Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chili: Le nouveau gouvernement très présent sur Twitter

[Les liens sont en espagnol sauf mention contraire] Pour la première fois au Chili, les internautes peuvent suivre le Président et les Ministres du Cabinet sur Twitter : le Président Sebastián Piñera et son cabinet ont ouvert des comptes sur Twitter. Comme on pouvait s'y attendre, les utilisateurs de réseaux sociaux l'ont remarqué et ont exprimé leurs attentes devant ce nouveau moyen de communiquer avec leurs dirigeants.

Extraits des pages Twitter des membres du cabinet

Extraits des pages Twitter des membres du cabinet

Les pages sont mises à jour en via différentes applications comme UberTwitter, HootSuite et OpenBreak ; bien que certains continuent à publier de manière traditionnelle depuis le web.

Le Ministre de la Défense Jaime Ravinet (@jravinet)a commencé à tweeter le 26 mars. Dans un de ses premiers tweets, il dit:

Gracias por sus saludos, de apoco aprendo a usar esta nueva erramienta..

Merci pour votre accueil, petit à petit j'apprends à utiliser ce nouvel outil…

Son dernier tweet rapporte sa visite à des militaires blessés:

visité a militares accidentados ayer. Su evolución es satisfactoria,Cabo Hernández está en la UTI por fractura de pelvis y ambas muñecas

J'ai rendu visite hier à des militaires blessés. L'évolution de leur état est satisfaisante, le soldat Hernández est en soins intensifs pour des fractures du bassin et des poignets

Rodrigo Alvarez (@RodrigoAlvarez), sous-secrétaire au Trésor, semble plus familier avec Twitter:  il répond aux autres utilisateurs, publie des informations sur ses activités quotidiennes en tant que fonctionnaire, et comme de nombreux hommes politiques le font sur Twitter, il fait la promotion des actions du gouvernement :

El compromiso del gobierno es total.No vamos a detenernos hasta que cada uno de ustedes pueda ponerse de pie y mirar el futuro con esperanza

L'engagement du gouvernement est absolu. Nous ne nous arrêterons pas avant que chacun d'entre vous puisse se tenir debout et regarder l'avenir avec espoir.

Le journal El Paradiario 14 a publié un article qui inclut une liste des ministres avec leurs pages Twitter. L'article rappelle aux lecteurs que M. Piñera a su utiliser les média sociaux à son avantage durant la campagne présidentielle.

Recordemos que la campaña digital del Presidente Electo fue probablemente la más activa en la utilización de redes sociales: Sebastián Piñera contaba vía Twitter las cosas que iba haciendo, convocaba voluntarios a través de Facebook y compartía las imágenes de sus recorridos en Flickr. Todo, siguiendo la tendencia que legó Barack Obama en EE.UU. Sin embargo, una cosa es la campaña y otra es gobernar utilizando estas herramientas de comunicación…

Rappelons-nous que la campagne numérique du Président en exercice fut probablement celle qui a utilisé  le plus activement les média sociaux ; Sebastián Piñera racontait sur Twitter ce qu'il faisait, a convoqué des bénévoles via Facebook, et partagé des images de ses déplacements sur Flickr, tout cela en suivant l'exemple donné par Barack Obama aux Etats-Unis. Malgré tout, une chose est de faire campagne et gouverner en utilisant ces outils de communications en est une autre…

Enzo Abbagliati Boïls a publié sur son blog Cadaunadas un billet sur la présence du gouvernement sur Twitter.  Il voit cela comme une avancée positive, mais il met en garde les utilisateurs fréquents des média sociaux de ne pas en attendre trop ; il explique que chaque utilisateur devrait définir ce qu'il attend.

Para quienes vivimos cotidianamente en las redes sociales, es una buena noticia saber que tendremos la oportunidad de compartir con las máximas autoridades del Poder Ejecutivo a través de este espacio. […]

Mientras tanto, que el Presidente electo y sus 22 ministras y ministros tengan cuenta en Twitter, no debe generar en nosotros, la ciudadanía que frecuentamos estos espacios, falsas expectativas. Es bueno, por ello, que cada uno de nosotros defina que espera y -sobre todo- que no espera de la presencia de estas autoridades en la red.

Pour ceux d'entre nous qui vivent quotidiennement sur les sites de médias sociaux, c'est une bonne nouvelle de savoir que nous pourrons communiquer  avec les autorités du pouvoir exécutif par ce biais.  […]

En même temps, le fait que le Président en exercice et ses 22 ministres aient des comptes Twitter ne devrait pas provoquer chez nous, les gens qui visitent ces espaces, de faux espoirs.  De ce fait, ce serait une bonne chose que chacun d'entre nous définisse ce que nous en attendons et – mieux encore – ce que nous n'attendons pas de la présence en ligne de ces autorités.

Abbagliati révèle que l'une des choses qu'il espère est que les ministres utiliseront Twitter comme un moyen de communication, et pas seulement comme un porte-voix pour des annonces ou des informations. Sigrid a commenté ce billet en disant qu'elle espérait que c'était un pas dans la bonne direction vers une démocratie plus forte où les citoyens peuvent dire plus directement à leurs agents publics ce qu'ils pensent et ressentent.

Yo espero q sea una forma de establecer mayor horizontalidad entre las “autoridades” y la ciudadanía, chile está a años luz de un gobierno realmente ciudadano, y tenemos los recursos para hacerlo, no sólo tecnológicos, sino también un movimiento grande de personas interesadas en el bien común y con ganas de manifestar su opinión respecto al acontecer nacional y con ganas de ser escuchados. No hablo de lógicas asistencialistas, más bien hablo de real democracia y expresión ciudadana. Espero realmente que este inicio sea una señal de un cambio potente y real.

J'espère que c'est un moyen d'établir une meilleure communication horizontale entre les “autorités” et les citoyens, le Chili est à des années-lumière d'un gouvernement vraiment citoyen, et nous avons les moyens de le faire, pas seulement la technologie, mais aussi une grande partie de la population qui s'intéresse au bien commun et qui veut être entendue.  Je ne parle pas des logiques de l'assistanat mais de la vraie démocratie et de l'expression des citoyens. J'espère vraiment que ce premier pas est le signe d'un changement réel et profond.

 

Ministers with Sebastián Piñera at cabinet meeting. Photo uploaded by Flickr account Ministerio Secretaria General de Gobierno and used under a Creative Commons license.  

Les Ministres avec Sebastián Piñera lors d'une réunion de cabinet. Photo du compte Flickr Ministerio Secretaria General de Gobierno utilisée sous licence Creative Commons.

Kangrejoman fait preuve de scepticisme, se demandant qui est derrière les entrées sur Twitter:

A lo mejor peco de ingenuo o pesimista, pero dudo que el 100% de los ministros vaya a administrar personalmente sus cuentas.

Je pèche peut-être par naïveté ou pessimisme, maiis je doute que 100% des ministres vont s'occuper de leurs pages Twitter eux-mêmes.

Alejandro Barros a commenté sur un billet d'Abbagliati sur le même sujet, avec un lien vers un article datant du 15 novembre 2009 qui cite le Président Obama disant qu'il ne publiait pas lui-même les entrées de sa page Twitter:

Enzo, yo espero otra cosa, además de las que planteas, saber quien administra su cuenta: el jefe de gabinete, su asesor comunicacional, la SECOM o son ellos directamente. […] Creo que sería bueno lo supieramos antes y no después como fue en el caso de Obama: http://www.readwriteweb.com/archives/obama_i_have_never_used_twitter.php 

Creo que eso hace iniciar el proceso en forma transparente

Enzo, j'espère que les choses seront différentes, en dehors de ce que vous demandez, savoir qui gère leurs pages […] Je pense que ce serait bien de le savoir dès le départ et non pas après les faits comme dans le cas d'Obama. Je pense que cela assure que le processus commence d'une manière transparente.

Abbagliati finit son billet par une invitation à commenter le sujet, et une déclaration forte sur ce qu'il espère voir émerger de cette interaction :

Finalmente, no espero que cambien Chile desde Twitter. Más bien espero lo contrario: que a través de Twitter, Chile cambie a los ministros y ministras. Los ciudadanos y ciudadanas que habitamos por estos lares no representamos a todo el país, pero sin duda ayudaremos a que en sus reuniones de Gabinete haya mayor diversidad.

En conclusion, je n'attends pas qu'ils changent le Chili par Twitter. En fait, j'espère que l'opposé va se produire :  que le Chili va changer ses ministres par le biais de Twitter. Les citoyens présents sur ces sites ne représentent pas la totalité de la population, mais il ne fait aucun doute que nous contribuerons à amener plus de diversité aux réunions du conseil des ministres.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site