Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pakistan : Augmentation des cas de maltraitance sur les enfants

Au Pakistan, les cas de maltraitance sur les enfants augmentent de façon inquiétante. Selon Shamshad Qureshi, le représentant de l'Unicef dans le pays [en anglais, comme tous les liens cités], cela est dû au fait que la loi n'est pas appliquée, à la négligence des parents et au manque de sensibilisation des enfants et de la société. Il dit aussi que la pédophilie existe au Pakistan principalement parce qu'il est facile d'entrer en contact avec des enfants, par négligence des parents.

Faheem Haider du blog Bangladesh Foreign Policy parle de la maltraitance des enfants et du travail infantile au Pakistan et au Bangladesh. Il ne mâche pas ses mots, et nous montre une autre facette très courante de l'abus des enfants :

Incapables de nourrir leurs familles qui s'agrandissent, des parents désespérés confient leurs enfants à des familles riches, où ils travaillent comme domestiques, bonnes, ou nounous (gardiennes d'enfants est un terme plus approprié à ce que ces filles effectuent comme travail dans ces familles). Ces enfants deviennent par la suite réellement les pupilles de leurs employeurs, et sont souvent traités comme des propriétés personnelles. Les parents biologiques deviennent invisibles, parfois ils vivent à plusieurs centaines de kilomètres, et ne savent pas que leurs enfants ne sont que de la chair et des os tributaires des caprices et des colères de leurs maîtres d'une indécente méchanceté. 

La justice n'existe pas pour ces enfants. Ce sont les débris de l'extrême pauvreté et les cadeaux reconditionnés de situations déséquilibrées. Ils n'ont absolument pas de chance. Personne ne remarque les conséquences de cette maltraitance sur les enfants, et ceux-ci ne savent pas comment ils pourraient s'en sortir. Pour ces enfants, la justice est un professeur négligent.

Fatima Bhutto n'est pas seulement une héritière politique influente, elle s'investit également dans l'humanitaire. Dans un billet paru sur le blog The Daily Beast, elle dresse un portrait effroyable de la maltraitance des enfants :

Le meurtre brutal d'une petite bonne âgée de douze ans, qui aurait été tuée par son puissant employeur, a stupéfié le pays. Mais depuis la corruption du gouvernement jusqu'au meurtre d'honneur d'une femme aisée, les gens les plus riches du pays s'en tirent toujours.  

Shazia Masish, une toute petite fille de douze ans qui ne faisait pas son âge, a été enterrée après des funérailles chrétienne à l'église cathédrale de Lahore. Elle était employée par le riche et influent ancien président du barreau de Lahore, et pour un généreux salaire de 8 dollars par mois elle nettoyait les toilettes de ses employeurs, les voitures qui remplissaient le garage de leur villa de banlieue, et la crasse qui s'accumulait sur les sols de leur maison.

Cette vidéo sur YouTube montre qu'un enseignant d'une école publique a maltraité un de ses élèves en guise de punition, mais personne n'a rien fait.

Le terme “abus des enfants” recouvre toutes sortes de crimes les plus divers à l'encontre des mineurs. Cela désigne à la fois des abus physiques et psychologiques. Quand un adulte tente d'utiliser un enfant comme un jouet sexuel, c'est de la maltraitance. Quand un adulte essaie de trouver de la main-d'oeuvre à moindre coût, c'est aussi de la maltraitance. Quand un enfant est considéré comme un bien et échangé contre de l'argent ou autre chose, c'est de la maltraitance. Quand un adulte force un enfant à effectuer des tâches bien trop difficiles et dangereuses pour son âge, c'est de la maltraitance.

Le Pakistan est un pays qui ne fait pas grand chose pour protéger les plus jeunes des horreurs de la maltraitance à laquelle ils sont exposés, dans le monde de l'enfance ou en-dehors.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site