Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La politique de radiation des comptes Facebook en question

Ce billet a été publié initialement sur le blog personnel de Jillian C. York [en anglais].

Ces dernières semaines, plusieurs personnes m'ont fait savoir que leur page Facebook avait été fermée ou effacée de la plate-forme.  D'abord, ce fut un ami du Maroc. Ensuite, une amie marocaine vivant à Boston. Ensuite, une femme indienne en Angleterre. Et d'autres ont suivi.

Après avoir enquêté un peu et parlé à chacun d'entre eux, j'ai réalisé que ces personnes avaient toutes quelque chose en commun :  elles critiquaient toutes l'Islam (certaines sont athées, d'autres d'anciens musulmans ou encore des réformistes) et publiaient fréquemment des articles et des billets d'humeur sur la religion.

Quelqu'un m'a ensuite informée qu'un groupe avait été créé sur Facebook (en arabe) avec pour seul objectif de signaler aux modérateurs – et donc de faire fermer –  les profils des athées arabes.  Le groupe, qui semble lui-même avoir disparu, était nommé “Pesticide Facebook” et son propos était “d'identifier les athées, agnostiques, anti-religieux du monde arabe et spécialement de Tunisie…” Les membres de ce groupe tentaient de faire supprimer les comptes Facebook de ces utilisateurs après les avoir identifiés.

Bien entendu, il est problématique qu'un groupe de personnes cherchent à détruire les identités numériques d'un autre groupe spécifique d'utilisateurs, mais ce n'est pas le problème que je vais aborder ici. Ce dont je vais parler est de la stratégie de Facebook pour traiter ce genre de situations, et pourquoi elle est si problématique.

  1. Facebook permet trop facilement à ses utilisateurs de faire supprimer les comptes d'autres utilisateurs. N'importe qui peut signaler quelqu'un aux modérateurs, en cliquant simplement sur un bouton.  Facebook n'a pas expliqué publiquement comment cette procédure fonctionne, mais je soupçonne que lorsqu'un certain nombres de membres signalent le même utilisateur aux modérateurs, le profil de ce dernier est automatiquement supprimé.  Je ne peux que spéculer sur ce qui se passe ensuite mais d'après les témoignages que j'ai recueilli, Facebook ne contacte pas les utilisateurs [dont le profil est supprimé].  Par contre, ceux-ci auraient la possibilité d'écrire à desactivé@facebook.fr pour demander à être “réactivé”.  Parfois cela marche, parfois pas.
     

    Capture d'écran sur Facebook de la fonction “Signaler”

  2. Les Termes et Conditions d'usage stipulent que les utilisateurs doivent utiliser leur véritable nom sur leur profil. Cela donne un prétexte tout trouvé aux “agresseurs” pour signaler un profil aux modérateurs.  Particulièrement ceux des activistes arabes qui utilisent des pseudonymes en raison des risques qu'ils courent dans leur pays. Il est alors facile de les signaler aux modérateurs et de faire supprimer le profil d'un membre sous un prétexte “légitime”.
  3. Facebook n'informe pas les utilisateurs que leur profil a été supprimé et ne donne pas non plus les raisons de la suppression. Contrairement à  YouTube, Flickr et d'autres réseaux sociaux, Facebook n'informe pas ses utilisateurs que leur profil a été supprimé, ni ne donne la raison de la suppression ; ils les désactivent, tout simplement.  Le seul recours (envoyer un mail à “désactivé@facebook.fr“) ne garantit pas une réponse et bien souvent les utilisateurs disent n'en avoir jamais reçue. Sabina England, dont le profil a récemment été désactivé, dit qu'elle n'a jamais reçu d'explication ni de réponse à ses nombreux emails envoyés à Facebook.
  4. Facebook exige une preuve d'identité des utilisateurs pour prouver qu'ils sont qui ils disent être.  Récemment, le profil de mon amie l'activiste Najat Kessler sur Facebook a été supprimé.  Elle a écrit à Facebook et reçu rapidement la réponse suivante :

Lundi, 5 avril 2010 a 17h23 , L'Équipe Facebook <appeals+0pmdmcp@support.facebook.com> a écrit:

Bonjour,

Nous ne pouvons vérifier les droits du compte enregistré sous cette adresse.  Merci de nous envoyer une image numérique (scan) d'une pièce d'identité fournie par un gouvernement et comportant une photo. Merci de cacher toutes les informations qui ne sont pas nécessaires pour vérifier votre identité (ex : numéro de sécurité sociale). Soyez assurée que nous effacerons complètement la copie de votre pièce d'identité de nos serveurs une fois l'authenticité de votre compte établie.

Merci de tenir compte du fait que les faux comptes sont une violation de notre Déclaration des Droits et Responsabilités. Facebook exige que ses utilisateurs s'enregistrent sous leur prénom et nom réels. Emprunter l'identité de qui que ce soit ou de quoi que ce soit d'autre est interdit.

Veuillez joindre à votre pièce d'identité toutes les correspondances précédentes sur ce sujet afin que nous puissions nous référer à votre email initial.   Nous réévaluerons le statut de votre compte après avoir reçu ces informations. Nous ne traiterons que les demandes accompagnées d'une pièce d'identité. Nous nous excusons pour tout désagrément.

Cordialement,

Dominique
User Operations
Facebook

Autrement dit, nous sommes supposés faire confiance à Facebook et leur confier une pièce d'identité ? Facebook, réputé pour ses revirements de politique en matière de protection de la vie privée ? Non merci !

Vous pouvez trouver plus d'informations sur cette affaire ici.  Le problème est le suivant : les “termes et conditions d'utilisation” de Facebook ne sont simplement pas assez clairs, et les méthodes de Facebook pour effacer des profils et les réactiver ne sont pas transparentes.

Mes conseils à Facebook ?

  • D'abord, et avant tout, offrez la transparence à vos utilisateurs. Oui, Facebook est une plateforme privée et gratuite, mais ses utilisateurs espèrent pouvoir s'en servir.  C'est votre prérogative de définir vos conditions d'utilisation mais soyez clairs, logiques, et transparents quand vous les mettez en œuvre.
  • Soyez logiques…. Il y a de multiples profils de Jésus Christ sur Facebook qui ont été autorisés à rester en ligne, alors que “Sabina England” (un pseudonyme très public représentant une personne réelle) n'est pas autorisée à garder son compte ?  De plus, pourquoi insister pour que les utilisateurs se servent de leur véritable identité ?  N'êtes-vous pas conscients des risques que les gens prennent dans certains pays ?
  • Modifiez vos Termes et Conditions d'utilisation.  Nous dire que nous ne devons pas utiliser Facebook d'une manière “qui porte atteinte aux droits d'autrui ou ne respecte pas la loi” est trop vague. Faites vous référence aux États-Unis ? Si c'est le cas, dites-le.  Sinon, quelle loi ?  Les lois d'Arabie Saoudite exigeraient qu'une femme ait la tête couverte [sur sa photo] par exemple.  La loi allemande bannirait toute négation de l'Holocauste (que Facebook laisse exister sur son site). Soyez clairs avec vos utilisateurs.

Et vous, avez-vous d'autres conseils pour Facebook ?

4 commentaires

  • Très intéressante observation. Merci. Je vais relayer cette information.

  • […] This post was mentioned on Twitter by Claire Ulrich, GlobalVoicesFrançais, Pascal Gibert, Anna Gueye, topsy top20k fr and others. topsy top20k fr said: Global Voices en Français » La politique de radiation des comptes Facebook en question http://bit.ly/aDPVrD […]

  • […] This post was mentioned on Twitter by Nicolas MARY. Nicolas MARY said: La drole de politique de confidentialite et de radiation des comptes sur Facebook http://j.mp/cBj9b1 via @patthomas #fb […]

  • Plutôt que donner des conseils à Facebook, pourquoi ne pas donner des conseils à ceux qui veulent s’exprimer librement ?

    Facebook est tout sauf une plateforme faite pour la liberté d’expression. Avoir son site personnel, avec un hébergeur de confiance, où l’on installe un quelconque moteur de blog, c’est la solution de l’indépendance, qui permet de ne pas être inquiété par les censeurs de tout poil.

    Facebook a le droit de mettre les conditions d’utilisation qu’il veut, la politique de suppression des profil qu’il veut, et peut cautionner les actes de groupes tels « Pesticide Facebook ». Ils sont les seuls maîtres à bord sur leur site, et demander au geôlier numérique d’agrandir un peu la cage ne résous rien : c’est à ceux qui publient sur internet de ne pas enfermer leurs mots, mais de les libérer en ayant eux-même le contrôle de leurs données.

    Si vous tenez ce que vous mettez sur internet, ne le donnez pas à des gens en qui vous n’avez pas confiance !

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site