Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Royaume Uni : Priorité refusée à la demande d'asile de Ali Hili, activiste gay irakien

[Tous les liens sont en anglais] La demande d'asile d'Ali Hili, leader irakien d'un groupe de défense des droits des gays, lesbiennes bisexuels et transsexuels (LGTB en anglais), ne sera pas considérée comme prioritaire par le gouvernement du Royaume-Uni malgré la recommandation du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés d'accorder une “considération favorable” à ce groupe à risque.

Le dossier d'Ali Hili, en attente depuis trois ans, l'empêche de voyager et par conséquent, selon ses soutiens, gêne ses efforts pour faire connaitre Iraqi LGBT, un groupe basé à Londres qui a commencé à faire campagne en 2003.

“Ali Hili a reçu beaucoup d'invitations internationales pour parler de la situation en Irak, dont celles de groupes aux États-Unis comme Gay Liberation Network [le Réseau de Libération Gay] et International Gay and Lesbian Human Rights Campaign [Campagne Internationale pour les Droits Humains des Gays et Lesbiennes] qu'il n'a pas pu accepter” rappellent les membres du groupe.

“Il souhaite ardemment [voyager] afin d'étendre le soutien aux objectifs de son organisation, c'est à dire soutenir les homosexuels en Irak et attirer l'attention du monde sur leur sort,” avait écrit l'avocat d'Ali Hili à l'Administration des Frontières britanniques en 2009.

Plus de 700 Irakiens auraient été assassinés pour leur orientation sexuelle dans les six dernières années, rapporte Iraqi LGBT. Une fatwa a été lancée contre Ali Hili depuis l'Irak.

Pink News donne plus d'informations via une colonne d'opinion publiée par Paul Canning, activiste des droits des homosexuels et webmaster du site LGBT Asylum News. Paul Canning écrit :

Les gens sont souvent choqués d'entendre ça, mais parlez à des gays irakiens qui ont réussi à quitter leur pays et ils vous diront que la vie était meilleure sous Saddam.

En novembre 2009, le blog Gays Without Borders [Gays sans Frontières] publiait cette description de Iraqi LGBT sur la situation des gays et lesbiennes en Irak.

Les membres des milices utilisent Internet pour trouver de nouvelles victimes et emploient maintenant des analystes pour surveiller les sites gays de rencontres ou les réseaux sociaux dans la région.  Ils collaborent avec les patrons de cyber-cafés pour trouver les gens qui utilisent ces sites et créent de faux profils pour les piéger.

En dépit des risques qu'il encourt en Irak, la dernière réponse en date de l'agence des frontières du Royaume Uni (UKBA), qui refuse de traiter ce dossier en urgence, est motivée ainsi :

  • l'assistance accordé par Ali Hili au Ministère des affaires étrangères “'n'entre pas en ligne de compte”
  • la fatwa [lancée contre Ali Hili] ne signifie pas que Ali Hili  “passe en classification de danger évident et immédiat”
  • que le délai dans l'examen de la demande d'asile de Ali Hili (depuis juillet 2007) “n'est pas exceptionnel  en lui-même”
  • que son cas n'est pas “irréfutable”

L'agence de photo Demotix a sur son site une photo d'Ali Hili en train de manifester à Londres avec une pancarte donnant un lien vers sa campagne de soutien en ligne :  http://bit.ly/alihili.

Iraqi LGBT propose quelques pistes d'action aux citoyens britanniques qui veulent soutenir l'appel du cas d'Ali Hili : par exemple, écrire au Ministre de l'intérieur, au Premier ministre et à leur député.

Pour ceux qui vivent en dehors du Royaume-Uni, le mouvement suggère de demander aux politiques et aux organisations locaux d'inviter Ali Hili dans leur pays (ce qu'il ne pourrait faire dans sa situation actuelle) et de faire de la publicité à ces invitations [qu'il ne peut pas honorer].

Pendant ce temps, les commentaires de soutien s'ajoutent les uns aux autres sur la page de la pétition à l'intention du ministère de l'intérieur demandant au gouvernement britannique de traiter ce dossier en urgence (avec près de 600 noms au moment où nous publions).

Un signataire, Paul Allen, écrit :

Voudriez-vous rester dans une société qui vous traite, vous, la personne que vous êtes, avec peur, haine et violence, pour des raisons motivées par la religion?

Ron Addison écrit simplement :

HONTE à vous.  Réglez la situation maintenant.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site