Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bahrein : Interdiction des groupes de discussions sur les portables BlackBerry

BLACKBERRY-LOGOBahreïn a récemment interdit les groupes de discussions sur les téléphones portables BlackBerry en justifiant cette décision par le “chaos et la confusion” qui dériveraient du partage et de la distribution d'informations locales à travers ces groupes, selon Abdullah Yateem, Assistant secrétaire au Ministère de la culture et de l'information pour la presse et les publications. Par cette décision, Bahrein crée un précédent dans la législation contre les groupes de discussions entre utilisateurs de BlackBerry.

L'agence Gulf News décrit les conséquences de cette mesure légale sur  “Breaking News,” un des groupes de discussions les plus importants:

Un résultat immédiat de la mesure du ministère a été l'arrêt de la diffusion à plus de 13 000 abonnés de BlackBerry des informations quotidiennes fournies par “Breaking News”, l'opération lancée par Muhannad Sulaiman, journaliste à Bahreïn.

A 6 heures du matin Breaking News fournissait gratuitement un résumé quotidien des informations à la une des six principaux quotidiens du pays.

Message

“Je regrette beaucoup la gêne occasionnée, mais comme vous le savez, cela dépasse mes possibilités”, a écrit Muhannad Sulaiman, dans un message aux abonnés.

Les groupes de discussions sont d'un usage très répandu à Bahreïn pour diffuser les informations les plus diverses allant des titres de l'actualité à la politique. Les abonnés de ces groupes concernés par l'interdiction se comptent par milliers.

Le militant Bahreini Said Yousif commente cette dernière mesure législative en la mettant en rapport avec la pratique de Bahreïn en matière de censure de l'Internet :

ويعد هذا القرار غير الحكيم، ضربة قاسية لحرية التعبير في البحرين مع أنه ليس الاجراء الوحيد من وزارة الإعلام لمحاولة تكبيل حرية الحصول على المعلومة وتبادلها. فقد أقدمت هذه الوزارة على تدشين حملة على المواقع الإلكترونية لمنظمات حقوق الإنسان، والمدونين، والمواقع الدينية والسياسية، والثقافية وعملت على حظر الوصول إليها من داخل البحرين[…]. وبسبب هذه الحملة أغلق المئات من المواقع الإلكترونية، بما في ذلك منتديات شعبية، لكونها تفسح المجال لنقد برامج السلطات.

Cette mesure peu avisée compromet la liberté d'expression à Bahreïn, bien que ce ne soit pas la seule procédure attribuable au Ministère de l'information pour essayer de limiter le libre accès et la distribution de l'information. Ce ministère a lancé une campagne contre les sites web des organisations de défense des droits humains, les blogueurs, les associations religieuses, politiques et culturelles et il a tenté de restreindre l'accès à ces sites à partir du Bahreïn […]. A cause de cette campagne des centaines de sites web ont été fermés, parmi lesquels des forums populaires qui offraient un espace pour critiquer les politiques du gouvernement.
Les groupes de discussions sur BlackBerry doivent maintenant obtenir une licence du Ministère de la culture et de l'information avant pouvoir reprendre leurs activités.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site