ils devraient plutôt penser à l'éducation. Le pays a besoin de gens qui voient grand dans le domaine de l'éducation afin que tout ne se termine pas dans la violence et dans le domaine de l'emploi parce que beaucoup sont désœuvrés.

Vladdo explique, en espagnol, pourquoi il considère que la proposition présidentielle est une mauvaise idée :

Les propositions du président ont atteint de tels extrêmes que même ses propres supporters sont atterrés ou du moins surpris, par la seule idée d'utiliser les étudiants de Medellin et les chauffeurs de taxi de Cali comme informateurs. Qui viendra ensuite ? Les vendeurs de billets de loterie de Pasto, les artisans de Leticia ou les vendeurs ambulants de Bogota ? L'argument selon lequel qui n'est pas informateur est complice de l'augmentation des crimes dans les villes (fait prévisible après un processus de paix tordu et la supposée démobilisation des milices Autodéfenses unies de Colombie) n'a aucun sens.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site