Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Afrique du Sud : disparition de Frederick Van Zyl Slabbert

C'était le 9 juillet 1987. La ville était Dakar, au Sénégal. Les participants : des membres de l’African National Congress (ANC), parti interdit à l'époque, et un groupe de soixante-et-une personnalités afrikaners, blanches. Leur mission : jeter les bases d'un nouveau futur démocratique pour l'Afrique du sud. Dans la délégation se trouvait un homme qui allait devenir un géant de la politique en Afrique du Sud, Frederick Van Zyl Slabbert [les liens sont en anglais, sauf mention contraire].

Il n'est donc pas surprenant que l'Afrique du Sud soit profondément affectée par la disparition de l'un de ses plus grands fils.

Qui était l'homme dont se souviennent tant de gens avec affection ? Frederick Van Zyl Slabbert est né le 2 mars 1940 à Pretoria. Il a étudié à l’Université de Stellenbosch , Rhodes , Cape Town et a soutenu son doctorat à 27 ans. In 1973, il a été nommé professeur de sociologie à l’Université de Witwatersrand.

Slabbert a débuté en politique 1974 et a rejoint le  Parti Progressiste avec Helen Suzman. Cela a marqué le début de son engagement contre l'apartheid. Mais il lui est vite devenu évident que cela ne suffirait pas à atteindre le résultat désiré et en 1986, il a annoncé sa démission à la fois du parlement et de son propre parti, au motif que le parlement “n'avait plus rien à voir avec le futur de l'Afrique du Sud”.

Un an plus tard, il devenait directeur de la stratégie politique et de la planification pour l'Institut pour une Afrique du Sud démocratique et conduisait la délégation dont on parle plus haut au Sénégal. Le gouvernement blanc de l'époque accusa alors la délégation de Slabbert d'être des traitres à leur pays.

Dans la nouvelle Afrique du Sud, Frederick Van Zyl Slabbert a continué à participer à la recherche d'un terrain d'entente entre Sud-africains et est resté impliqué dans cette recherche d'un futur commun jusqu'au jour de sa mort, le 14 mai 2010.

La blogosphère sud-africaine a immédiatement réagi à l'annonce de son décès. Il est évident que de nombreux Sud-Africains sont conscients de l'immense dette qu'ils ont envers l'homme que l'on surnommait “Van”.

The Daily Maverick le décrit ainsi :

L'importance et l'influence de Van Zyl Slabbert se mesurent bien au fait qu'il a contribué à la grande mutation du pays en première ligne et à découvert. Théodore Roosevelt aurait certainement dit de lui qu'il était “l'homme dans l'arène”.

Les hommes politiques d'Afrique du Sud, qui ne s'accordent d'habitude sur rien,  sont unanimes dans leurs éloges depuis sa disparition. Le Président Zuma a déclaré :

Son leadership visionnaire vit à travers nos efforts pour construire et renforcer la démocratie. On se souviendra de lui comme d'un Sud-Africain patriote et attaché à ses principes, qui a servi son pays avec diligence.

OFM rapporte que des hommages similaires ont été rendus par le Freedom Front Plus, un parti politique très représentatif de la communauté afrikaner et des partisans de l'ancien président De Klerk [en afrikanaans]:

Die leier van die Vryheidsfront-Plus, Pieter Mulder, sê Slabbert was altyd eerlik en het ‘n integriteit getoon wat vandag volgens hom nie meer bestaan nie. Oudpresident FW de Klerk het hom geloof as een van die mees uitsonderlike en briljante persoonlikhede op Suid-Afrika se politieke toneel.

Le dirigeant du Freedom Front Plus, Pieter Mulder, a déclaré que Slabbert a toujours fait preuve d'honnêteté et de probité, quelque chose qui n'existe plus dans le paysage politique actuel. L'ancien président  F.W. de Klerk  a loué Slabbert comme l'une des personnalités les plus brillantes et remarquables jamais apparue dans la politique en Afrique du Sud.

The Democratic Alliance :

Sa vie d'homme politique, d'universitaire et d'homme d'affaires a été entièrement consacrée à l'amélioration de son pays. Son rôle moteur dans l'opposition à l'apartheid et dans la transition de l'Afrique du sud vers la démocratie est la marque durable du don qu'il a fait au pays qu'il aimait.

Des hommages ont également été publiés sur Twitter. Anneroselt a tweeté que  Slabbert

était un homme génial qui sera toujours souvenu (sic)

John Clark :

L'Afrique du Sud est devenue plus pauvre en perdant votre intelligence et votre humanité

Le témoignage le plus émouvant est peut-être celui de Tinus le Roux [en afrikaans] :

Stil broers. Daar gaan ‘n groot man verby.

Silence, frères. Un grand homme est parti.

Il est évident que les Sud-africains doivent une reconnaissance immense à Frederick Van Zyl Slabbert. L'héritage qu'il a légué sera commémoré et célébré en Afrique du sud pendant des années. Il est évident aussi que ses convictions sont toujours d'actualité dans l'actuelle Afrique du Sud. Il a un jour dit :

Quand je regarde vers le futur, j'ai peur de la longue obscurité qui pourrait nous attendre tous. Je suis attristé par le potentiel humain que nous avons gaspillé. Mais nous, ici, en Afrique du Sud, avons des problèmes à résoudre pour lesquels le reste du monde n'a pas trouvé de solutions. Et ceci, en soi-même, est un grand défi.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site