Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Monde : les manifestations de soutien à la Flotille de la liberté

Au cours des jours suivant le raid des Forces de la Défense Israélienne (l'armée israélienne) sur le bateau Mavi Marmara qui a fait neuf morts et plusieurs blessés, le monde entier a assisté à une vague de soutien en faveur de Gaza. Plusieurs pays dont la Turquie, l'Equateur, et l'Afrique du Sud, ont rappelé leur ambassadeur en Israël,  pendant que d'autres demandaient l'ouverture d'une enquête indépendante et neutre sur les récents événements. Le Nicaragua est allé un peu plus loin, en rompant ses relations diplomatiques avec Israël [les liens sont en anglais, sauf mention contraire].

Des manifestations ont eu lieu parallèlement, aux quatre coins du monde. De Stockholm à São Paulo, des activistes et des citoyens sont descendus dans la rue afin de protester contre la violence et contre le blocus interminable de Gaza.

Dans les environs de Beyrouth, des manifestants ont été vus arborant un drapeau Turc en soutien au  Mavi Marmara (bateau affrété par une association turque).

À Beyrouth, manifestants tenant des drapeau Turc en soutien au Mavi Marmara. Photo de Mokhtar Joundi.

De l'autre côté de la planète, à Boston, des manifestants américains se sont réunis devant le consulat israélien, brandissant des drapeaux palestiniens et appelant le président Obama à dénoncer les actes d'Israël.

Bostoniens réunis devant le consulat d'Israël. Photo de Anas Qtiesh.

Des manifestants à Sofia, la capitale bulgare, ont déployé un gigantesque drapeau palestinien pour prouver leur solidarité avec Gaza.

Manifestants bulgares avec un imposant drapeau palestinien. Photo de Ruslan Trad.

Des manifestants de New York City ont investi le très fréquenté quartier de Times Square avec des drapeaux palestiniens et des banderoles de soutien.

Manifestants à New York avec une banderole sur laquelle on peut lire: "Israël tue des civils pour se défendre." Photo de asterix611.

À Londres, le rappeur et poète Lowkey était à la tête d'une manifestation, chantant “We are sick of it!” [”Y en a marre!”]. Un blogueur, Have a Good Time, [Éclatez-vous!], écrit en présence de Lowkey :

Lowkey commence par rappeler à son public britannique sa complicité dans l'attaque israélienne de la flottille ainsi que dans le blocus de Gaza. “Nous sommes allés là-bas grâce à nos impôts : nos impôts étaient dans les balles qui ont été tirées sur nos amis,  nos frères et nos sœurs… nos impôts étaient là-bas, notre déclaration de Balfour [en français] était là-bas”. Mais Lowkey laisse de côté ce rappel déprimant de leur complicité pour passer à une vision de solidarité. “Quand ils lâchent des bombes au phosphore sur Gaza, ils lâchent des  bombes au phosphore sur nous… Nous devons exprimer notre solidarité avec ces gens, parce qu'ils sont nous. Nous ne sommes pas uniquement la flottille de la liberté : nous sommes Gaza. En plus de savoir que nous sommes la cause des maux de Gaza, nous sentons aussi ces maux comme s'ils étaient les nôtres.”
La manifestation a été filmée.

Un des auteurs brésiliens de Global Voices, Raphael Tsavkko Garcia, a fait des photos de la manifestation à São Paulo, au Brésil, qu'il a mis en ligne sur son blog avec une description de la manifestation [en portugais].

Manifestants à Sao Paulo portant des t-shirts où l'on peut lire "I am Palestinian." (Je suis un palestinien) Photo de Raphael Tsavkko Garcia.

O protesto em si foi breve, durou cerca de uma hora, mas os discursos foram enérgicos e emocionados. Gritos de “Israel Genocida”, “Israel Nazista” e “Palestina Livre” eram constantes e distribuímos muitos folhetos entre quem passava. Estes, aliás, em geral nos apoiava, acenando, comentando que era um absurdo a situação dos Palestinos e repudiando Israel e suas ações criminosas.
[…]
Foi um ato pequeno mas cheio de significado. Pelo menos algumas poucas pessoas m
ostraram seu desagrado, seu repúdio e deixaram claro que não tolerarão mais agressões.

La manifestation, en elle-même, fut brève, elle a duré une heure, à peu de choses près, mais les discours furent énergiques et émouvants. Les slogans “Israël génocide”, “Israël Nazi” et “Palestine libre” étaient constants et nous avons distribué des tracts aux passants. Ceux-ci, d'ailleurs, nous soutenaient la plupart du temps, en nous faisant des signes de la main, commentant l'absurdité de la situation des palestiniens et désavouant Israël et ses actes criminels.
[…]
Ce fut un action modeste par l'ampleur, mais pleine de sens. Un petit nombre de personnes a au moins pu montrer son désaccord, son indignation et dire clairement qu'ils ne tolèreraient plus aucune agression.

Enfin, Israël n'a pas non plus échappé aux critiques de ses propres citoyens. À Tel Aviv, des manifestants ont brandi des pancartes protestant contre les occupations. Selon le photographe, l'un des participants a été appréhendé ainsi qu'un autre, qui, lui, s'opposait à la manifestation.

Cliquez sur l'image pour voir l'original, et les traductions de l'Hébreu. Photo de Dan Halutz.

Des manifestants se sont aussi réunis devant le port d'Ashdod malgré les tentatives de la police de les ramener à Tel Aviv.

Ligne de manifestants sur la plage d'Ashdod. Photo de Mya Guarnieri.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site