Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Niger : pas assez sexy pour les gros titres…

En février 2010, la République du Niger a fait les gros titres après un coup d'état mené par des militaires qui ont déposé le Président Mamadou Tandja  et renversé le gouvernement. Le Niger est-il de retour sur les premières pages des journaux depuis l'urgence alimentaire que connait le pays ? Un blogueur, Global Nomad remarque que non. Il écrit : “Le Niger n'est pas dans les gros titres. Il n'a presque jamais occupé les premières pages.”

Global Nomad rappelle que le Niger a bénéficié d'une couverture médiatique pendant quelques semaines au milieu de 2005 et a attiré le maximum d'attention il y a quelques mois :

Il a eu quelques semaines de couverture au milieu de l'année 2005, grâce à la caméra d'une équipe de la BBC qui avait visité un centre de nutrition de Médecins sans Frontières à l'est du pays et avait filmé quelques scènes montrant des enfants squelettiques, propulsant ainsi le drame de la famine dans les gros titres. Il a fait encore une apparition il y a quelques mois quand par un coup d'état orchestré par des militaires de rang inférieur a renversé Mahmoud Tanja, le président du pays, le tout au nom d'un “processus démocratique plus direct”. Peut-être pendant à peine deux jours.

Peu de personnes en dehors de la France, savent que le Niger n'est pas le Nigeria, continue Global Nomad :

La plupart des gens dans le monde – en dehors de la France – confondent ce pays avec le Nigeria, ou ne peuvent prononcer son nom correctement, ni ne savent comment on appelle ses habitants (Nigérien, et non Nigérian). Je me rappelle d'une interview que j'avais accordé à un média australien quand j'étais sur le terrain. Moi debout à l'angle d'une rue, avec un téléphone par satellite Thuriya collé à une oreille, les interviews débutaient toujours de la même manière : “Nous avons en ligne un travailleur social au Niger. Pourriez-vous nous dire où se trouve exactement le Niger”?

Sur le blog de Donation4Charity, Alister parle de la réponse de l'ONG Concern Worldwide à la crise alimentaire au Niger. Les mauvaises récoltes au Niger en 2009 ont exposé ses citoyens à une terrible catastrophe car la moitié des 15 millions de Nigériens ont désespérément besoin de nourriture :

Concern Worldwide s'occupe en ce moment de la crise alimentaire au Niger, un pays d'Afrique occidentale dont la chute de la production agricole expose les habitants à un grave danger. Presque la moitié de ses 15 millions d'habitants sont dans un besoin désespéré de nourriture à cause de la sècheresse qui a ruiné la plus grande partie des récoltes de l'année dernière.

Certains villages du Niger sont totalement désertés :

Le Niger est l'un des pays les moins développés sur terre, et aussi un des plus pauvres. Le personnel en première ligne de l'ONG Concern Worldwide, qui travaille au Niger depuis plusieurs années, ont vu récemment des villages se vider complètement à cause du manque de nourriture. La situation est devenue si mauvaise que l'administration locale fait appel à l'aide alimentaire d'urgence internationale car les déplacements de populations provoqués par la recherche de nourriture continuent.

L'équipe d'intervention de Concern Worldwide est en ce moment sur le front pour essayer de traiter la malnutrition et dans les mois prochains elle pourra apporter de l'aide jusqu'à 80 000 personnes. Non seulement elle fournira de l'aide alimentaire aux enfants, aux femmes enceintes et distribuera des semences et des engrais pour remplacer la récolte perdue, elle utilise aussi des téléphones portables pour aider à transférer l'aide financière d'urgence à presque 2 500 familles pour l'achat de produits de première nécessité.

Comment pouvez-vous aider ?

Faites quelque chose d'utile aujourd'hui en achetant un Concern Gift! (bon-cadeau de l'ONG Concern Worldwide). En achetant un cadeau Concern en ligne aujourd'hui, vous aiderez l'ONG à être là pour aider des personnes qui sont touchées par la crise alimentaire au Niger et d'autres situations d'urgence dans le monde.

Malgré la gravité de cette crise, Global Nomad remarque que “Naturellement, personne ne parle du tout du Niger, en dehors du milieu des ONG.”

Pourquoi des pays comme le Niger ne bénéficient-ils pas d'une couverture médiatique ? “Tout simplement parce que c'est peu sexy,” écrit-il. Il explique que le Niger tombe dans la catégorie des ‘catastrophes humanitaires oubliées’ :

Il y a toute sorte de raisons qui expliquent pourquoi des pays comme le Niger ne sont pas couverts par les médias.  Ils tombent dans la catégorie que nous appelons dans notre milieu “des catastrophes humanitaires oubliées”. Le fait que le Niger soit une ancienne et obscure colonie française n'aide pas. Mais au-delà de cette réalité, il y a la dynamique des urgences elles-mêmes. Complexe.
Les médias ont défini la crise de 2005 comme une “famine”. Le mot “famine” produit des gros titres super. C'est une situation qui provoque l'émotion. Nous avons tous en tête les images qui ont  valu au photographe Ken Carter son très contesté Prix Sulitzer, qui montrent un vautour s'attaquant à un moribond émacié au Soudan. Nous pensons à l'Éthiopie de 1984 et au concert Band Aid ; à la famine du Biafra et aux parachutages de nourriture à la fin des années 60 ; nous pensons aux grandes famines de l'ère victorienne en Inde, qui avait couté des millions et des millions de vies.

Ce qui arrivait au Niger, naturellement, n'était pas ce genre de famine. C'est une arme à double tranchant. D'un côté, aucun pays ne souhaite affronter une véritable situation de famine. De l'autre, dès que les gens ont commencé à creuser pour comprendre les causes fondamentales de ce qui arrivait au Niger, ils ont perdu tout intérêt. La situation était devenue tout simplement trop complexe pour rester à la une des journaux. Pas assez sexy…

Les situations de catastrophe comme la famine, les guerres, les crises avec des réfugiés et les crises politiques évoluent lentement, elles sont complexes et ne laissent évidemment pas beaucoup d'espoir. Elles nécessitent de longues explications aux audiences, habituées aux  sommaires résumés bassement encouragés par MTV, Jerry Bruckheimer et Fox News (accompagnés même de musique). Le public perd tout intérêt. Même s'ils décident de s'informer un tant soit peu sur les crises, ils concluent que leur argent y serait gaspillé. Si c'est une guerre, alors, tout ce qu'ils donneraient serait détruit. Si c'est une crise politique, il sera englouti par un système corrompu. Dans le cas d'une famine, alors les enfants dont ils sauveront la vie cette année mourront dès la prochaine crise alimentaire.

Ainsi le Niger est-il au seuil d'une crise alimentaire majeure, sans susciter aucun intérêt médiatique :

Encore une fois, il n'y a pas d'intérêt médiatique. Encore une fois, l'année avance, et les ONG ou l'ONU ont toutes publié leurs alertes, mais personne ne semble y prêter attention. Encore une fois, d'autres situations d'urgence passent avant la crise au Niger : comme le tremblement de terre en Haïti, au Chili et en Chine.

Global Nomad nous met en garde : quand nous commencerons à voir “des photos d'enfants émaciés dans des centres de secours alimentaires sur la BBC ou CNN, cela voudra dire que des vies auront déjà été perdues.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site