Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Thaïlande : Réactions de blogueurs après les violences de Bangkok

Le Premier Ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva a annoncé à la télévision nationale que le gouvernement avait repris le contrôle total de Bangkok après le démantèlement par ses troupes des barricades des Chemises Rouges dans la ville.

Il a été mis fin aux démonstrations de rues des Chemises Rouges, qui duraient depuis deux mois, lorsque les militaires ont bouclé les zones occupées par la contestation et ont dispersé par la force les manifestants (en anglais, comme tous les liens de ce billet). L'assaut final donné par l'armée le 19 mai a amené une escalade de la violence. Les manifestants, lors de leur retraite, ont mis le feu à 36 édifices de la ville, parmi lesquels le plus grand centre commercial du pays, la Bourse, deux chaînes de télévision et plusieurs banques.

Selon des informations récentes, 52 personnes ont été tuées et plus de 400 blessées pendant les affrontements entre soldats et manifestants.

Le couvre-feu a été instauré à Bangkok et dans 23 autres provinces où les Chemises Rouges gardent de nombreux partisans. Les Chemises Rouges exigent la démission du Premier Ministre qu'ils accusent d'être illégitime et non démocratique. Ils veulent aussi la dissolution du parlement en vue de l'organisation de nouvelles élections.

Barricade des Chemises Rouges. Photo Journotopia

Voici comment ont réagi divers blogueurs à la tension politique régnant dans la capitale thaïlandaise :

Bangkok Dazed raconte les effets du chaos du 19 mai dans la capitale :

On ne marche pas beaucoup à Bangkok. Mais aujourd'hui, si, et en masse. Après que davantage encore de bandes de voyous Chemises Rouges se sont emparés de bus et y ont mis le feu, le service des bus a été arrêté dans toute l'agglomération. Ça veut dire des bus par milliers. Ajoutez à cela qu'il n'y a eu ni Skytrain ni métro de toute la semaine, les taxis d'eau ont aussi cessé de fonctionner, et tout d'un coup les millions de possibilités de transports de Bangkok se sont réduites à néant. Alors bonne chance pour trouver un taxi aujourd'hui.

Alors je suis rentré à pied, me fondant dans les masses piétonnières

Je suis encore sous le choc, et furieux, des récents événements à Bangkok. Comment peut-il se passer des choses aussi horribles dans cette ville merveilleuse ?

Karen a été logée dans un hôtel presque vide :

Nous sommes arrivés à Bangkok hier soir, vers minuit, à la veille d'une répression par l'armée de manifestations qui occupaient le coeur de la ville depuis des semaines. “Qu'est-ce que vous faites à Bangkok aujourd'hui ?” a demandé le veilleur de nuit lorsque nous nous sommes installés dans notre hôtel habituel, étrangement calme pour 1 heure du matin.

Notre rue était barrée, aucune circulation ni pour entrer ni pour sortir. C'était très bizarre d'être deux des trois seuls clients d'un hôtel d'ordinaire bondé.

GJBKK Blog s'interroge sur le sort des manifestants qui ont été “reconduits” par les bus de l'administration :

Hier, les autorités ont indiqué que des bus seraient mis à disposition pour évacuer les manifestants de leur campement et les reconduire chez eux. J'ai vu de loin quelques chemises rouges à l'intérieur de ces bus, qui avaient l'air de femmes et d'enfants. Les bus se trouvaient hier après-midi du côté Patunam du site de manifestations.

Il faut que je trouve des informations sur le nombre réel de ceux qui sont partis dans ces bus et s'ils sont rentrés chez eux sains et saufs, car selon une rumeur les bus sont partis vers le Sud et non le Nord comme promis par les autorités.

Je suis très inquiet que ces gens aient pu être emmenés dans des bases militaires pour interrogatoire ou pire.

Dr. Will désapprouve certaines méthodes des protestataires mais soutient l'objectif de promotion de la démocratie dans le pays :

J'ai vu depuis mon 9e étage les panaches de fumée s'élever sur l'horizon de Bangkok. Les transports publics restent extrêmement limités et de nombreux magasins et banques sont fermés. Nous avons eu deux nuits de couvre-feu qui ont réduit la ville au silence. On pouvait entendre chanter les oiseaux avant l'aube ce matin.

J'étais un partisan de la cause chemise rouge comme je la comprenais, une démocratie véritable en Thaïlande et la fin du deux poids, deux mesures.

Mais lorsque les manifestations ont commencé en mars, elles m'ont fait mauvais effet. Alors que l'objectif affiché était simplement de nouvelles élections (que les rouges étaient sûrs de gagner), il ne m'a pas semblé que la confrontation avec l'armée avait la moindre chance de succès. Les ennemis de la Thaïlande sont surtout intérieurs, et l'armée, un régime à lui tout seul, est très bien équipée. J'ai soupçonné que le véritable objectif était de créer des martyrs afin de faire basculer à leurs côtés la classe moyenne de Bangkok.

Tandis que j'en veux aux bandes qui ont déclenché les émeutes dans les rues, je pense comprendre leur mécontentement et leur rage et je sympathise avec ce qui me semble les buts à long terme de démocratie véritable et de fin du deux poids, deux mesures.

Suthichaiyoon compare l'incendie du centre commercial Central World à la destruction des tours jumelles du World Trade Center à New York :

L'incendie volontaire du Central World de Bangkok me paraît affreusement similaire à la destruction du World Trade Center de New York le 11 septembre. De fait, Central World était aussi connu auparavant sous le nom de World Trade Center (Thaïlande).

La grosse et très déprimante différence, est évidemment que la destruction par le feu du WTC a été provoquée par des terroristes étrangers. Le Central World de Bangkok a été allumé par les Thaïs contre les Thaïs.

Manik Sethisuwan analyse les différent mots-clés utilisés sur twitter pour la crise en Thaïlande :

Mais notez combien il n'y a pratiquement aucun signe significatif de “Abhisit”, ou “Thaksin” ou “terroristes”, ou “armes”. Tous ces mots ont beau être souvent employés dans les articles complets ou les points d'information, mais sur Twitter la tendance est plutôt  la priorité à tenir les gens informés de la situation en direct ou des dernières nouvelles, plutôt que l'analyse détaillée, comme on le voit à la prédominance du mot “maintenant”.

BangkokDan accuse les principales forces politiques du chaos qui s'est produit à Bangkok :

Les événements des dernières semaines, journées et heures vont se graver profondément dans la psyché de Bangkok. Notre Bangkok reviendra. Ni demain, ni la semaine prochaine – et toute nouvelle tentative de tenir une manifestation de masse de couleur sous un déguisement pacifique réveillera de vieilles alarmes… Le 19 mai 2010 restera dans les esprits comme un gigantesque effondrement du bon sens, d'un échec total de toutes les parties prenantes. Le gouvernement, les rouges, le peuple.

Des manifestations et des incendies volontaires ont aussi été rapportés en province. Andy donne le contexte historique de l'incendie d'un bâtiment public provincial à Udon :

Tandis que ces incendies volontaires en masse étaient évidemment sans précédent en Thaïlande, ce n'était pas la première fois qu'un bâtiment officiel provincial était détruit. Celui de Surat Thani a subi un tel sort deux fois, la première fois en brûlant complètement le 8 décembre 1941 lors de l'invasion japonaise, et la deuxième le 19 mars 1982 lorsqu'un incendie dù à une bombe de rebelles lui a fait subir des dégâts irréparables. Là où se trouvait cet ancien bâtiment provincial, il y a maintenant le sanctuaire de la colonne de la ville.

Voici une vidéo des manifestations de Chemises Rouges à Ubon :

Lilian décrit les conséquences de la répression à Chiang Mai :

D'une heure à l'autre, les choses ont changé ici à Chiang Mai ! Une rue a été barrée, et toutes les galeries marchandes se sont mises à fermer vers 16 heures. La circulation en ville était un cauchemar. Je devais emmener mes enfants à leur leçon de musique. J'étais si anxieuse que j'ai failli faire demi-tour, mais l'embouteillage était encore pire dans l'autre sens alors j'ai simplement continué. Nous sommes rentrés sans encombre et n'avons vu ni manifestations ni barrages. Seulement la circulation, les bouchons !!.. On dirait qu'à présent les manifestants étaient à l'autre bout de la ville.

Talen a reçu cette information de Mukdahan :

Elle a dit qu'aujourd'hui deux bombes ont explosé et qu'au moins deux manifestants ont été tués à Mukdahan. Elle a aussi dit qu'il y avait de grands rassemblements de manifestants armés. J'aurais cru qu'ils ne feraient qu'aller à Nakhon Phanome qui est une ville bien plus grande, mais apparemment Mukdahan est le point névralgique avec beaucoup de manifestations à Nakhon Phanom aussi. Demain il y a un grand défilé prévu à Nakhon phanome et j'ai un pressentiment que cela tournera mal.

Des photos des manifestations à Ubon sont disponibles sur Isaan Style, GuideUbon, et The Thai Report. On en trouve également sur UdonMap. Des photos des affrontements à Bangkok se trouvent sur les sites internet de GJBKK Blog, Jon Russell, et Newley. Lisez aussi le récit de Newley sur les événements du 19 mai à Bangkok. De brèves vidéos ont été mises en ligne par Richard Barrow, montrant les immeubles détruits de Paragon, du Siam Theater, et Zen.

Scène désertée. Photo Journotopia

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site