Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Vidéos : La renaissance des tissus traditionnels au Mali

Les vidéos en ligne permettent de s'apercevoir de l'importance culturelle et économique qu'a pris au Mali le travail entrepris autour des tissus traditionnels par des particuliers ou des associations. Depuis une association de femmes, qui assurent avoir fait du Mali une référence des pigments et teintures textiles aux artistes qui utilisent les tissus teints avec des décoctions végétales et de boue comme supports de leurs œuvres, jusqu'au tourisme spécialisé qui s'est développé autour de cet artisanat.

Pour commencer, Craft nous informe de l'appel aux dons lancé par Maureen Gosling  pour pouvoir achever son documentaire sur les teinturières de la capitale Bamako.  Dans cet extrait, les teinturières parlent de l'importance qu'ont les tissus teints de façon artisanale et traditionnelle au Mali, et comment, à leur tour, ils ont changé leurs vies [en bambara] :

Une des techniques traditionnelles de teinture est celle qui fait appel à la boue comme pigment. La vidéo ci-dessous, sur le blog TravelWestAfrica a été tournée à Ségou et est une présentation de cette technique :

Les tissus teints avec des pigments végétaux et de la boue sont aussi appelés bogolanfini [en anglais] ; dans la vidéo suivante tournée par hubuf et réalisée en 2006, un artisan explique à un groupe de stagiaires ce qu'est le bogolan [en français], sa technique et sa place dans les traditions du Mali :

La vidéo de claudiodumali présente un groupe de visiteurs qui s'initient à la technique du bogolan de Ségou sur différents échantillons de tissus.

Si l'art du bogolan vous intéresse, polbenmali propose un documentaire en ligne en deux parties (partie 1, partie 2 [en français]) sur Issiaka Dembele, un artiste qui utilise le bogolan comme support de ses créations. Dans ces vidéos, commentées en français par l'artiste, on peut voir le patient et délicat procédé mis en œuvre : teindre le tissu en jaune, le recouvrir de boue récoltée dans un étang, que l'on a laissée fermenter pendant des mois et qui teindra le tissu en noir, avant de travailler les zones jaunes pour ôter la teinture à certains endroits ou peindre en surimpression pour d'autres.

1 commentaire

  • Liz Mitchell

    Quel plaisir de voir ces belles teinturières du Mali produirent de si beaux tissus traditionnels et assurer l’avenir de leurs enfants. Merci!

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site