Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mongolie : La pollution de l'air en hiver et autres problèmes d'environnement

La capitale de la Mongolie ‘Ulan Bator' est également surnommée ‘Utaanbaatar', ce qui signifie ‘la ville de la fumée épaisse'

Les Mongoliens ont affronté un hiver très rigoureux cette année et la pollution de l'air due aux poêles et au charbon brûlé par les usines a rajouté un problème supplémentaire. Les blogueurs mongols du projet de blog collectif sur l'environnement Nomad Green, soutenu par une bourse Rising Voices, soulignent la multiplication des problèmes d'environnement en Mongolie. Optimus écrit (traduit aussi en anglais par Azaa) que la pollution de l'air dans la ville la plus peuplée de Mongolie est en train de devenir un lent poison pour ses habitants :

L'atmosphère de la grande ville est envahie par des tonnes de gaz des voiture et ceux des camps de yourtes (ou ger), qui  sont dégradés par les rayons ultra-violets. Après, la pollution devient pire.

Les conséquences affectent notre corps : respiration, problèmes de vue, crises d'asthme et problèmes cardiaques. Si cela continue, les causes de mortalité augmenteront, comme les maladies.

Optimus souligne aussi que la mortalité infantile est en train d'augmenter :

Pour avoir un bébé, les couples doivent planifier la grossesse pour qu'elle ne se déroule pas durant les mois d'hiver. Parfois, ils déménagent même temporairement à la campagne.

A Ger camp in Mongolia. Image by Flickr user Neurmadic Aesthetic, used under a Creative Commons License
Un campement de yourtes en Mongolie. Image de Neurmadic Aesthetic sur Flickr, utilisée sous licence Creative Commons

Beth Ritchey qui blogue sur la plateforme Kiva depuis Oulan-Bator, en Mongolie, donnent plus d'informations sur les problèmes causés par les campements de gers (yourtes) :

Actuellement, environ 60% de la population de Oulan-Bator (la capitale), vit en yourte, chauffée par un poêle central. La pollution est un gros problème à Oulan-Bator, surtout durant l'hiver, quand les niveaux de pollution bondissent, à cause du charbon et du bois brulés dans les gers pour avoir chaud.  La Banque mondiale estime que 60% de la pollution en ville durant la saison du chauffage est à attribuer aux districts où l'on vit dans les gers.

The central stove inside a Jer. Image by Flickr user Feserc, used under a Creative Commons LicenseLe poêle central à l'intérieur d'une yourte. Image de Feserc, sur Flickr utilisée sous licence Creative Commons

Beth présente sur le blog trois types de solutions de chauffage économes en énergie qui peuvent constituer une solution à ce problème en Mongolie.

Le pollution de l'air n'est pas le principal problème environnemental du pays.  Gantsatsral.M a publié aussi un billet (traduit en anglais par Mongoloo) sur la principale source de revenus pour beaucoup de Mongoliens : leur cheptel. Or, le bétail est menacé car les pâturages se sont beaucoup dégradés.

La Mongolie, c'est 156.4 millions d'hectare, dont 112.8 millions sont des pâturages ou des landes pour le foin. Le seul secteur de l'élevage représente 21% du produit intérieur brut et 80% des ressources agricoles, il emploie un tiers de la main d'œuvre et pèse 627.3 milliards de tugrik.

En raison de la répartition des points d'eau, de la sédentarisation et de la surpopulation du bétail, les surfaces consacrées à l'élevage s'effondrent.  Sur ces terre, il devient impossible d'élever du bétail.  Il y a aussi les compagnies minières, qui ne ne s'occupent pas de réhabiliter les terres exploitées, et où les pâturages ont été détruits.[..]

Airunbulag s'intéresse aux oiseaux et remarque que les oiseaux en Mongolie sont électrocutés par les lignes électriques. Il demande aussi que l'on mette un terme au commerce de faucons.

Gerelmaa écrit sur le braconnage de l'animal sacré de Mongolie, le loup, chassé pour ses organes qui sont utilisés en médecine traditionnelle :

Quand j'ai appelé, après avoir vu une publicité qui proposait du cerveau de loup, quelqu'un a décroché et m'a proposé de passer en acheter. Il m'a dit qu'il me montrerait le crane du loup pour garantir l'origine. Ce genre de business marche très fort, à côté des plus importants hôpitaux. Les vendeurs vous conseillent sur comment utiliser les organes du loup comme n'importe quel docteur.

Il conclut :

Les Européens et les Américains ont éradiqué leurs loups, nous ne devrions pas répéter la même erreur.

Battuya traite de son côté des droits des travailleurs autochtones mongols qui subissent des conditions de travail dangereuses et sont exploités.

Vous pouvez trouver d'autres nouvelles de Mongolie sur le blog de journalisme citoyen Nomad Green [en mongol et anglais].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site