Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Japon : Twitter peut-il contribuer à la prévention des suicides ?

 

                  

Eclairage bleu rue Shinjuku (Tokyo) photo jediduke

 

 L'Agence Nationale de Police a publié récemment les résultats de son étude annuelle sur le suicide au Japon. Selon les statistiques officielles [en japonais, pdf], 32.845 personnes ont mis fin à leurs jours l'année dernière, et on enregistre une augmentation spectaculaire des victimes âgées de 20 à 40 ans ; les motifs principaux [en japonais] invoqués sont les problèmes 1) de santé, 2) économiques et sociaux, 3) familiaux.

Tristement connu comme l'un des pays développés au taux de suicide par habitant le plus élevé [en anglais], le Japon essaie depuis des années d'affronter le problème, en s'y attelant à tous les niveaux de la société. Les pouvoirs publics et les autres organismes lancent sans relâche des campagnes de sensibilisation et invitent les gens à se tourner vers les centres d'aide chaque fois qu'ils se sentent déprimés ou convaincus que la seule issue à leurs problèmes, ou, souvent, à ceux de leurs proches, est le suicide.

Décider de parler à quelqu'un, réfléchir et définir les causes de leur désespoir, est un pas très difficile que peu de personnes en situation de dépression sont vraisemblablement en mesure de franchir. Pourtant, même s'il ne peut s'agir d'une panacée, d'aucuns pensent qu'internet pourrait être un outil utile, surtout parmi les jeunes générations technophiles.

A cet égard, Twitter a récemment fait l'objet d'un débat chez ceux qui voient dans son format de 140 caractères un potentiel de contact avec ceux qui cherchent de l'aide mais préfèrent garder l'anonymat et ne savent pas exprimer leur souffrance en phrases longues et bien construites.

Yamabe raconte que la nouvelle [en anglais] que l'actrice Demi Moore aurait retenu une femme de se suicider en tweetant un message de 16 mots il y a peu l'a fait réfléchir à la question.

考えてみたんだけど、案外自殺予防とツイッターって相性が良いのかもしれない
まず、ツイッターはゆるい関係が主体なので、書き込みがしやすいというのがある
このことは何を意味するかというと、ちょっと人生が嫌になって実際に自殺はしないのだけど
心が折れてしまってこのまま消えてしまいたいそんな気持ちをもツイッターでつぶやきやすいということだ
つまり自殺予防だけではなく、その前の段階(死んでしまいたい気持ち)に至るのをも防ぐことができるということだ
絶望から来る自殺なら、ツイッターでそれをつぶやけば
案外自分は一人ではないと気がつくかもしれない……

J'y ai un peu réfléchi et me suis aperçu qu'en réalité prévention du suicide et Twitter pourraient aller de pair.
Avant tout, les relations à travers Twitter sont plus informelles, ce qui facilite l'écriture. Lorsque le sentiment émerge pour la première gois que la vie est décevante ou déprimante, sans pour autant aller jusqu'à vouloir y mettre fin, c'est un stade où ce sentiment pourrait être tweeté – le sentiment qu'on ne peut plus continuer ainsi et qu'il vaudrait peut-être mieux disparaître de ce monde.
On pourrait donc utiliser Twitter non seulement pour la prévention proprement dite du suicide, mais aussi pour inhiber l'apparition de cette étape préalable, la pensée de l'envie de mourir. Pour les suicides résultant d'un désespoir total, si on peut tweeter le désespoir, cela aidera peut-être à s'apercevoir qu'on n'est pas seul….

 

Miroir anti-suicide, à Sapporo. photo MJTR (´・ω・)

 

Nombreuses ont été les opinions [en anglais] émises sur une question aussi complexe, dans une tentative d'analyser les implications sociologiques qu'a ‘l'acte de suicide’ au Japon, où il était traditionnellement considéré à une époque comme un acte de courage. Non seulement dans la culture des samouraï mais aussi à la campagne, où il était fréquent que les personnes âgées décident de se ‘retirer’ dans les montagnes [en anglais] plutôt que d'être un fardeau pour leurs familles.

Mais si le nombre de victimes ne va probablement pas décroître, cela signifie forcément que les causes sont difficiles à identifier, et certains blogueurs, comme Ayasan, sont sceptiques quant au pouvoir de Twitter et de l'Internet en général.

ツイッターやチャット、相手の素性を知らず(こちらの素性も知られず)に、リアルタイムでやり取りをする方法は沢山あります。
勿論、然るべきルートで然るべき方法をとれば、「PCの向こう側の個人」を特定することはできるけど、リアルタイムではほぼ無理。
そういう状況の中で、フリーにアクセスできてしまうツールで、「命」を扱う事、私はとても危うい事だと思います。[…]
過去の記事に、「言葉は人を殺す事ができる」という内容の記事を書いた事があります。
言葉の選び方、漢字の使い方、文のニュアンス…
「あちら側との狭間」に立つ人は、「言い回しひとつ」に過剰に反応し、簡単に決行してしまう。
PCを通して向かい合っている(つもり)の相手が、「善意の人」だと言い切れますか?
インターネットでの繋がり程度で、「死にたい程の孤独」が紛れると本気で考えてるとしたら、相当オメデタイか、想像力が欠如してると思うよ?
確かに、「一時的な気休め」にはなるのかも知れないけれど、最終的な光にはなり得ない

Il y a beaucoup de manières d'interagir en temps réel, comme d'utiliser Twitter ou un chat room, où on ne sait pas qui est en face ni qui vous êtes. Certes il peut être possible techniquement d'identifier l'individu derrière le PC mais en temps réel, c'est quasi impossible. Voilà pourquoi, dans de telles circonstances, je trouve très dangereux que la vie de quelqu'un puisse être confiée à un outil qui permet des interactions aussi libres. […]    

J'ai écrit dans un article passé que ‘les mots ont le pouvoir de tuer’. Le choix des mots, l'usage des caractères et la nuance de la phrase entière sont très importants. La personne qui vacille sur la ligne étroite séparant la vie de “l'autre côté” est très sensible et réagit à chaque expression, et prend très vite des décisions d'y aller ou pas. Comment être sûr que la personne avec laquelle on interagit par l'intermédiaire d'un PC agit vraiment de bonne foi ?

Je voudrais féliciter ceux qui croient réellement qu'avec le genre de liens qu'on peut nouer par Internet, l'état d'esprit d'une personne pensant sérieusement ‘je me sens si seul/e que je veux mourir’ peut vraiment être détourné de son but. Ou peut-être manquent-ils d'imagination.
Oui, communiquer par Internet avec un/e inconnu/e peut apporter un soulagement temporaire mais je ne crois pas que cela puisse apporter une idée ou une solution durables.

Si des mesures préventives telles que des barrières et un éclairage aux LED bleues sur les quais de gares (sauter du train est une méthode favorite de ‘mettre fin à soi’) ne se sont pas avérées efficaces contre les suicides, certains considèrent que, à l'ère des blogs, de Twitter et Facebook, les services de réseaux sociaux peuvent être un moyen neuf de contribuer à la solution du problème.
Ikeda Hayato croit au pouvoir des médias sociaux.

今までのウェブだったら、その声は無視されていたかも知れませんが、ソーシャルグラフ(人間関係/データ関係)が構築された昨今のウェブでは、声を上げることは「つながる」きっかけになり得えます。
Wonder Shakeの鈴木君(@Doubles9124)が、「ソーシャルメディアは人生を変える意思決定を生み出す可能性のある場」という言葉をスカイプで伝えてくれました。自殺を防ぐことができたら、それは究極的な「人生を変える意思決定」です。
ショッキングなことに、20代・30代の自殺率が上がっているそうです。テクノロジーで全て解決できるわけはありませんが、今のウェブは「つながる」力を持っています。ソーシャルウェブを活用することで、一人でも多くの人の人生が変わるのなら、素晴らしいことだと思います。

Dans le web ‘à l'ancienne’, la voix de ceux qui souffrent aurait pu rester ignorée, mais avec le web actuel, où les schémas sociaux (relations humaines, relations de données) sont structurées et disponibles, élever la voix peut vous connecter à quelqu'un.
M. Suzuki de Wonder Shake (@Doubles9124), m'a envoyé ces mots par Skype :” Les médias sociaux représentent l'espace où il est possible de générer un processus de décision pour changer une vie”. S'il est possible de prévenir les suicides, ce serait l'usage suprême d'un processus de décision pour changer une vie.
Ce que j'ai trouvé vraiment choquant, c'est que le nombre de suicides augmente chez les 20 à 40 ans. Il est certes impossible de résoudre chaque problème personnel par la technologie mais le web d'aujourd'hui a le pouvoir de connecter et ce serait merveilleux si, par l'usage du web social, la vie ne serait-ce d'une seule personne pouvait changer et être sauvée.

 

Campagne de prévention du suicide. photo titincai. Le texte dit : "Vous pensez à mourir ? Communiquez vos pensées"

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site