Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde, Pakistan : La Sania-Shoaibmania, ça roule !

La controverse autour du mariage de Shoaib Malik et Sania Mirza a secoué les gens des deux côtés de la frontière ndo-pakistanaise. Avec le blitz médiatique, on semble assister dans les deux pays à une version desi des “papparazzi” alors que les chaînes de télévision, la presse écrite et autres agences traquent, glanent et extraient la moindre miette d'information possible sur ce mariage imminent.

Des squelettes sont sortis des placards de Shoaib en la personne de son “ex-femme” Ayesha Siddiqui, dont il a du divorcer officiellement pour faire taire la polémique. Les allégations et la plainte contre lui en Inde ont été retirées entre-temps par la famille Siddiqui en échange, croit-on, d'une pension alimentaire de 150 millions de roupies. Les péripéties et rebondissements de l'affaire ont semé la pagaille dans les médias et à l'évidence les blogueurs ne sont pas en reste. Les blogosphères indienne et pakistanaise se sont littéralement enflammées sous les opinions et les débats, les uns croient y voir un signe de paix future tandis que les autres citent cette union comme une source d'acrimonie pour l'avenir [les liens sont en anglais].

Syed Zaki Ahmed sur Pak spectator estime que ce mariage et le bruit autour sont bons pour le commerce :

A présent, dans cette situation comment les commerçants pourraient-ils rester à la traîne. Les hommes d'affaires du Pakistan ont rejoint la fête en engrangeant les commandes pour des centaines de milliers de T-shirts avec les portraits de Shoaib et Sania en attendant leur mariage qui est prévu la semaine prochaine le 15 avril.

Le blog They call me muslim commente la logique qui sous-tend la décision de Sania Mirza d'épouser Shoaib Malik :

Que peuvent apprendre les musulmans indiens de la décision très personnelle de Sania ? Voilà : ne jamais s'excuser à propos du Pakistan. Ne soyez pas inutilement cynique sur ce pays de peur d'être qualifié de traître. Vous n'en êtes pas un.

Les partis de droite hindous, depuis le Bajrang Dal jusqu'au Shiv Sena, ont fait tout un plat de la décision de Sania. Pourtant, la bondissante sensation du tennis a fait le saut. Pourquoi ? Tout simplement parce que, du fond de son coeur, aimer un Pakistanais et être Indienne ne sont pas nécessairement contradictoires.

Néanmoins, Capricious pense que le mariage est voué à l'échec :

* Sania Mirza a obtenu très jeune toute la célébrité, la popularité, la richesse et le statut d'idole. Elle est devenue une enfant chérie de l'Inde, dorlotée et choyée par tous les Indiens et au premier rang des médias indiens et mondiaux. [..] C'est une fille indépendante. A la différence de la majorité des filles musulmanes du sous-continent, elle n'a pas besoin d'un mari pour la nourrir. [..] Faire vivre sa famille est ce sur quoi se développe le caractère, l'attitude et l'autorité de l'homme. C'est ce qui donne la mentalité médiocre du Musulman pakistanais moyen. Cette mentalité exige toujours quelque chose de plus et une faveur indue de la part des épouses. Ce qui va manquer dans cette union. Shoaib Malik ne pourra pas se prévaloir du luxe d'être un “mari”.

Pendant que chaque journée apporte son lot de nouvelles, comme l'envoi par le Premier Ministre pakistanais d'un cadeau personnel pour le couple, la diatribe se poursuit ailleurs. Le Conseil des oulémas sunnites, un groupe de savants religieux, aurait émis une ‘fatwa’ (un décret religieux) à l'encontre de Sania et Shoaib pour promiscuité et vie commune avant la célébration du mariage. Un terme a même été forgé sur twitter pour cette union avec le hashtag #shoania.

On a vu des articles colportant des rumeurs que le véritable nikah (le contrat de mariage) a eu lieu le 9 avril. Mais rien ne sera fait tant que Sania et Shoaib ne l'auront pas confirmé. Les médias paraissent alimenter la folie et des millions de gens dans les deux pays continuent à s'en délecter.

A l'évidence tout cela va se poursuivre jusqu'au 15 avril, alors que deux nations très émotives regardent un scénario de cinéma se transformer en réalité.

NdT : voir le précédent article de global voices online sur ce sujet (version en français).

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site