Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Le Da Vinci Code égyptien sur la sellette

Publié en 2008, le livre du Dr Youssef Zidane, (en arabe) Azazeel, (Belzébuth) a soulevé l'émoi, puis le ressentiment. Aujourd'hui – en 2010 – il est taxé de blasphème et de diffamation du christianisme, et comme insulter l'une des ‘confessions célestes’ tombe sous le coup de la loi en Egypte, Youssef Zidane pourrait encourir jusqu'à cinq ans d'emprisonnement. (Les blogs cités sont en anglais sauf mention contraire)

A l'époque en 2008, Zeinobia décrivait le roman en ces termes :

Nous avons maintenant notre Da Vinci Code et notre Dan Brown combattus par l'Eglise. Notre Da Vinci Code, c'est Azazel et notre Dan Brown, le Dr.Youssef Zidane, l'historien et directeur du Département des Manuscrits ainsi que responsable des acquisitions à la Bibliothèque Alexandrine.

Le roman traite du christianisme en Egypte au cinquième siècle et de la lutte entre la nouvelle religion et ses adeptes et les vieilles religions païennes. Le héros du roman est “Hiba”, le moine égyptien dont la mère chrétienne a conspiré avec des coreligionnaires pour tuer son père païen. “Hiba” a eu ces conversation avec son propre Azazel – démon intérieur. Le roman retrace des faits historiques comme l'assassinat d'Hypatie d'Alexandrie par les chrétiens extrémistes égyptiens ainsi que d'autres événements pour la plupart d'ordre théologique, sur la base de manuscrits authentiques des premiers siècles.

Ce qui a provoqué la colère de l'église, qui accuse Zidane de faire usage de sources déformées et fausses, comme lorsque je lis “Le sang sacré et le saint graal” et des croyances des Cathares à côté de la fabrication de manuscrits “Le roman commence par l'affirmation qu'il est basé sur des manuscrits historiques authentiques découverts en Syrie”

Nermeen Edrees rapporte que le livre a obtenu le Booker prize en 2009 :

Le roman controversé du Dr Youssef Zidane Azazeel a obtenu le Booker Prize arabe de 2009. C'est la deuxième année de suite qu'un Egyptien est couronné par ce prix prestigieux. Le lauréat de l'an dernier était Sunset Oasis de Bahaa Taher.

Juka - un lecteur passionné – a écrit une critique du livre :

J'ai eu le plaisir de rencontrer Zidane en personne et je peux vous garantir qu'il est absolument fascinant. Sans déroger à son milieu et son éducation, il s'est montré un causeur intéressant qui a pu citer des preuves à l'appui de ses revendications de livres saints et de littérature à travers les époques en toutes sortes de langues. Questionné sur le titre de son livre, il a répondu que depuis l'aube des temps, les religions proposent des versions de Dieu ou des déités représentant le pouvoir et incarnant tout ce qui est bon ou juste. Avec l'essor du judaïsme ; l'homme a exploré l'autre bout du spectre, une entité supérieure incarnant tout le mal, car sinon c'est l'homme lui-même qui aurait dû porter la responsabilité de ses mauvaises actions, d'où la naissance d’Azazeel.

Whispers from the Sea d'écrire :

Eclairer une période historique de l'Egypte et du Moyen-Orient, et les divergences théologiques du Ve siècle sur la nature de Jésus Christ et de la Vierge Marie, c'est souligner comment les religions – toutes les religions – sont souvent manipulées pour des buts/intérêts profanes et comment d'innombrables injustices et cruautés ont été commises au nom de Dieu. C'est un message qui vaut pour toutes les religions, que ce soit le christianisme, l'islam, le judaïsme ou d'autres et il vaut pour notre époque autant qu'il y a 16 siècles. L'Histoire montre assez qu'aucune religion/croyance ne peut se sentir supérieure quant à ce que ses adeptes ont perpétré de forfaits en son nom au cours des siècles. Et en fin de compte c'est l'individu ordinaire et l'humanité qui en ont payé lourdement le prix.

S'en prenant au fanatisme, The Chronikler a écrit un billet intitulé : Suivant la voie des Islamistes, les chrétiens égyptiens tentent d'interdire un roman primé pour ‘insulte’ au christianisme. Le blogueur explique :

quand ces dernières semaines un groupe se donnant pour nom (sans la moindre ironie) Avocats Sans Chaînes a essayé d'enchaîner la liberté de lecture des Egyptiens en appelant à l'interdiction d'une nouvelle édition du classique Mille et une Nuits, avec son ensemble de personnages populaires et éternels, y compris Aladin, Ali Baba et Sindbad. Leur motif ? Le recueil séculaire est “obscène” et pourrait entraîner dans le “vice et le péché”.

Heureusement, les intellectuels égyptiens se sont rassemblés pour défendre ces classiques du conte, mettant en garde contre la “bédouinisation” grandissante de la culture égyptienne. Ceci est, peut-être, l'exemple le plus grotesque de la tendance récente à ce que j'appelle la condamnation rétroactive d'oeuvres publiées.

Pour ne pas être en reste de la lubie d'interdiction, les chrétiens se sont aussi jetés dans la mêlée. Un groupe de coptes d'Egypte et de l'étranger ont porté plainte auprès du procureur contre le roman controversé Azazeel (Belzébuth) de Youssef Zidane, qui a obtenu le Prix International 2009 de la Fiction arabe, une récompense financée par la Fondation Booker Prize. Comme insulter l'une des ‘fois célestes’ est illégal en Egypte, Ziedan encourrait jusqu'à cinq ans d'emprisonnement.

Ce dont on l'accuse précisément :

“Il a insulté les prêtres et les évêques et a affirmé beaucoup de choses sans preuve ni justification dans les livres ou l'histoire,” a déclaré Mamdouh Ramzi, un avocat copte impliqué dans l'action judiciaire, ajoutant que Ziedan n'était “pas un Chrétien, que connaît-il à l'Eglise?”

Pour autant, The Chronikler ne voit toujours pas en quoi le Dr Zidane s'est fourvoyé :

Mais, même si c'était insultant pour le clergé chrétien, ma réaction naturelle, c'est : “Et alors?” Non seulement nous avons tous notre définition différente de ce qui constitue une insulte, chacun est libre d'exprimer des idées insultantes, s'il le souhaite, et si ça ne vous plaît pas, ne le lisez pas, et, par tous moyens, incitez les autres à ne pas le lire non plus.

Quant à la deuxième affirmation de Me Ramzi, est-ce qu'il pense sérieusement que, pour écrire sur une confession, il faut lui appartenir ? C'est une sottise à tous les niveaux, et notamment parce que cela étouffe la liberté de recherche et de parole, et aussi parce que la plupart des religions n'exigent pas de leurs fidèles d'être des érudits de l'histoire et de la philosophie de leur foi. En outre, Zidane est un professeur de philosophie renommé et le directeur de la section des manuscrits de la Bibliothèque Alexandrine.

Alors, qu'est-ce qui, dans le roman couronné de Zidane a particulièrement irrité la hiérarchie copte ?

Bikya Masr a indiqué que :

La plainte a été co-signée par les organisations suivantes :

L'Association copte du Royaume-Uni, l'Association d'amitié égypto-américaine, l'Association des Egyptiens du Canada pour les Droits humains, l'Organisation de jeunesse des Coptes d'Australie, les Coptes d'Autriche, l'Association des Coptes du Pays-Bas, l'Association des Coptes de France, l'Association des Coptes du Koweït, le Centre Kelma pour les droits humains.

Malgré l'attaque contre la liberté d'expression, il se trouve une poignée de chrétiens pour s'inscrire en faux contre ce qu'ils appellent des sentiments “fourvoyés”.

Bikya Masr rapporte :

“Pour sûr, il y a à redire sur les affirmations et les choses dans le livre, mais au final c'est un livre, et même un bon, et s'ils ne veulent pas le lire, personne ne les y oblige,” a dit Hani Fahmy, un pharmacien de 32 ans du Caire qui a indiqué qu'une bonne part des conversations ces dernières semaines ont tourné autour du roman. “Je trouve seulement hypocrite qu'ils puissent dire ces choses et en même temps il y a des responsables coptes qui disent que ce sont les Musulmans le problème. Il nous faut un peu de tolérance.”

Par solidarité avec l'auteur du roman controversé, Sherif El Sakka a écrit (en arabe) :

في ظل الأزمة التي يعيشها الباحثين و الأدباء و الكتاب في محاولة لإعادة محاكم التفتيش و محاكمة القلوب و النوايا ….و الأن يقدم احد أكبر الكتاب في مصر د. يوسف زيدان لنفس الحملة التي استهدفت سيد القمني و محد عمارة و الكثيرين غيرهم و لكنني أري إليوم إن الكثيرين ممن ادعوا الليبرالية و الدفاع عن حرية الرأي التزموا الصمت لذلك أرجو من اصدقائي إن يعلنوا تضامنهم مع الكاتب الكبير ….
Les chercheurs, les personnalités de la littérature et les écrivains se retrouvent à présent face à la résurrection moyenâgeuse des procès de l'inquisition et du jugement des gens pour leurs croyances et intentions. Aujourd'hui, l'un des auteurs les plus éminents d'Egypte – le Dr. Youssef Zidane – est confronté aux mêmes accusations qu'autrefois le Dr. Sayed El Qemany, Mohamed Emara, et beaucoup d'autres. Aujourd'hui j'appelle les libéraux et les défenseurs de la liberté de parole d'Egypte à montrer leur solidarité avec le Dr. Zidane.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site