Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Arabie Saoudite : des rues sans joggeuses

Dans la province d'Asir, en Arabie Saoudite, une rue déclarée dangereuse par la Haia (Comité pour la Promotion de la Vertu et de la Prévention du Vice) vient d'être interdite aux femmes qui avaient l'habitude d'y faire leur jogging.

Un mauvais éclairage et un quartier réputé dangereux sont les raisons avancées par la Haia : il s'agit donc de protéger les femmes. Pourtant, de nombreux blogueurs en Arabie Saoudite réfutent ces arguments, persuadés que se cachent derrière cette fermeture d'autres raisons [les liens sont en anglais].

L'internaute Ahmed Faraz Rao a écrit ce commentaire sur Arab News :

Si ce lieu est dangereux pour les femmes, sécurisez le plutôt que leur interdire d'y faire leur jogging.
Si un lieu est dangereux, les gens doivent-ils quitter ce lieu ou la police doit-elle agir pour le sécuriser ?

Le blogueur Saudi Jeans, qui rappelle que selon les joggeuses, la rue est bien éclairée et sûre, compare cette décision à une unité futuriste de “prévention des crimes” :

Cette décision de la Haia est en partie de la prévention, mais aussi une stigmatisation des victimes. Plutôt que surveiller ces lieux réputés dangereux et protéger les femmes en arrêtant les gens qui les harcèlent, ils empêchent les femmes d'y faire de l'exercice… Bien sûr, ce type d'attitude n'est ni nouveau ni surprenant de la part de la Haia…

De son côté, la blogueuse American Bedu rappelle que cette décision n'est pas sans précédent :

Il y a déjà eu des interventions des ministres du gouvernement contre les femmes et le sport. L'année dernière, les salles de sport réservées aux femmes ont été déclarées illégales si elles n'étaient pas approuvées par les autorités. Au lieu de les considérer comme des entreprises, une autorisation du gouvernement a été rendue obligatoire car il s'agissait de lieux où les femmes faisaient du sport plutôt que de faire les magasins ou se rendre chez le coiffeur.

Elle continue en mentionnant les difficultés rencontrées par les femmes saoudiennes qui veulent se maintenir en forme :

De nombreuses écoles primaires et collèges saoudiens n'ont pas de cours de sport pour les enfants. Les femmes ne sont pas encouragées à faire du sport. A moins d'être réellement motivée et de s'entretenir à la maison, rares sont les femmes qui ont le temps de sortir pour marcher ou de prendre les transports en commun et de payer la cotisation d'une salle de sport privée. De leur côté, les hommes sortent en short et font leur jogging comme ils le souhaitent. Les salles de sport pour les hommes abondent. On peut voir l'intérieur des salles depuis la rue et voir les hommes s'entraîner à travers les larges vitrines qui sont les devantures habituelles de ces lieux.

American Bedu rappelle aussi que garder la forme n'est pas une question de vanité, mais de santé. C'est ce qu'indique l'internaute Abu Sinan dans la partie des commentaires de cet article :

C'est l'une des raisons du problème du diabète parmi les femmes saoudiennes. Pas d'exercice, une alimentation peu diététique, tout cela y contribue.

De son côté, Qusay, qui a écrit un commentaire sur le blog de Saudi Jean, a une approche plus cynique du problème :

Je suis prêt à parier que quelqu'un vend des équipements sportifs individuels et essaye d'interdire toutes les activités sportives à l'extérieur pour en vendre plus.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site