Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Etats-Unis : en deuil du jeune Américain Furkan Dogan, tué à bord de la flottille pour Gaza

Une photo d'école de Furkan Dogan. Source inconnue.

Après l'attaque brutale de la flottille “Liberté pour Gaza” par l'armée israélienne, on dénombre neuf victimes à bord du bateau turc Mavi Marmara.  Huit des victimes était des citoyens turcs, et le neuvième, un jeune homme de 19 ans qui avait la double nationalité turque et américaine,
Furkan Dogan.  Furkan Dogan, qui est décrit aux États-Unis comme “ayant résidé principalement en Turquie”, a été tué de cinq balles, dont quatre tirées à bout portant dans la tête [les liens sont en anglais].

Jim Buie, un blogueur américain qui vit à Kayseri, en Turquie, la ville dont Furkan est originaire, écrit ceci  :

Furkan Dogan, le ressortissant turc-américain de 19 ans qui a été tué par les soldats israéliens à bord de la flottille, est de Kayseri. C'est tellement difficile d'imaginer un “terroriste” – l'étiquette que les Israéliens ont collé sur les activistes qui se sont embarqués sur la flottille et qui sont supposés avoir attaqués les soldats – ou quelqu'un qui aurait des sympathies pour Al Qaeda, originaire de cette ville. La modération, la prudence et le conformisme sont des marqueurs de la mentalité par ici.  Kayseri, qui est la ville natale du président turc Abdullah Gul, a été extrêmement accueillante et chaleureuse pour ma femme, moi, et notre fils, au cours des huit mois que nous avons déjà passés ici.

…Ce jeune homme était de toute évidence une personne respectée dans la ville. Il étudiait dans un lycée privé de Kayseri, similaire à celui dans lequel j'enseigne, et espérait devenir médecin. C'était un de mes voisins, et un de mes élèves.

Pour beaucoup d'Américains, le sujet brûlant sont maintenant les relations entre les États-Unis et Israël. Sur Twitter, @hughsansom voit une tradition de silence aux États-Unis quand des citoyens américains sont tués par Israël :

L'américain Hugh Sansom s'adresse directement au gouvernement sur Twitter: "Le gouvernement US n'a rien dit pour Corrie. @BarackObama et la Maison Blanche prononceront-ils un seul mot pour Dogan, 19 ans, tué de plusieurs balles par l'armée israélienne?"

Au centre du débat sur les relations entre États-Unis et Israël se trouve le montant des fonds que les États Unis accordent à l'armée israélienne en “aide militaire”, qui s'élève à un chiffre estimé de 3 milliards de dollars US par an.  Le blogueur américain PoliticalMonkey2010 demande aux États-Unis de mettre fin à cette relation :

Cinq balles ? Cinq balles pour une personne non armée ? Ces  balles étaient-elles payés par les USA ? Ces balles étaient-elle financées par nos impôts ? Est-ce que ces balles portaient une inscription gravée : “A nos amis très proches, amitiés, USA”?  Des balles qui ont été utilisées contre des citoyens américains.

Que ce soit clair, toutes les vies humaines perdues sur cette flottille sont un drame horrible. Aucune vie ne vaut plus cher qu'une autre, toutes les personnes qui sont mortes avaient des familles et des amis. Je me focalise sur Furkan parce qu'il était américain, parce que je suis un Américain, et je me fiche d'où il vivait. C'était un Américain.

Il est temps de mettre fin à notre “relation particulière” avec Israël.  La seule chose que nous ramène cette relation avec ce pays est un prix à payer, en vies américaine, en argent américain, en influence américaine. Si c'était un contrat commercial, il suffirait de l'examiner pour dire “arrêtez tout ça”, vous ne pouvez plus vous le permettre. L'Amérique ne peut plus se permettre d'avoir un ami comme Israël.

Hijabmaster, une blogueuse américaine musulmane, déconstruit les articles des médias traditionnels américains, qui font souvent référence à Dogan comme à un “citoyen turc avec passeport américain”.  De cette subtile distinction, elle dit :

Alors, il n'y a que deux types de personnes qui possèdent un passeport américain. Un ressortissant américain, et un citoyen américain. TOUS les citoyens américains sont des ressortissants américains, mais tous les ressortissants américains ne sont pas des citoyens américains. Les passeports américains donnés aux ressortissants non citoyens contiennent une mention (code 9), qui stipule : “LE PORTEUR DE CE PASSEPORT EST UN RESSORTISSANT AMÉRICAIN ET N'EST PAS UN CITOYEN AMÉRICAIN” sur la page des mentions spéciales (voir à ce sujet, en anglais, Nationals who are not US citizens). Le passeport de Furkan Dogan ne portait pas cette mention, et donc, il était CITOYEN AMÉRICAIN. Vraisemblablement, il avait la double nationalité mais choisir de dire qu'un citoyen turc avait été tué sonnait certainement mieux que dire la même chose d'un CITOYEN AMÉRICAIN.

Stephen Saperstein Frug, dont le blog s'appelle Attempts, rejette la version israélienne des événements, qui affirme que les soldats ont tiré en état de légitime défense. A propos de la mort de Dogan, il écrit :

Si c'est confirmé, cela détruira toute la thèse de la légitime défense du tireur. Une balle dans la poitrine peut être de la légitime défense  (par un agresseur, même si naturellement, les Israéliens n'auraient pas du être sur ce bateau en premier lieu, et ils étaient ceux qui attaquaient, mais on peut admettre). Une balle dans la tête, à bout portant…Peut-être, probablement, mais pas sûr, de la légitime défense aussi.

Trois autres balles ? C'est un meurtre. Et cela soulève des questions sur le reste du scénario.

Enfin, Richard Silverstein, un Américain qui tient le blog populaire Tikun Olam (une expression qui signifie “réparer le monde” en hébreu), se demande si le Président Obama prendra les mesures nécessaires pour réagir au décès du jeune Dogan :

Barack Obama, laisserez-vous des citoyens américains être assassinés de sang froid par l'armée israélienne ? Qu'allez-vous faire à ce sujet ? S'il s'agissait de n'importe quel autre pays, je saurais à quoi m'attendre : des protestations, des efforts redoublés pour mettre un terme au siège de Gaza, une conversation sérieuse avec Israël, peut-être un rappel de l'ambassadeur des États-Unis. C'est ce que la Grande Bretagne ferait probablement, puisqu'elle a  déjà eu le cran de demander la fin du siège, quelque chose que notre gouvernement n'a pas eu le courage de faire. Cette affaire devrait rapprocher notre politique étrangère, et beaucoup, de la Turquie, comme nous avons maintenant de façon évidente beaucoup d'intérêts communs. Mais cela se passera-t-il comme ça ?

Étant donné la timidité de ce gouvernement, je ne vois pas ce qu'ils vont faire, à part quelques vagues murmures sur ce sujet…Voyons les choses en face, notre politique est une honte. Le cadavre de Dogan en est une preuve matérielle. Est-ce que cela poussera Obama a faire ce qu'il faut –ou même quelque chose ? Je vous laisse deviner.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site