Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Égypte : Et maintenant, la crise du haschich

Dernièrement, les Égyptiens ont du faire face à des pénuries de pain, d'essence, de bouteilles de gaz pour cuisiner. Mais récemment, ils ont aussi été touchés par une crise encore plus sévère : une pénurie de haschich (cannabis). La consommation de haschich, comme de toutes les drogues en général, est interdite par la loi égyptienne mais il semble qu'il soit largement consommé dans tout le pays et que cette pénurie affecte beaucoup de gens.

Wahda Masreya, a publié un billet sur la crise du haschich et ses conséquences présumées pour ses concitoyens égyptiens [en arabe] :

و في رأي إن أزمة الحشيش تعد الأصعب و الأقوى على شعب مصر حيث أن نظام القمع و القهر لم يترك للمصريين إلا الحشيش يدخنونة لينسوا به مشاكلهم و أزماتهم و عجزهم و ضيق الحال
A mon avis, la crise du haschich est la plus grave de toutes. Le régime oppressif ne laisse aucun autre choix aux Égyptiens, seulement de fumer pour oublier leurs problèmes, leurs besoins et leur pauvreté.

Elle poursuit en racontant pourquoi les gens fument du hasch, et à quel point la consommation est répandue dans toutes les classes sociales et dans toutes les villes :

لست من مدخنى الحشيش او أي مكيفات لكن
تعرفت على الكثييرين من كل الأطياف و الألوان و أدركت اهمية الحشيش في حياتهم فمنهم من يدخنة ليلا و منهم من يدخنة قبل الإياب للعمل حيث ينسية منظر أم المدير و القرف و البروقراطية و المرتب اللي زي الزفت و المواصلات اللي بيتدبهدل فيها فكان الحشيش هو الحل الأمثل و عرفت من يأكل الحشيش ولا يدخنة حتى قبل أن يواجة زوجتة و أسرتة بطلابتهم التي لا يستطيع الإيفاء بها
Je ne fume pas moi-même du hasch, ou d'autres drogues. Mais je connais beaucoup de gens, de tous les milieux sociaux, qui en fument, et je sais à quel point c'est important pour eux. Certains fument un joint le soir, d'autres le matin, avant d'aller au travail, pour pouvoir oublier la méchanceté de leurs chefs, la bureaucratie, les bas salaires et les humiliations qu'ils endurent pour trouver un moyen de transport jusqu'à leur lieu de travail et retour.  J'en connais d'autre qui le mangent, au lieu de le fumer, pour pouvoir supporter leur femme, leurs enfants, leurs perpétuels besoins qu'ils ne peuvent pas satisfaire.

Elle conclut en écrivant :

الازمة حقيقية و حرجة و ربما يستطيع عالم إقتصاد ان يذكر لنا مدى تأثير تلك الأزمة على الإقتصاد المصري ؟
مع كل ذلك و مع خالص تعاطفي كمصرية صميمية و إدراكي لمعاناة المحشيشين المصريين في كل مكان إلا أنني لا أنكر ساعدتى من أن أخيرا يا مصريين “حنخلي الدماغ صاحي”
La pénurie est sévère, et peut-être que nous aurions besoin d'économistes pour découvrir à quel point cela va affecter l'économie égyptienne.
Je compatis avec les Égyptiens et je connais bien leurs problèmes, mais je ne peux pas cacher ma joie et l'espoir que les Égyptiens vont finalement se réveiller.


Whazzup Egypt
, de son côté, refuse de considérer cette pénurie comme un problème, et commente sur son blog un article de Max Strasser sur TheFasterTimes, où celui-ci fait référence à “La grande crise du hasch en Égypte en 2010“[liens en anglais].

Je ne crois pas que la pénurie de n'importe quelle substance illégale puisse être appelée “crise”. Mais cet auteur voit les choses ainsi et il a une perspective bien à lui sur ce problème.
Il résume son article en disant : “La vie est dure pour la plupart des gens ici. Laissez-les être “stoned” (NdT : lapidés)” mais pas dans le sens où la Bible/le Coran  l'entendaient :)

Enfin, de façon surprenante, cette “crise” a été traitée de façon ouverte par les médias traditionnels en Égypte. De nombreux Égyptiens utilisent les forums en ligne pour écouler le haschich qu'ils ont encore.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site