Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Népal : L'ombre de la Chine sur le 51e anniversaire de l'insurrection du Tibet

M10_heart_webLa Journée de l'insurrection au Tibet, observée le 10 mars de chaque année, commémore la violente répression par les autorités chinoises des manifestations lancées en 1959 par les Tibétains pour protester contre leur présence au Tibet [les liens sont en anglais] .

Le déroulement de  la commémoration cette année au Népal est déjà sous surveillance extrême de la part des autorités. EverestJournal, un blog sur le tourisme et l'environnement, indique que le gouvernement est prêt à empêcher toute manifestation anti-chinoise dans le pays.

“Déterminé à prévenir les manifestations anti-chinoises au Tibet mercredi, 51e anniversaire d'une insurrection manquée du Tibet contre l'annexion chinoise, Pékin a sèchement cassé la plupart des liens entre l'ancien royaume bouddhiste et son voisin népalais.

Le pont reliant le nord du Népal au Tibet – le Pont de l'amitié – a été de fait fermé par les autorités chinoises, a indiqué dans un communiqué l'organisme de défense des droits Campagne Internationale pour le Tibet (ICT), tandis que les vols entre Katmandou et Lhassa, la capitale tibétaine, sont cloués au sol depuis vendredi.”

Tibetan Protest in kathmandu. Image by Flickr user Buddha's Breakfast. Used under a Creative Commons License       

Manifestation de Tibétains à Katmandou. Photo de l'utilisateur Flickr Buddha's Breakfast. Publiée sous licence Creative Commons

Le passage en force du Népal face à l'anniversaire du soulèvement tibétain et tout programme public susceptible d'être mis sur pied par les réfugiés tibétains soulève les critiques des blogs tibétains et népalais.

TibetCustom écrit que le Népal se jette “dans les bras de la Chine sur la “question” du Tibet” :

“Le gouvernement népalais a adopté une ligne dure contre les expressions de l'identité tibétaine au Népal, malgré les liens culturels et religieux forts qui existent depuis des siècles entre peuples de l'Himalaya. Les réfugiés tibétains de longue date à Katmandou et dans des villages proches de la frontière tibéto-népalaise sont de plus en plus dans la peur à mesure que le gouvernement népalais abandonne ses intérêts historiques et sa souveraineté devant la pression politique monnayée de Pékin et ses sympathisants népalais.

Mary Beth Markey, vice-présidente des plaidoyers de la Campagne Internationale pour le Tibet, a déclaré : “Ces développements troublants méritent une réaction immédiate de la communauté internationale…..”

Lathi charge on Tibetan protest in Kathmandu. Image by Flickr user Buddha's Breakfast. Used under a Creative Commons License       

Charge au lathi contre une manifestation de Tibétains à Katmandou. Photo de l'utilisateur Flickr user Buddha's Breakfast. Publiée sous licence Creative Commons

Sur l'influent blog tibétain Phayul, Kalsang Rinchen a écrit un article sur la décision du gouvernement népalais d'arrêter le représentant du gouvernement tibétain. Rinchen caractérise la décision gouvernementale comme une mesure délibérée pour “apaiser” les Chinois.

“Le gouvernement vient tout juste de lancer une chasse aux “fauteurs de troubles” avec des rafles surprises dans les hôtels, restaurants et habitations au début de cette semaine, et agirait sous la pression de la Chine qui récompense le pays frappé par la crise au moyen de son aide financière et son assistance militaire. Plusieurs Tibétains auraient été mis en “détention préventive” avant la commémoration de mercredi. A la différence de protestations contre la Chine par les exilés dans d'autres parties du monde, les Tibétains au Népal n'organisent pas de manifestations sous la bannière de l'une ou l'autre des associations de Tibétains exilés comme le Congrès de la Jeunesse tibétaine, l'Association des Femmes tibétaines ou les Etudiants pour un Tibet libre, ce qui complique la tâche de la police népalaise pour incriminer un groupe particulier.

Le Népal a intensifié son contrôle sur la communauté des réfugiés Tibétains, qui s'élève à environ 20000 personnes, à l'approche de la commémoration mercredi de la Journée de l'insurrection tibétaine. Le royaume himalayen qui a été frappé dans la dernière décennie par une série de troubles intérieurs et de remodelages politiques empêche les Tibétains de se lancer dans des activités anti-chinoises sur son sol. “

Over The Top, le blog de Himal Magazine au Népal informe :

Une lettre datée du 8 mars du Comité d'assistance aux réfugiés tibétains de Katmandou, qui fait en ce moment une tournée de la communauté, fait l'allégation de mauvais augure que les policiers népalais sont allés jusqu'à menacer de conséquences absolument terribles les sortes de manifestations qu'a vues Katmandou par le passé. Dans un avertissement sans ambages à la communauté, la lettre affirme que, dans les zones considérées comme hors limites pour les manifestants, “la police pourra même recourir aux armes à feu.” Alors que les informations d'arrestations de militants tibétains continuent à arriver au compte-gouttes, les photographies jointes, prises aujourd'hui autour de la vallée, indiquent que le gouvernement népalais va continuer à canaliser la paranoïa de Pékin.

Ce n'est pas la première fois que les Tibétains au Népal sont aux prises avec le courroux du gouvernement. Il y a eu une répression violente à grande échelle en 2008 lorsque des manifestations contre la Chine ont éclaté à Katmandou avant les Jeux Olympiques d'été à Pékin.

Protest in Pokhara before summer olympics in Beijing. Image by Flickr user Tboothhk. Used under a Creative Commons License       

Manifestation à Pokhara avant les olympiades à Pékin. Photo de l'utilisateur Flickr Tboothhk. Utilisée sous licence Creative Commons.

Un récent reportage sur Al Jazeera en anglais caractérisait l'incident comme une restriction par le Népal des droits de libre expression de la communauté tibétaine, sous la pression de la Chine.

La fixation sur la communauté tibétaine au Népal et dans l'Inde voisine a cependant éclipsé l'élargissement d'un fossé à l'intérieur de la communauté sur un problème très sérieux – la liberté religieuse. Le Dalaï Lama a imposé une interdiction du culte de la déité Shugden. Ce qui a divisé la communauté, les adeptes de Shugden étant en butte à l'hostilité et à la suspicion.

Alors que le Népal continue à mettre l'accent sur l'édification d'une relation plus étroite avec la Chine, ses rapports avec les centaines de réfugiés tibétains éparpillés à travers le pays ne peuvent manquer de se tendre dans les prochains jours. Les anniversaires commémorant des événements tels que le soulèvement de 1959 ne font qu'ajouter une pression supplémentaire à une situation déjà difficile.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site