Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pologne : Requiem pour le Samedi Noir, 10 avril 2010

Candles in Warsaw, photo by Maria Seidel Bougies à Varsovie, photo Maria Seidel

Alors que nous traversons les premières 24 heures de la tragédie de la nation polonaise, les médias sociaux présentent diverses réactions aux événements de ce matin, quand la Pologne a perdu son Président et 95 autres personnalités de premier plan.

Sur Facebook, on se rassemble dans des groupes nouvellement créés :

fbgroups

[*] pour les Polonais morts aujourd'hui près de Smoleńsk.

Nous nous unissons dans la tragédie

Qu'ils reposent en paix Samedi noir 10.04.2010

Certains n'arrivent pas à accepter les faits :

LukaszSosinski

C'est fou ! impossible… je ne veux pas y croire

D'autres soulignent l'importance de se souvenir de la catastrophe d'aujourd'hui et de l'endroit où elle s'est produite :

GosiaMutka

Cette Tragédie, de même que le massacre de Katyn, sera quelque chose que nous Polonais n'oublierons jamais…

Nombreux sont ceux qui pointent la triste ironie de tout cet accident :

MariaPotrykus

Ils étaient dans ce vol pour rendre hommage aux victimes de Katyń et sont devenus eux-mêmes des victimes…

In front of the Presidential Palace, Warsaw, photo by Maria Seidel Devant le palais présidentiel, Varsovie, photo Maria Seidel

Le site de réseau social ‘Nasza-Klasa’ abrite lui aussi une grande quantité de billets exprimant des condoléances aux familles, la tristesse pour la nation et une vision neuve d'unité autour de la personne du Président pour le pays entier :

Alicja

Quand il était en vie, les uns le soutenaient, les autres s'opposaient à lui. La tragédie a mis tout le monde derrière lui ! C'est triste que maintenant seulement il soit choisi pour être Président, alors qu'il était l'objet de nos quolibets de son vivant… à présent il n'y a que tristesse et chagrin parce que Notre Président nous a quittés, avec beaucoup d'autres. C'est triste et déprimant qu'il ne soit apprécié que maintenant (*) Suis en profonde sympathie avec leurs familles et ceux qui le déplorent vraiment !!!!

photo3 Une petite fille scout à Varsovie, photo Maria Seidel

Dans l'attente des déclarations officielles, que ce soit sur les forums ou dans les commentaires aux articles de presse, les gens commencent à discuter des véritables raisons de l'accident. Roled en liste les plus évidentes :

1. Voler dans une vieux débris, avec lequel même les pilotes ont peur de ne pas savoir s'y prendre.

2. Voler dans un vieux débris dans de mauvaises conditions météo, sans visibilité.

3. Décider de faire atterrir ce débris sur un aéroport inadapté aux conditions difficiles.

4. A bord se trouvent plus de 80 personnes, surtout celles qui sont importantes.

5. Il est notoire qu'une certaine personne a déjà forcé les pilotes à “avoir moins la trouille” [allusion à la précédente demande du Président d'atterrir dans de mauvauses conditions]

Le résultat, si on sait réfléchir, est visible.

Wujek_extrema spécule [en polonais]:

Hélas, je suis convaincu de la pression mise sur les pilotes. J'entends presque l'un d'entre eux dire : “Nous n'allons pas laisser les Russes nous dicter ce que nous avons à faire” – surtout sur le chemin de Katyń. Ce sera la honte internationale sur nous dès que ça sera officiel.

nych évoque la possibilité d'une intervention du Président [en polonais] :

Si les Russes leur ont conseillé de ne pas atterrir, je suis sûr que Kaczor [le président] a décidé personnellement du contraire, il ne pouvait pas être en retard à la messe.

xyz signale les raisons possibles de ce genre de décisions [en polonais] :

Il y avait des pilotes expérimentés et des généraux à bord. Ils devaient être conscients des risques à faire atterrir ce type d'appareil dans de telles conditions. Ça a pu être être une affaire de certaines personnes prenant le conseil de changer d'aéroport comme un retard prévu/rendant impossible de participer aux cérémonies et ils ont peut-être été trop présomptueux – nous ne connaîtrons jamais la vérité.

pfg conteste l'irresponsabilité de faire voyager autant de hauts responsables dans le même avion [en polonais]:

Ce que je comprends, c'est que le Président a volé avec le Premier Ministre, ses ministres, le général Gągor et d'autres hauts responsables. Mais tous les chefs principaux de l'armée – c'est incroyable.

Alors qu'on attend toujours les réponses à ces questions, les utilisateurs de Wykop se concentrent [en polonais] sur le fait que le monde apprend la vérité sur le massacre de Katyń lui-même. Hemus écrit [en polonais] :

@JamesikR En dépit du tragique de toute la situation, vous avez raison. Même si je suis partagé à ce sujet, je pense que la tragédie d'aujourd'hui ouvrira peut-être les yeux de l'Occident et que nous n'entendrons pas parler dans de futures déclarations des “camps de concentration polonais.” La mort de ces dizaines de personnes ne fera pas ombrage à la mort de milliers.

Mczarny enchaîne sur les commentaires d'internautes affirmant que le trafic élevé sur les principaux moteurs de recherche est dû à la simple curiosité sur l'accident :

Dieu soit loué pour la curiosité humaine. J'irai plus loin en affirmant que la tragédie d'aujourd'hui ne sera pas vaine et montrera ce pourquoi d'autres se battaient – la mémoire. Malheureusement, ils ont payé le prix fort.

Zexon commente [en polonais] sur une note positive, mentionnant que ceci peut aussi conduire à de meilleures relations entre la Pologne et la Russie :

Et il y aura peut-être une amélioration des relations polono-russes.

All flags at half mast, photo by Maria Seidel Tous les drapeaux à mi-mât, photo Maria Seidel

Le moteur de blogs blox.pl, face à la quantité croissante de réactions de blogueurs, a demandé [en polonais] aux lecteurs de collationner leurs billets dans la section des commentaires. Les blogueurs, tels Grzegorz Ajdukiewicz,partagent [en polonais] leurs récits de la journée, photos à l'appui :

Ce tragique événement a complètement gâché ma journée. Je l'avais commencée en allant à une manifestation de la série appelée Photo Day (déjà la 8e édition). Dans la zone fermée pour rénovation de la gare centrale, des dizaines de journalistes étaient rassemblés. L'un d'eux cheminait à côté de moi en parlant au téléphone. J'ai entendu “Président,” “tous morts ?” etc. J'ai cru que c'était une blague (lancer quelque chose dans la foule pour démarrer des ragots). Je suis sorti du passage souterrain puant et suis entré dans le bar en train de fermer, où à ma surprise ils avaient encore une télé à écran plat. Elle était allumée, quelques personnes la regardaient bouche bée. Il était 9:56 du matin. Tout est devenu clair. Ce n'était pas une blague ! Hélas !

D'autres, comme yesss, sont laconiques  [en polonais] :

Pitié pour les gens, c'est pour les personnes que je suis triste. Sans regarder les couleurs et les opinions. Profondément affligé.

Bronisław Komorowski, qui assure l'intérim jusqu'à la prochaine élection, a conforté les Polonais dans leur sentiments en ce jour dans son allocution officielle [en polonais]:

Aujourd'hui, dans la lumière de notre drame national nous sommes unis. Aujourd'hui il n'y a ni gauche, ni droite. La division des opinions et des croyances est sans importance. Aujourd'hui nous sommes tous ensemble, debout face à cet énorme drame, devant la mort de tant de personnes. Nous nous joignons à la douleur des familles des victimes et à l'inquiétude de notre patrie endeuillée.

Remerciements particuliers à Maria Seidel qui a fourni les photos de Varsovie.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site