Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : Le musée de la corruption recrute

[Les liens sont en chinois] Le China Daily, citant un journal local, a annoncé qu’un musée de la corruption était en projet dans la province du Sichuan, au sud-est de la Chine. Le musée demande aux internautes de désigner les 100 fonctionnaires les plus corrompus du siècle dernier.

L’idée de ce projet a été suggérée sur le micro blog de Fan Jianchuan, fondateur du musée Jianchuan à Chengdu. Il a annoncé que ce musée accepterait la sélection du public, qui peut voter sur le site internet du musée. Les critères pour élire les «100 plus grands corrompus» incluent l’ancienneté du fonctionnaire corrompu, les montants impliqués, les moyens utilisés, les circonstances et l’impact sur la société.

Le musée Jianchuan est un groupe de 15 musées situés à Chengdu, dans la province du Sichuan

Le musée Jianchuan est un groupe de 15 musées situés à Chengdu, dans la province du Sichuan

Fan a déclaré qu’il demanderait l’appui de la commission disciplinaire du Parti Communiste pour transformer cette initiative en centre éducatif anti-corruption. Des expositions sur la corruption sont déjà régulièrement organisées par le parti à l’échelle nationale, mais, dit-il, il manque un musée qui lui soit dédié. Il pense que ce musée aura un impact positif sur la société. Il a commencé à mettre de côté les « artéfacts de la corruption » provenant de ses collections existantes, dont des verdicts de tribunaux et des lettres d’aveux.

La proposition a suscité un flot de commentaires sur internet. Pour Qian Guilin (钱桂林) c’est une idée très innovante qui aurait des impacts positifs au niveau éducatif :

雨果说过:“多办一所学校,就可以少建一座监狱。”教育的力量是伟大的,没有什么比教育能够对人的思想产生更大的影响了。建贪官博物馆,比单纯让干部听一两次反腐报告或参观一两个图片展览更具震撼力和震慑力,能教育和警醒广大干部,让他们树立正确的人生观、权力观、地位观和价值观

Victor Hugo disait, « celui qui ouvre une porte d’école, ferme une prison ». La force de l’éducation est énorme, rien n’a plus d’impact sur le mode de pensée des gens. Un musée serait beaucoup plus à même d’influencer les gens en les ébranlant et en les effrayant qu’une ou deux conférences ou expositions contre la corruption, cela pourrait aider à inculquer aux cadres la discipline et la vigilance, ainsi que leur permettre de fonder une conception droite de la vie, du pouvoir, du statut social et des valeurs.

Pendant ce temps, Sun Jindong (孙金栋) identifiait plusieurs défauts dans la proposition :

从内容看,百强以何标准衡量?如果以官员级别最高者入选,以贪污金额最多者入选,以手段最阴险者入选,以年龄最大、最小者入选,它是一个动态的过程,不可能象抗日战争、解放战争那样,成为已经过去、不再变化的一个静止点。因此,这个“百强”之最只能是相对而言,新的百强随时在产生,百强纪录将被不断刷新,“百强贪官”最终成为名不符实。

Par rapport au contenu, comment déciderez vous des «100 plus grands corrompus» ? Les critères du statut, du montant, des moyens et de l’ancienneté sont des critères dynamiques, et ne peuvent donc pas être considérés comme déterminants. Ce ne sont pas des événements historiques comme la guerre contre le Japon ou la guerre de libération, qui sont statiques. Donc, le concept des «100 plus grands» est relatif. Il y aura toujours de nouveaux événements pour surpasser les records antérieurs, et cela rend le terme «100 plus grands » vide de sens.

从冠名看更不确切,“百强贪官”强在何处?从本质上说,他们都是纸老虎。得势、得志、在位时,一个个貌似强大,呼风唤雨,猖狂之极。一旦败露,就成了不齿于人类的狗屎堆,成了人民的阶下囚,或者受到极刑严惩成为历史的罪人,他们强在何处?

En ce qui concerne le nom, en quoi les personnes figurant dans le palmarès des « 100 plus grands corrompus » méritent-elles la désignation de « grand »? Ils ne sont que des tigres de papier. Ils abusent du pouvoir dont ils jouissent de par leur position de fonctionnaires, mais une fois découverts, ils ne sont plus rien, ils sont emprisonnés et méprisés par tout le monde, ou bien reçoivent le sévère châtiment d’être considérés comme les «déchets de l’histoire». En quoi sont-ils donc si grands ?

Réagissant sur le phénomène de la corruption, Wu Min (吴敏) pense que les Chinois ne peuvent rien faire en face de fonctionnaires corrompus. Construire un musée de la corruption avec une sorte d’ « humour noir », c’est tout ce qu’ils peuvent faire.

“贪污、潜规则已经成为现在中国社会的一种文化。既然是文化,应该加以保护并好好研究。不但要建博物馆,同时,还应向联合国申请国际文化遗产。”有网友不无风趣地说到。笔者认为,导致建设“贪官馆”的根源是社会道德出现了短路。道德短路,致使良善缺失、黑白不分、公平失衡等,这种大社会背景,成为滋生腐败的温床。加之社会制度的不完善,催生着种种贪腐劣迹,充斥在民众的眼前。

Un internaute fait remarquer, non sans humour, que « la corruption et les règles cachées sont déjà devenus une part de la culture chinoise. Comme c’est culturel, cela devrait être protégé et étudié. Construire un musée en son honneur n’est pas suffisant, il faudrait l’inclure dans la liste du Patrimoine mondial des Nations Unies ». Je pense que si l’on en vient à construire un musée de la corruption, c’est qu’il y a une sorte de « court-circuit moral ». Il y a un manque de justice, d’équité et d’honnêteté dans notre société. C’est dans ces circonstances que la corruption se généralise, avec les imperfections de nos institutions sociales et les injustices qui foisonnent sous les yeux des citoyens.

Wen Jiabao, le premier ministre chinois, a déclaré en mars que la Chine était toujours « sujette à la corruption » et rongée par l’ « application de lois injustes et un exercice incompétent des pouvoirs » malgré des années d’efforts consacrés à la lutte contre la corruption. La Chine a publié un « code de l’éthique » pour les fonctionnaires en début d’année, spécifiant 52 pratiques inacceptables.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site