Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Irak : Sept ans plus tard

Avant toute chose, si vous ne lisez qu'un blog irakien cette semaine, lisez celui-ci.

Lubna a écrit [en anglais, comme tous les liens] :

Je voudrais partager avec vous tous mon expérience de jeune femme vivant à Bagdad et peut-être que cela vous donnera une perspective plus intime du monde très secret et en apparence mystérieux d'une “femme du Moyen-Orient”…

Alors, je le dis à voix haute :  je suis une féministe islamiste, ma mère a quitté la maison quand j'avais 12 ans et nous n'avons plus jamais eu de ses nouvelles.  C'est vrai, elle n'est pas morte, mais je refuse d’ être jugée par les autres pour ses actes.  Allah me juge seulement sur mes propres actions, pas sur celles de qui que ce soit d'autre, même si cette autre est ma mère et vous devez tous en faire autant, vous devez tous m'accepter comme je suis.

Sept ans plus tard

Les récentes élections en Irak, qui sont encore présentes dans les mémoires,  font qu'il est trop facile d'oublier que cette semaine est l'anniversaire du début de la guerre d'Irak.  Mais cela n'a pas échappé à certains blogueurs.

Dans une série de quatre billets, la blogueuse Layla Anwar marque l'anniversaire de l'invasion de l'Irak en partageant ses souvenirs des guerres passées. La puissance de ses mots rappelle avec éloquence les souffrances de ceux qui ont enduré guerre après guerre depuis plus de quarante ans. Elle écrit :

Une scène en suit une autre, comme un labyrinthe… bien sûr que c'est une porte que je ne voulais pas ouvrir…

Une Guerre après une Guerre après une autre Guerre… de nouveau dans ce tunnel descendant vers le passé, reculant dans le temps, 1991, les célébrations d'une autre libération, 1980, 1973, 1967… je me rappelle de toutes… une à une…

La même scène se répète… les vitres qui se cassent, du plastique et du ruban adhésif, être collés à la radio pour entendre les dernières nouvelles en espérant que les piles vont tenir, et puis à nouveau des sirènes … elles ont toutes la même voix… à Bagdad et au delà.  Les mêmes sirènes, les mêmes guerres…

Les attaques aériennes d'Israël en 1967 et 1973, j'étais là aussi… je ris quand j'y pense, sarcastiquement, comme si la Destinée voulait faire de moi un témoin…

Je me rappelle d'un autre abri… celui-là très humide…dans le sous-sol d'un immeuble… pas vraiment un abri mais plutôt une cave… ça sentait mauvais, l'humidité et l'urine… je me rappelle de papa qui attrape la radio et de maman qui me tire par le bras – Yalla Layla, il faut y aller… et j'entends le tonnerre dehors qui fait trembler la terre sous mes pieds… et après plusieurs “coups de colère” du Ciel, je disais à maman – il faut vraiment qu'on descende dans cette pièce sombre ? On ne peut pas mourir ici, chez nous ?

Je me rappelle comment elle me tirait par le bras pour descendre l'escalier – pas de temps pour répondre, chaque minute comptait… la fuite dans l'escalier pendant que tout tremblait… et finalement l'arrivée dans cette pièce sombre, humide et malodorante, qui sentait le moisi et l'urine… il y avait plusieurs famille déjà là… et comme à chaque fois, chaque famille se tapissait dans un coin, ses membres serrés les uns contre les autres.. attendant le verdict final… attendant de voir si Dieu, l'Univers, les MIG de combat… décideraient qui vivrait et qui mourrait ce jour là…

Et c'est ainsi ici, depuis longtemps et jusqu'à aujourd'hui en 2010… les attaques et les balles qui passent au dessus de vos têtes, qui vous rabaissent, et puis les articles qui vous remontent le moral… et ils vous les mettent toujours sous le nez en vous disant à quel point vous êtes oppressifs -opprimés…

Le blog Iraq Pundit fait une déclaration pleine de défi. L'Iraq ne s'effondrera jamais. Il écrit :

La vision extérieure est que l'Irak est en train de s'effondrer.  D'après les observateurs extérieurs, il existe une profonde fracture sectaire qu'il est difficile de combler.  Les experts du jour déclarent : “Cela pourrait tourner mal”, comme Joost Hilterman de l'IGC. “Je ne suis pas du tout convaincu que  les institutions irakiennes sont assez fortes pour résister à ce genre de conflit.” Bien sûr, son point de vue est négatif, il a depuis le début été contre l'Irak.  Il ne peut pas croire que les Irakiens pourraient s'entendre car il perdrait alors son rôle.  Lui comme d'autres ont bâti leurs carrières sur l'idée que l'Irak a échoué.

Pour l'extérieur, c'est un conflit entre sunnites et chiites.  Provoqué par ce que les Irakiens considèrent comme une lutte de pouvoir entre al-Qaeda et la milice iranienne.

Depuis les élections

Le blog Inside Iraq annonçait le 18 mars les résultats finaux officieux des élections du 7 mars, qui ont provoqué beaucoup de spéculations sur les blogs.

Laith s'interroge sur la raison d'être des élections :

Si ce que nous allons avoir dans le nouveau gouvernement sont les mêmes divisions sectaires et ethniques et si les élections ne servent qu'à répartir les postes entre les différents partis, alors pourquoi participons-nous aux élections ?  En fait la question devrait être pourquoi même avons-nous des élections ?

Dans toutes les élections dans le monde, c'est la majorité qui forme le gouvernement, mais en Irak, il semble que nos partis politiques ont une conception différente des élections… On dirait que nos hommes politiques veulent mettre en place une démocratie qui réponde à leurs souhaits et leurs besoins, sans considération pour les voix des millions d'électeurs qui ont simplement voté pour avoir le gouvernement national qui pourvoit à leurs besoins fondamentaux, qu'ils attendent depuis des décennie.

Ladybird donne son analyse des conflits post-électoraux et prédit que la pire des hypothèses (aux yeux des Américains) va se produire.  Elle écrit :

Le pire cas de figure pour Washington aujourd'hui est qu'une forme d'entente voit le jour entre la Syrie et l'Arabie Saoudite, malgré la politique de conflit, et qu'elle aboutisse à la formation d'un gouvernement uni et d'un nouvel Irak, qu'elle mène à l'émergence de résultats électoraux inattendus, comme celui du nouveau gouvernement libanais, qui repose sur une entente entre la Syrie et l'Arabie Saoudite et a amené des changements fondamentaux dans l'équilibre politique du Moyen Orient.

En lisant son blog, vous imaginez un blogueur américain typique. Pourtant, Ramsin a voté aux élections irakiennes bien qu'il ait grandi à un monde de distance de l'Irak, ses parents ayant émigré quelques 20 ans avant sa naissance.  Il explique pourquoi il a voté en tant que “résident d'un pays étranger”.

Jusqu'à ce que la démocratie en Irak soit sortie de la phase instable de l'après conflit, il est du devoir de tous les résidents en pays étrangers d'exprimer leur soutien non pas à un groupe d'intérêts, mais au principe même de la démocratie. C'est la raison pour laquelle mon doigt est taché d'encre violette

Et Dr. Human écrit :

En fait, je déteste la politique et je ne veux pas en avoir des migraines, alors, je pensais ne pas aller voter, mais après j'ai pensé qu'ils pouvaient se servir de mes papiers et donner ma voix à quelqu'un que nous n'aurions jamais choisi…!! Alors je me suis déplacé et j'ai donné (ma voix) à quelqu'un dont j'avais lu le C.V. sur Internet et qui était quelqu'un de bien, avec de bons projets…

3 commentaires

  • Patty.patty

    On dit que la situation de la femme à l’époque de Saddam Hussein est bien meilleur à celle d’aujourd’hui.
    Est-ce vrai?

  • funny2728

    A l’époque de Saddam,les rues étaient plus paisibles. On pouvait sans problème se promener dans les rues d’Irak à sa guise mais avec sa capture puis sa mort,les choses ont empirer. La vie de tous les Irakiens est compromise maintenant. Mettre les pieds dehors de nos jours c’est braver les bombes et risquer de se faire tuer!

  • caro333

    Même si les élections sont terminées maintenant, il n’est pas dit que la situation en Irak va s’améliorer..
    J’espère que le pays se relèvera de ses cendres…

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site