Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : découverte d'un réseau de blogueurs rémunérés par le Ministère de l'intérieur

Récemment, Roman Dobrokhotov, un blogueur et militant (qui a été interviewé par Global Voices en anglais l'an dernier), a effectué une enquête [en russe] sur comment les réseaux de blogueurs rémunérés fonctionnent dans la blogosphère russe. Il écrit que différents représentants de réseaux de blogueurs “à la solde” l'avaient contacté trois fois, en offrant de 23 à 30 dollars US par billet publié. Tout blogueur qui accepte de fournir un contenu rémunéré doit respecter un angle unique quand il écrit un billet. La dernière offre que Dobrokhotov a reçue était assez inhabituelle : écrire des articles présentant la police russe sous un angle positif.

Менеджер компании Garin-studio предложил мне разместить целую серию постов с «позитивом» про милицию. За первый пост – 2000 р., за остальные – по тыще. Я выяснил под разными предлогами более подробную информацию. Заказчиком выступает не московское ГУВД, а федеральное МВД, причем, по словам моего собеседника, заказ шел из Управления собственной безопасности (так вот чем оно занимается!). Всего в проекте участвует более 50 блогеров, причем с некоторыми, самими популярными (например, с Радуловой) заказчик общается напрямую. Garin-studio, как я понял, далеко не единственный подрядчик МВД.

Le directeur de l'agence Garin-studio m'a offert de publier toute une série d'articles avec une approche plutôt positive sur la police. Pour le premier billet, 2 000 roubles (63 dollars US), tous les autres, 1 000 roubles (31 dollars). J'ai réussi à obtenir plus d'informations. J'ai découvert que le client de l'agence était le Ministère fédéral de l'intérieur, pas le Département de la police de Moscou ; ce qui est encore plus intéressant, c'est que l'ordre soit venu du Département de la sécurité intérieure [qui est supposée surveiller et contrôler la police elle-même] (ah ah, c'est pour cela qu'ils font ça !). Il y a 50 blogueurs qui travaillent sur  ce projet, et certains d'entre eux, parmi les plus célèbres (par exemple, Radulova), sont en contact direct avec le client. Garin-studio, autant que je puisse comprendre, n'est pas le seul mandataire utilisé par [le Ministère de l'intérieur].
D'autres blogueurs ont publié des billets presque simultanément avec des commentaires positifs sur la police sur le blog de Natalia Radulova ainsi que sur un autre blog célèbre, celui de Maxim Aleksandrov.

Dobrokhotov a compté 38 blogueurs en contact avec Garin-studio impliqués dans la “campagne pour la police”, dont certains parmi les plus renommés. Il a analysé aussi combien de blogueurs ont écrit sur les mêmes sujets au même moment. Quelques 75 blogueurs ont publié des billets sur les applications mobiles pour téléphones en une semaine (y compris ces 25 blogueurs les plus célèbres comme ibigdan, katoga, allan999, bydyry et sviridenkov). 17 blogueurs ont publié des articles pour des médicaments pour perdre du poids.

Il faut préciser que les blogueurs rémunérés sont un phénomène mondial. Aux États-Unis, en 2009 environ 8.5 pour cent de tous les blogueurs étaient payés pour leurs écrits. Les limites entre le blogging et le journalisme deviennent floues, les meilleurs parmi les blogueurs ont arrêté d'écrire comme hobby et en ont fait une profession. David Armano analyse le placement de contenus payés dans les médias traditionnels et les médias sociaux en ligne [en anglais] :

La rémunération des médias se pratique partout depuis que le marketing et l'espace numérique existent. On peut juger la pratique de manière différente, mais les principes sont les mêmes. Vous choisissez où vous pourrez obtenir le plus d'effet et vous payez pour figurer dans les médias et dans l'environnement numérique qui vous semblent appropriés. Dans beaucoup de cas, des agences sont utilisées pour servir d'intermédiaires. La dernière combine de ce modèle est de coopérer avec des entreprises spécialisées qui dénichent des médias comme les forums et les blogs communautaires et les réseaux. Ces firmes se font payer et négocient des arrangements pour faire entrer vos messages dans ce nouvel espace médiatique. Alors que, comme annonceur, vous pouvez ne pas avoir un contrôle total sur vos messages (les blogueurs dans ce modèle écrivent encore ce qu'ils veulent), le “placement” est payé ou acheté.

En Russie aussi, il existe aussi de grands réseaux de blogueurs payés, qui, jusqu'à récemment, œuvraient dans l'ombre. Il y a des “places de marché” de blogs comme blogun.ru, où les planificateurs de campagnes publicitaires dans les médias peuvent commander un billet ou un lien concernant un sujet ou produit déterminé. Généralement,  ça marche ainsi : quelques fois, les blogueurs produisent et sont payés pour le contenu (par exemple des tutoriels, des dossiers thématiques sur un sujet déterminé), et d'autres fois, ils sont payés pour la promotion de produits déterminés (c'est à dire, pour faire de la publicité de façon détournée). Une version plus légère des “médias rémunérés” sont “les médias récompensés” : un blogueur écrit sur un gadget qu'il/elle reçoit en cadeau ou bien reçoit une invitation à un événement. De nombreux consommateurs feraient plus confiance à des blogueurs qu'aux articles des journaux ou à la publicité commerciale à la TV, de la même façon qu'ils font plus confiance à quelqu'un qu'ils connaissent personnellement, ou  un ami. Cela fait partie des raisons qui rendent les blogs des supports plus attractifs pour ceux qui désirent promouvoir un produit ou un événement.

Money at Hand

L'idée derrière le recours aux blogueurs rémunérée est d'exploiter cette relation privée pour rendre plus efficace la publicité de certains produits ou idées. Naturellement, il y a tout de même un dilemme moral : si un blog fournit des points de vue personnels et s'ils offrent une “vraie communication”, un message publicitaire caché “viole” le contrat de confiance implicite liant le blogueur à ses lecteurs, qui est basé sur le respect mutuel et la sincérité. [illustration à droite : L'argent à la main, photomontage de Don Hankins ]

Il y a certaines spécificités dans la blogosphère russe. Avant tout, comme la majorité des blogs russes les plus célèbres sont hébergés par LiveJournal (LJ), la publicité clandestine est de fait interdite. Les conditions d'utilisation interdisent clairement la publicité non sollicitée ou non autorisée (l'Article 7 du Code de conduite des membres stipule : “Vous acceptez de NE    PAS utiliser le service pour: …télécharger, publier ou retransmettre toute publicité non sollicitée ou non autorisée, du matériel publicitaire, des annonces, des spams, des chaines de courriels, des réseaux pyramidaux de vente, ou toute autre forme de sollicitation commerciale.” Cette règle est largement ignorée. Un seul blogueur célèbre, tema, a essayé de promouvoir des publicités autorisées sur LiveJournal, mais ses initiatives n'ont jamais trouvé de soutien auprès des autres blogueurs les plus populaires.

Le plus important – et l'enquête de Dobrokhotov décrite ci-dessus le démontre bien – est que des réseaux de blogueurs rémunérés se transforment parfois en défenseurs de certaines opinions politiques ou font la promotion d'une politique officielle. L'enquête du blogueur apporte plus de lumière sur cette “zone d'ombre” du Web en langue russe. Les blogueurs à la solde démasqués seront moins influents, leurs lecteurs sachant qu'ils défendent des points de vue parce qu'ils sont payés pour le faire. Un autre fait important que Dobrokhotov a découvert est que le Ministère de l'intérieur russe veut  influencer l'opinion publique russe en ligne, soulevant ainsi une importante question : est-il acceptable qu'une institution publique utilise des méthodes de marketing aussi discutables ?

1 commentaire

  • Merci pour le partage de cette information.
    En effet, lorsque les autorités auront cédé à des pressions internationales sur la censure, leur restera la rémunération…

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site