Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ukraine : Des pêcheurs font campagne pour sauver l'écosystème du barrage de Kiev

De nombreux bénévoles et employés de l'agence de protection de l'environnement ont travaillé dur cet hiver, en cassant par exemple la glace anormalement épaisse qui recouvrait le barrage ou sont stockées les réserves d'eau de Kiev, pour enrichir l'eau en oxygène et sauver ainsi les poissons de la mort par suffocation. Quand, au début du mois de mars, l'urgence écologique semblait sur le point d'être levée, il s'est avéré que tous ces efforts avaient été en vain.  Des centaines de tonnes de poissons ont été emprisonnés et écrasés par la glace quand les autorités ukrainiennes, voulant anticiper et réduire les risques d'une inondation suite au dégel, ont brutalement baissé le niveau d'eau du réservoir situé au nord de la capitale de l'Ukraine. Ce réservoir est connu localement sous le nom de “La mer de Kiev”.

Des experts mettent en doute l'efficacité de cette mesure et affirment que les dommages causés à l'écosystème du réservoir d'eau sont catastrophiques. De plus, alors que les tonnes de poissons morts commencent à pourrir, la qualité de l'eau bue et utilisée à Kiev pourrait être à un moment donné compromise (en russe).

Peu après ce désastre, un groupe de pêcheurs ukrainiens qui fréquentent le site Rybalka.com (Pêcher.com) – “un portail interactif pour les chasseurs et les pêcheurs” (en russe et en ukrainien) – ont lancé une mobilisation citoyenne pour “seconder les experts et les scientifiques (ichtyologistes, hydrobiologistes, écologistes) ainsi que les représentants des associations de pêcheurs” et s'assurer que l'on évitera de nouveaux dégâts et que le gouvernement prendra des mesures pour reconstituer l'écosystème du réservoir, autant qu'il est possible, au cours des prochaines année.

Ihor Tykholaz, un employé du bureau de Kiev de l'agence de protection nationale, l'un des organisateurs de cette campagne (son surnom est dozvil) a raconté cette catastrophe écologique, aggravée par la négligence et la corruption (en russe) sur son blog Rybalka.com. Il a également mis en ligne quelques photos :

[…] Pendant plus d'un mois, des centaines de personnes ont travaillé pour que les poissons ne suffoquent pas dans le barrage de Kiev, ils ont cassé la glace en trois étapes : manuellement, avec des pics à glace, avec des scies électriques ; ils ont fait des centaines de trous dans la glace et posé des tuyaux faisant office de filtres à air, ils ont injecté de l'air sous la glace avec des compresseurs, ils versaient de l'eau par les trous pour déformer la couche de glace.

[…]

On a réussi à stabiliser les situation au début du mois de mars, le niveau d'oxygène à certains endroits a même commencé à remonter. Et le dégel, l'eau qui fondait, nous avait donné espoir que ce serait possible […] d'éviter la mort des poissons !

Mais [le redoux] a amené avec lui un piège pour des dizaines, peut-être des centaines de tonnes de poissons. Les bancs de poissons ont commencé à refluer vers l'eau neuve – ce que nous appelons “l'eau douce” – enrichie d'oxygène à cause de la fonte des neiges, l'eau qui commençait a arriver dans les parties basses du réservoir (ces eaux basses représentent 40 pour cent de la superficie des eaux du réservoir, environ 50 000 hectares). Dans leur situation désespérée, il n'y avait que cette option possible pour les poissons : à la fin de l'hiver, les migrations s'orientent toujours vers les eaux où il y a le plus fort taux d'oxygène dans l'eau…

Et c'est là qu'un bureaucrate sans âme attendait les poissons, quelqu'un qui a signé la décision de drainer l'eau du réservoir à un niveau même moindre que celui qu'on appelle “le point mort.” Une explication : le niveau habituel de l'eau dans le réservoir est de 102,5 mètres (au-dessus du niveau de la mer Baltique), le “point mort” est de 101.5 mètres (au-dessous de ce niveau, des phénomènes irréversibles ont lieu pour [l'écosystème de l'eau]).

Nous avons fait parvenir des dizaines d'appels à toutes sortes d'autorités, nous avons pris la parole dans les meetings sur la situation, mais personne n'a écouté nos conseils et nos demandes.

[…]

Tout a été vain, parce qu'en jeu, il y a la sécurité de riches [promoteurs immobiliers]: une inondation nous attend, et les propriétaires des légendaires manoirs de Koncha-Zaspa [une zone résidentielle luxueuse au sud de Kiev] la craignent peut-être plus que d'autres. Nous ne sommes pas près de savoir qui a soutenu les intérêts des [propriétaires] de ces quartiers d'élite. Mais il y a eu des pressions sur les membres de la commission inter-départementale, certains de ses membres me l'ont dit [en off] (j'ai pris part personnellement à deux de ces réunions).

[…]

Ensuite, tout a empiré. La commission inter-départementale de l'agence  [de l'eau nationale] a décidé de baisser le niveau de l'eau dans le réservoir jusqu'à 101 mètres d'ici au 1er avril – c'est à dire, encore plus bas que le “point mort” – qu'est-ce qui nous attend ??? Le massacre cynique des poissons a lieu avec l'approbation tacite de douzaines d'officiels qui ne voient rien, à part de la paperasse dans leurs bureaux, et se mettent au garde-à-vous quand leurs chefs les appellent au téléphone…Ce demi- mètre tuera tout simplement tout ce qui a survécu [dans le réservoir]…

Ceci est une véritable catastrophe écologique planifiée […]. […]

La campagne des amateurs de pêche a d'abord commencé par une discussion en ligne (voir ce lien (en russe et en ukrainien) sur le site Rybalka.com) le 15 mars ; actuellement, la discussion se poursuit sur 34 pages. Environ 70 personnes ont rejoint le comité d'organisation de la campagne, après une rencontre dans la vie réelle qui a eu lieu à Kiev le samedi  20 mars (des photos ont été publiées sur le blog de l'utilisateur  vladf ; des videos et quelques documents sur le blog de l'utilisateur org). Une pétition en ligne (en russe), “Sauvez le futur du réservoir de Kiev” a déjà été signée par plus de  1 400 personnes. Un appel à la présidence ukrainienne a été rédigé. La médiatisation de l'appel et les dons sont en train de prendre de l'importance.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site