Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Timor Oriental : L'utilisation du Fonds souverain du pétrole

Le Timor oriental [en français] ne possède que 0,04 pour cent des réserves mondiales connues de pétrole, la moitié de celles du Brunei, selon une estimation [en anglais]. Mais pour un petit pays pauvre d'environ un million d'habitants, il a une grande importance.

Lorsque le pays a accédé à l'indépendance en 2002, les revenus affluaient déjà dans les caisses de la partie méridionale de l'ile, appelée Timor Gap (en français). Même si l'Australie et le Timor oriental doivent encore définir leurs frontières maritimes  définitives [en anglais] le pétrole provenant des champs pétroliers constitue déjà la source principale de revenus du pays (et il y a aussi des gisements de gaz naturel à exploiter à Timor Gap.)

Image by SkyTruth shared under a CC licenseImage de SkyTruth utilisée sous licence Creative Commons

Les donateurs internationaux et les dirigeants du Timor souhaitaient prouver que les ressources pétrolières pouvaient être une bénédiction au lieu d'une malédiction, en faisant appel à des experts de Norvège pour s'inspirer de leur expérience du fameux Fonds souverain du pétrole norvégien.

L'idée de base est de mettre de côté une grande partie des revenus et de n'utiliser que ce qui est nécessaire pour des investissements publics biens ciblés. On trouve même une allusion à la création d'un fonds souverain dans la Constitution du Timor. La Loi sur le fonds pétrolier élaborée ensuite contient des dispositions très strictes et spécifiques sur ce qui pouvait être retiré de ce fond.

Lu Olo, un ancien dirigeant de la résistance, affirmait lors de sa campagne présidentielle en 2007 [en tetum] (note : il n'a pas été élu) :

Osan ne‘e foin maka iha tinan ida ne‘e, liu husi Orsamentu Jeral do Estado, nebé hasai husi Fundo Mina Rai. Osan mira rai nian, fahe tuir kanal estadu nian, la‘os fahe arbiru deit, hanesan esmola ne’eb’e ema riku fó ba ema kiak. Osan Mina Rai nian pertense ba povu.. Povu iha direito ba hetan benefísius dezenvolvimentu nian. Timor-Leste nia. ósan, fo tuir Fundu Komunitáriu nian, la‘os halo karidade. La halo hanesan, foin dadaun ema balu fahe mantas nebé mai husi rai seluk. Fundu Komunitáriu simu osan nebé transfere tuir leis, tuir direitos povu nian, hahú kedas hó Asembleia Konstituinte. Ne‘e osan povo nian ba ajuda povu. Ne maka independénsia. Hamrik no tani nafatin prinsipius nebé hamanas ita nia laran no halu ita luta ho brani iha Frente Armada, iha Frente Klandestina nor Frente Diplomatika Ne‘‘e maka nasionalismu lolós, ne maka independensia lolós.

L'argent revient à la classe la plus pauvre du peuple pour des projets agricoles de développement durable. Cet argent sera rendu disponible dans le budget de cette année uniquement grâce au Fonds pétrolier. Cet argent est utilisé à travers des voies institutionnelles appropriées, ce ne sont pas des cadeaux des riches aux pauvres. Cet argent appartient au peuple. Le développement est un droit du peuple. Ce n'est pas de la charité, comme la distribution de couvertures par des pays étrangers. Il s'agit de transferts légaux de fonds, dans le respect de la constitution approuvés par l'Assemblée constituante. Ce sont des ressources du peuple qui reviennent au peuple. C'est ce que veut dire indépendance. Nous restons fidèles aux principes qui nous ont inspirés et nous ont rendus courageux durant la lutte du Front armé, du Front clandestin et du Front diplomatique. C'est cela le véritable nationalisme, c'est cela la véritable indépendance.

La Loi sur le pétrole établit que seul le revenu estimé nécessaire (ESI) sera prélevé chaque année du Fonds pétrolier. Elle n'autorise un prélèvement supplémentaire qu'avec  l'autorisation du Parlement. L'ESI est le mécanisme clé pour garantir aux générations futures les revenus des ressources naturelles longtemps après leur épuisement. Chaque année, la valeur de l'ESI est indexée sur le prix du pétrole, entre autres facteurs.

La coalition gouvernementale actuelle au Timor, qui a pris le pouvoir en 2007, a prélevé de manière douteuse plus que ce “revenu nécessaire” en 2008 et en 2009, en invoquant une clause de la Loi sur le Fonds pétrolier prévue pour des transferts exceptionnels. Les plus hautes instances juridiques du Timor ont été saisies de l'affaire vers la fin de l'année 2008.

L'alourdissement des dépenses récurrentes de l'état, comme les subventions pour la nourriture ou les salaires des fonctionnaires et des parlementaires ainsi que les grands projets d'infrastructures, ont provoqué l'augmentation du budget.

Timor's local petrol stations by Ernst NeumeisterDistributeur local d'essence au Timor photo de Ernst Neumeister

Dans son rapport annuel pour 2009, l'ONG locale Luta Hamutuk mentionne que des habitants du district d'Ermera ont posé des questions sur l'argent du pétrole lors d'une réunion communautaire :

Les participants ont demandé des éclaircissements sur la loi du Fonds du pétrole […] puisque les faits ont montré que le gouvernement avait prélevé plus que 3% [l'ESI] à réinjecter dans le budget général du pays. Pourquoi, alors que tant d'argent a été pris, des projets d'infrastructures tels que routes, écoles, et hopitaux, n'ont pas été bien mis en place ? Où va l'argent ? Existe-t-il des indices de corruption ?

Même d'importantes institutions internationales ont sonné l'alarme à leur manière. La'o Hamutuk, une ONG créée pour suivre le développement du Timor après l'indépendance, cite le Représentant de la Banque mondiale pour le Timor en avril 2009 :

Si les dépenses continuent à augmenter au rythme de 25 pour cent par an, et si les prix du pétrole devaient se stabiliser à moyen terme aux alentours de 60 dollars US le baril, ce qui n'est pas impossible, le Fonds pétrolier sera complètement épuisé dans 8-10 ans.

Le blog Loron Ecónomico remarque [en portugais] affirme que la valeur du Fonds pétrolier a, en réalité, diminué pour la première fois entre novembre et décembre 2009 :

Por ele se pode verificar que entre o fim de Novembro e o fim de Dezembro passados o Fundo viu o seu capital baixar de 5.464,4 milhões de dólares para 5.376,6 milhões. Isto ficou a dever-se principalmente à combinação de dois factores: uma perda de valor dos títulos que constituem o Fundo Petrolífero devido à queda das bolsas internacionais, por um lado, e e à transferência para o Orçamento Geral do Estado de um pouco mais de 150 mil dólares.

Verificou-se, pois, uma queda do valor do Fundo durante o mês de Dezembro de 2009.

[Le rapport] montre qu'entre la fin novembre et la fin décembre 2009, le Fonds a vu sa dotation tomber de 5.464 milliards  de dollars US à 5.376 milliards. Cette chute était due principalement à la combinaison de deux facteurs : une perte en valeur des titres qui constituent le Fonds pétrolier, à cause d'une contraction sur le marché international, d'un côté, et du transfert au budget public d'un peu plus de 150 millions de dollars US. Il y a eu aussi une réduction du Fonds au courant du mois de décembre 2009.
Cette année, la Loi sur le Fonds pétrolier va être revue et il se pourrait qu'il y ait des changements dans la gestion des richesses du Timor.
La création de la National Oil Company (Compagnie nationale du pétrole) pourrait aussi apporter un important changement. Un consensus politique pourrait se créer autour de cette idée, en considérant que le gouvernement actuel s'oriente clairement vers la création d'une National Petroleum Authority (Autorité nationale du pétrole) et que l'opposition semble aussi opter pour une entreprise nationale de ce type.
L'année dernière, le Vice-premier ministre (et ancien gouverneur du Timor durant la domination indonésienne), Mário Carrascalão,  avait dit durant une  conférence internationale sur le sujet:

80% des revenus proviennent du pétrole mais nous ne les créons pas.  Nous regardons seulement d'autres entreprises mettre en valeur nos ressources. C'est comme avant, sous l'occupation portugaise. C'était la même chose; nous regardions simplement. C'était aussi la même chose sous l'occupation indonésienne, nous regardions seulement. Maintenant il n'y a pas d'occupation. Mais nous sommes récompensés par le travail d'autrui.

C'est sûr que nous manquons d'expérience. Mais le moment est venu, maintenant.

L'une des inquiétudes est que la Compagnie nationale du pétrole, qui serait en mesure d'offrir de meilleurs salaires que les organismes régulateurs d'état, draine toutes les  compétences du secteur de l'exploitation du pétrole et du gaz. Outre le problème du manque de personnel qualifié existe aussi la question d'où cette entité trouvera l'argent pour les investissements fixes nécessaires à sa croissance. L'idée que ce capital puisse provenir directement du Fonds pétrolier pose quelques problèmes.

Comme le débat sur le problème de la répartition des terres [en français ], celui sur la Loi sur le pétrole et sur la Compagnie nationale du pétrole sera probablement très passionné et deviendra de plus en plus important au cours des prochaines années.

(Des)envolvimentu by Timor Cartoon shared under a CC license.(Des)envolvimentu par Timor Cartoon partagé sous licence Creative Commons

Le poète “Minarai” (qui signifie “pétrole”en langue tétum) exprime un certain désenchantement envers ce pétrole, sur le blog de poésie en portugais du groupe Timor Do Norte ao Sul (Timor du Nord au Sud)

QUANDO O PETROLEO DORMIA
NO NOSSO TEMPO DE INFANCIA
PAZ E AMOR SEMPRE EXISTIA
POBREZA NAO TINHA IMPORTANCIA

AGORA LIQUIDO INFERNAL
QUE ACORDASTE EM TERRA MINHA
TROUXESTE GRANDE VENDAVAL
MATANDO O AMOR QUE A GENTE TINHA

Alors que le pétrole dormait
Quand nous étions seulement des enfants
La pauvreté n'avait pas tant d'importance
L'amour et la paix étaient là
Maintenant un liquide infernal
a été réveillé dans ma terre
Vous avez apporté une grande tempête
Tuant l'amour dans lequel nous avons grandi.

Ce billet est le premier d'une série de deux sur les ressources naturelles de Timor. Le deuxième analysera les négociations en cours pour la délimitation des frontières maritimes, l'exploitation future du gaz naturel dans la mer de Timor et les problèmes d'un gazoduc.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site