Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les TIC pour le développement en Afrique francophone

[Les liens sont en français] Bien que l'on remarque sans conteste possible une avancée des NTIC (Nouvelles technologies d'information et de communication) pour le développement en Afrique francophone, cette  partie de Afrique est cependant à la traine de ses voisins anglophones.  La constatation de ce retard est faite par de nombreux blogueurs francophones que l'on peut lire sur le blog Franco Techno Gap.

Les raisons de ce retard sont peu lisibles, mais quelques explications sont souvent proposées : 1) l'Internet haut débit a été d'abord proposé par les gouvernement de nations africaines anglophones comme l'Afrique  du sud, l'ile Maurice, l'Égypte. Par conséquent, le coût de la connexion à Internet est en moyenne plus cher en Afrique francophone, comme on peut le voir développé sur le site l'atelier des médias (RFI). 2) A mettre en correspondance avec l'explication précédente : “Les pays anglophones semblent progresser plus vite que les pays francophones” selon le blogueur Miquel. 3) la langue anglaise est toujours la langue par défaut au niveau mondial en matière de technologies de l'information et de la communication.

Dans cette revue de blogs, nous examinons quelques projets en cours actuellement en Afrique francophone qui comportent une partie importante de NTIC.

Agriculture

Le blog collectif de l’ Union des Femmes Rurales Ouest Africaines et du Tchad (UFROAT) décrit ainsi  les objectifs de l'association :

-Promouvoir les échanges entre femmes rurales au niveau national et sous régional,
-Promouvoir la participation et la représentation des femmes rurales dans les instances de décision,
– Promouvoir la commercialisation des produits des femmes rurales

Dans la vidéo suivante, Agnegue Enyo from Togo explique que grâce à un atelier de formation récent sur les NTIC, elle a appris à créer, mettre en forme et publier des rapports d'activités électroniques sur son projet. Elle dit qu'elle devait auparavant payer quelqu'un pour scanner tous les papiers, les archiver, et envoyer ses rapports à sa place. Ce n'est plus le cas.

Un projet similaire à Madagascar, Bekoto Paysans, tente de préserver les droits des paysans malgaches, présente leurs activités et leurs défis quotidiens. Le projet est dirigé par un chanteur malgache connu, Bekoto, membre du groupe traditionnel Mahaleo. Bekoto écrit que les abeilles de Madagascar et le miel qu'elles produisent ont des caractéristiques uniques mais qu'elles se trouvent en danger d'extinction :

L'abeille Malgache possède sa propre spécificité . C'est une espèce endémique considérée comme ” laborieuse et pacifique “. Il fut une époque où Madagascar exportait son miel en Europe et des “tonnes avaient été envoyés à l'extérieur de 1920 à 1940 [..] Depuis les symptômes du Varroa qui frappèrent l'apiculture dans la région d'Analamanga en 2007 , les mêmes signes de maladie avaient été aussi signalés sur la côte Est : ‘ Les essaims s'effondrèrent …les abeilles ne volaient plus et les ruches se vidaient mais des abeilles sauvages résistent

Éducation

Djénéba Traoré écrit sur le défi que pose l'intégration des NTIC dans l'éducation dans cinq pays d'Afrique subsaharienne (Benin, Cameroun, Ghana, Mali et Sénégal). Il souligne :

il ne s'agit plus aujourd'hui de prouver que l'intégration des TIC peut contribuer à l'amélioration de la qualité de l'éducation en Afrique mais de déterminer les voies et moyens pouvant pérenniser l'utilisation pédagogique des TIC à l'école, à toutes les écoles. Elle (l'étude) a aussi confirmé que la formation des enseignants aux nouvelles technologies n’est une priorité ni de l’école ni du gouvernement
et que l’utilisation pédagogique des TIC tant par les enseignants que par les élèves reste faible en Afrique de l'Ouest et du Centre.

Camedevelop complète l'évaluation de Djénéba Traoré pour le Cameroun. Il souligne que l'école Normale supérieure de Yaoundé n'a toujours pas achevé la formation d'experts dans ce domaine, ce qui provoque une pénurie d'enseignants. Le manque d'électricité dans les zones rurales et les formalités kafkaïennes pour faire intégrer les ordinateurs dans l'école sont pour lui les causes principales du retard de l'adoption des NTIC à l'école.

Boukary Konaté propose des nouvelles plus optimistes sur les NTIC dans l'éducation au Mali. Boukary Konaté a organisé un atelier de NTIC pour les enseignants à Bamako, au Mali . La vidéo suivante prouve l'intérêt qu'ils manifestent pour l'apprentissage des nouvelles technologies :

Boukary Konaté relate aussi comment de jeunes lycéennes ont pu s'informer sur les dipôles magnétiques en apprenant à faire une simple recherche sur Google. Ces étudiantes mentionnent aussi d'autres avantages d'utiliser les NTIC : la possibilité de partager des informations avec tous les élèves de leur classe, d'organiser facilement des réunions, ce qui leur fait économiser le coût des appels téléphoniques.

Les efforts pour intégrer les NTIC dans les projets de développement en Afrique francophone sont indéniable, et ne se limitent pas aux initiatives décrites ci-dessus. Cependant, les technologies pour le développement affrontent les mêmes difficultés que d'autres initiatives pour le développement quand il s'agit d'aller au-delà de premiers pas prometteurs. Des initiatives durables et homogènes sont difficiles à pérenniser quand les infrastructures sont si inégalement réparties, surtout entre les zones urbaines et rurales.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site