Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Sri Lanka : Akon soulève la polémique

Akon performing in a concert. Image from Flickr by Celso Tavares via Funchal. Used under a Creative Commons License

Akon en concert. Image Flickr de Celso Tavares via Funchal. Utilisée sous licence Creative Commons

Vous vous demandez peut-être quels peuvent être les effets d'une vidéo musicale ? La vidéo du chanteur-compositeur de R&B Akon (de son vrai nom Aliaune Badara Akon Thiam) Sexy Chick, qui met en scène un ensemble de jeunes femmes légèrement vêtues dansant à une réception au bord de la piscine devant une statue de Bouddha, a soulevé un tollé au Sri Lanka. La statue en question apparaît quelques secondes à l'arrière-plan, floue et à peine visible.

Akon avait à son programme une tournée de concerts au Sri Lanka le mois prochain. Il y a quelques jours environ 200 personnes se sont rassemblées devant les bureaux de Maharaja, l'opérateur de radio-télévision qui sponsorise le concert, et ont lancé des pierres, blessant quatre personnes et endommageant le bâtiment [les liens sont en anglais].

Le portail d'information en ligne Perambara raconte :

L'opposition en ligne au concert qui avait débuté sous forme de groupes Facebook, a enflé pour atteindre à présent près de 13.000 personnes, et est soutenue par des emails et des billets de blogs. L'opposition verbale a pris un tour violent le 2 mars, lorsque les bureaux de Capital Maharaja ont été attaqués par la foule. Les pancartes abandonnées sur les lieux indiquaient que l'attaque avait été déclenchée par le concert projeté d'Akon.

Cela ne s'est pas arrêté là, et selon un article de presse des moines bouddhistes ont pris contact avec le gouvernement sri lankais lui demandant instamment de ne pas autoriser Akon à se produire au Sri Lanka. Le gouvernement sri lankais a opposé un refus à la demande de visa d'Akon au motif de : “images vidéos sujettes à controverse, paroles des chansons offensantes et vigoureuses protestations émanant de diverses organisations et groupes culturels et religieux dans le pays”.

Akon a publié une déclaration affirmant qu'il n'était pas au courant de la présence de la statue et n'avait pas eu l'intention de choquer.

Le sujet est devenu brûlant dans la blogosphère sri lankaise.

Indrajit Samarajiva sur le blog Indi.ca trouve la vidéo dérangeante mais critique les attaques :

Si vous voulez défendre le bouddhisme il faut commencer par le pratiquer. Au lieu de bavarder sur Facebook ou (dit-on) de lancer des pierres, cela suppose de rester un peu assis calmement tout seul.

Dee sur A Collision of Ideas slamme les menaces de mort contre Akon sur Facebook et suggère :

Peut-être devrions-nous être un peu moins en colère, reconsidérer cela et voir ce qu'on peut en tirer de positif au lieu de le tuer et de nous ridiculiser par la même occasion.

Kalana Senaratne sur Groundviews appelle cela la montée du fondamentalisme du bouddhisme Sinhala :

Pour sûr, si une ou deux secondes ont causé autant de colère et de haine, cela aurait été bien plus grave si toute la vidéo musicale avait montré une statue de Bouddha ou un temple. Plus profondément, alors, ces manifestants qui crient et invectivent et lancent des pierres, et parmi eux des moines, sont-ils vraiment des ‘Bouddhistes’?

Peut-être qu'en tant que nation, nous avons atteint le stade où la sorte de manifestations ineptes qui ont lieu au nom du bouddhisme doivent être soumises à une analyse critique. Il y a un grand danger à ne pas le faire, parce que, de toute évidence, l'impression qui émane du silence de ceux que perturbe de telles manifestations est une impression d'‘acceptation’; acceptation de tout acte barbare commis au nom du bouddhisme, pour la plupart  par des hommes politiques qui se cachent derrière les religions.

Going Global tient à dire ceci à ceux qui stigmatisent Akon au Sri Lanka:

Toutes les accusations que ces groupes “Tuer Akon” braquent contre lui gravitent autour d'une statue de Bouddha utilisée dans une de ses vidéos. Je comprends maintenant à quel point cela peut être offensant : voir une paire de nanas en tenue légère danser autour de quelque chose qu'on considère comme sacré, et si quelqu'un le faisait dans une mosquée je serais aussi pas mal furax.

Mais perdre les pédales à la nouvelle qu'il va se produire au Sri Lanka et menacer de tuer le gars n'aidera personne. Et encore moins les Sri Lankais.

A Voice in Colombo pose la question “est-ce correct que les réalisateurs de la vidéo musicale utilisent une statue de Bouddha en arrière-plan ?” London, Lanka and Drums y répond et se demande ce que Dieu ou Bouddha en penseraient.

The Puppeteer a l'avis suivant sur le refus de visa à Akon :

Le gouvernement Sri Lankais semble avoir pris l'habitude de refuser les visas. Bien que cette fois cela ait pu être une mesure de précaution, plutôt qu'une tentative pour ne pas laisser de traces.

Le blogueur espère néanmoins qu'Akon se produira à une autre date.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site