Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Japon et les baleines à nouveau au coeur de la polémique

Quelques jours seulement après l'obtention par “The Cove” (La baie de la honte) de l'Oscar du meilleur documentaire [en anglais] ce qui avait attiré l'attention de l'opinion et des média mondiaux sur la question de la chasse aux cétacés, Peter Bethune, le chef de Sea Shepherd, un mouvement d'opposants à la chasse à la baleine, a été arrêté à Tokyo [en anglais], rallumant ainsi la polémique entre le Japon d'une part, l'Australie et la Nouvelle Zélande d'autre part.

Le militant de ce mouvement contestataire est accusé d'intrusion dans une propriété privée, d'embarquement sur un navire baleinier dans l'océan austral en février et d'avoir tenté d'opérer une arrestation citoyenne de son capitaine qui avait coulé le bateau de Sea Shepherd un mois auparavant (comme l'avait rapporté en son temps Kevin Rennie pour Global Voices).

Ady Gil. By Flickr id: james975.

Ady Gil. par james975 sur Flickr.

Bien que le programme baleinier du Japon ne soit autorisé que pour des buts scientifiques et que la plupart des Japonais ne considèrent pas la viande de baleine comme leur mets favori, la collision avec le vaisseau anti-baleinier néo-zélandais a éveillé un certain sentiment de nationalisme [en japonais], quoique modéré, dans le pays.

Mais le chauvinisme se fait aussi nettement jour dans l'annonce de l'arrestation de Peter Bethune sur le site internet officiel de Sea Shepherd.

Le navire baleinier japonais Shonan Maru 2 est arrivé aujourd'hui à Tokyo avec à son bord le premier prisonnier de guerre néo-zélandais à être transféré en tant que tel au Japon depuis la deuxième guerre mondiale. Sitôt le pied posé sur le sol japonais, le capitaine Bethune s'est transformé en héros national en Nouvelle Zélande et en héros international en Australie, France, Grande-Bretagne, aux Etats-Unis,comme dans tous les pays dont les habitants déplorent la poursuite des activités illégales de chasse à la baleine de la flotte baleinière japonaise.

Au Japon, certains ressentent les actions anti-pêche de la Nouvelle Zélande et de l'Australie comme une attaque contre la tradition alimentaire de leur pays et de se demandent pourquoi la viande de baleine devrait être interdite alors que celle de boeuf et de porc ne l'est pas [en japonais]. Cela met en lumière la querelle de l'abattage des animaux à l'intelligence discutée contre celui des animaux qui en seraient dépourvus.

Certains médias japonais ont chevauché avec de plus en plus de conviction la vague de la polémique sur ce thème. James sur Japan Probe publie un billet [en anglais] sur l'émission de la chaîne japonaise NTV ‘Bankisha’ montrant un reportage sur l'affaire du Sea Shepherd. Dans la première partie de l'émission, dit-il, l'attention se porte sur l'analyse du financement et du budget de Sea Shepherd.

La deuxième moitié du clip est sur la prochaine cible de Sea Shepherd : la pêche au thon bleu en Méditerranée. On dirait qu'un grand nombre de pays se sont coalisés pour interdire la pêche de cette espèce, et comme 80% des prises sont vendues sur le marché japonais, c'est interprété comme une nouvelle attaque contre les traditions culturelles du Japon.

Les reporters sont rejoints dans le studio par un directeur artistique qui fait du marketing pour un grand nombre de marques japonaises connues et un juriste universitaire. Celui-ci rappelle comment les Américains tuaient les baleines pour leur huile. Il estime aussi que la position américaine vis à vis de la pêche à la baleine japonaise est sous l'effet d'une hostilité sous-jacente que ressent le “monde blanc” [白人社会] envers les Japonais. Le directeur artistique pense quant à lui que le Japon doit s'y prendre mieux pour présenter sa position au monde, puisque tant de gens dans les autres pays ne comprennent pas pourquoi les Japonais mangent de la viande de baleine.

2008-12-26 SS encounters Japanese whaling ship. By Flickr id:guano.

26/12/2008 le Sea Shepherd aborde le baleinier japonais. Par guano sur Flickr.

Masablog néanmoins n'est pas d'accord avec ceux qui invoquent la culture alimentaire comme argument car il trouve cela réducteur.

何となく日本たたきのようにこの問題をとらえていたが、ちょっと違うみたいだなあ。

日本人の反論としてよくあるものに、じゃあアメリカ人は牛を食べるが、それと何が違うんだ?鯨を助けても牛の数が減るだけだ、というものがある。これに対しては、単に鯨は知能が高いからかわいそうだということではなく、殺すのに時間がかかるので人道的に問題があるという議論があるようだ。

Avant, je considérais que la question était en rapport avec les sentiments anti-japonais, mais cela ne semble plus être le cas.

En guise de contre-argument, des Japonais se demandent quelle différence il y a entre les Américains qui mangent du boeuf [et les Japonais qui mangent de la baleine]. Un autre argument est que même si les baleines sont protégées, ça va seulement faire diminuer le nombre de femelles. Cependant, la vraie discussion semble être sur le plan humanitaire, en considérant le fait qu'il faut plus de temps pour tuer une baleine. Il ne s'agit pas d'empathie avec les baleines à cause de leurs capacités intellectuelles élevées.

Akki écrit qu'il condamne les méthodes du mouvement animaliste.

私自身は捕鯨については賛成も否定もしませんが

(いまどきの高価な鯨を食べるようなお金もないですし)

彼らのやり方は、どう理由があろうがはなはだ迷惑な行為であり

危険であります。本当にケガ人が出たらどうするつもりなんだろう。

Personnellement je ne suis ni pour ni contre la chasse aux baleines. (Je n'ai pas le genre de revenu qui me permette d'en manger, de toute façon.) Mais leurs méthodes, quel que soit le problème, sont simplement gênantes et dangereuses. Que feront-ils si quelqu'un est blessé ?
Stop Whaling. By Flickr id: alisonlongrigg.

Stop Whaling par alisonlongrigg sur Flickr.

Le blogueur australien Youngmarxist appelle à une révision approfondie des règles de la Commission Baleinière Internationale (CBI) pour réguler la chasse à la baleine au niveau international [en anglais].

Les médias ont vent d'informations sur des projets d'amendements aux règles internationales de la chasse à la baleine ayant pour but de ramener le Japon et les autres pays baleiniers sous le contrôle de la Commission Baleinière Internationale. Les amendements autoriseront en effet les pays qui tuent déjà les baleines à continuer à le faire avec l'approbation de la CBI, à condition qu'ils limitent le nombre de leurs prises. Les limites exactes restent à fixer, qui bien entendu ne s'appliqueront que si le projet d'amendement est adopté.[…]

Si ce projet met fin à l'hypocrisie grotesque de la pêche “scientifique” aux baleines, tant mieux. Il n'y a pas de raison que les baleines soient traitées différemment des autres ressources. Les baleines devraient être gérées convenablement, pour qu'elles ne soient pas poussées imprudemment à l'extinction, mais il n'y a pas de raison morale valable de faire passer les “droits” des baleines avant celui des humains à les chasser.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site