Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les blogueurs de Global Voices : Candy, jeune blogueuse et traductrice à Madagascar

Lors du Sommet Global Voices 2010, qui s'est tenu au Chili le mois passé, une jeune fille de Madagascar m’a demandé si je venais bien du Japon, ce pays dont tout la passionne, de la langue à la culture, avec une mention spéciale pour les sushis. J'ai été très impressionnée de l’entendre parler japonais mieux que moi alors que je vis là-bas depuis déjà deux ans.

Elle s’appelle Candy Radifera Felana et participe au projet Lingua de Global Voices en malgache. Du haut de ses 15 ans, Candy est sans doute la plus jeune membre de l'équipe de Global Voices. Son engagement dans ce projet lui a permis non seulement d’améliorer ses connaissances linguistiques, mais aussi de promouvoir la langue de son pays, le malgache. Candy, lycéenne, souhaite approfondir ses connaissances en infographisme à l’université et espère que son blog puisse contribuer au changement social.

Candy avec son papa, Maminirina Radifera Ranaivoson (à gauche), Leonard Chien, responsable de Global Voices Lingua, et l’archevêque John Baptist Odama d’Ouganda, un des lauréats du prix Breaking Borders

J’ai adressé quelques questions à Candy par courrier électronique pour en savoir plus sur sa vie personnelle et ses activités de blogueuse.

1. Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Candy Radifera Felana, j’ai 15 ans et je viens de Madagascar. Je suis en deuxième année de lycée. J'ai commencé à apprendre le japonais durant ma première année, mais au début je faisais simplement des leçons ici et là sur Internet. L’année suivante, j'ai décidé de suivre un cours de langue.

2. Depuis combien de temps blogues-tu ? Qu'est-ce qui t'a motivée pour te lancer ?

J'ai entendu parler de blogs pour la première fois à travers le projet « Foko Madagascar ». J'ai participé à une formation qu’ils organisaient. Je blogue depuis 2007. A l'époque, je n'étais pas très active. Je n’avais pas de connexion Internet à la maison et je ne savais pas vraiment de quoi parler. J’ai commencé à bloguer parce que depuis toute petite j'aime écrire des histoires.

3. De quoi parlais-tu dans ce blog ?

J'écrivais à propos de mon quotidien, des choses qui me surprenaient, qui m’intéressaient ou me fâchaient.

4. Est-ce que ta famille est ouverte aux nouvelles technologies ? Est-ce qu’elle soutient tes activités en ligne ?

Oui, mes parents utilisent l’informatique pour leur travail, surtout mon père qui est passionné par la photo. Il est aussi un blogueur très actif. Tout va bien tant que je ne parle pas de politique, parce qu'ici, à Madagascar, notamment en temps de crise, c’est un sujet très sensible.

5. Que préfères-tu dans le blogging ?

Bloguer me permet de partager mon opinion avec les autres, de leur faire connaître ce qui se passe dans ma vie et dans ma communauté. Je profite de cette possibilité pour m’ouvrir aux autres et pour interagir avec les lecteurs. C’est un moyen de communication. J’aime beaucoup écrire, mais j’aime aussi bien créer des bannières pour mon blog et éditer des photos, même si je ne suis pas encore experte en la matière.

6. Que penses-tu de la blogosphère malgache ?

L’accès aux blogs est très limité à Madagscar car seulement 1 ou 2 % de la population à accès à Internet à cause des prix élevés des connexions. Je sais que beaucoup de monde aimerait vraiment bloguer. Si nous pouvons faciliter l’accès à Internet, je pense que cette activité pourrait changer, voire améliorer le quotidien des Malgaches.

7. Qu’espères-tu retirer du blogging, personnellement et pour ta communauté?

J'espère pouvoir transmettre l’envie de bloguer à d’autres personnes et peut-être arriver à changer le point de vue de certains en partageant mon opinion, notamment sur le blogging. Je me souviens que lorsque j'ai expliqué ce que je faisais à quelques amis, ils m'ont dit que c'était une perte de temps.

8. Tu es traductrice pour le projet Lingua en malgache, que penses-tu de ton engagement au sein de GV ?

Global Voices est une grande communauté rassemblée autour d'un site web de premier plan et c'est rare de voir ce type de site traduit en malgache. Cette langue n’est pas très connue, pour moi, c'est donc un honneur de traduire des billets dans ma langue. C'est aussi un moyen d’améliorer mes connaissances aussi bien en malgache qu’en anglais. Depuis que j'ai participé au Sommet, je suis encore plus motivée. J’adore traduire. Global Voices est devenu très important pour moi et je suis vraiment fière de faire partie de cette communauté.

9. Qu’est-ce que tu imagines pour ton avenir ?

Après le lycée, j'aimerais poursuivre des études en technologies de l’information ou en infographisme. J’espère aussi collaborer plus avec Global Voices.

10. Qu’aimerais-tu dire aux jeunes internautes ?

Qu’ils s‘ouvrent plus au monde. Les blogs représentent un moyen facile de partager son point de vue. Ce n’est pas du tout une perte de temps, surtout si vous parlez des choses intéressantes et utiles. Vous pouvez trouver des blogueurs venant d’autres pays qui partagent votre opinion, qui peuvent vous comprendre et vous soutenir. Quand j'ai participé à la première formation sur les blogs de Foko, j'ai demandé qu'est-ce que je pouvais écrire sur un blog. Une des réponses que j'ai reçue était que je pouvais l’utiliser comme un journal. C'est vrai, mais il faut se méfier et ne pas partager des choses trop intimes sur son blog, parce que quelqu'un peut les utiliser contre vous et vous faire du mal.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site