Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Afrique du Sud : La Coupe du Monde fait rebondir le débat sur la vuvuzela

L'image que l'on retient pour le moment du Mondial de Football 2010, ce sont peut-être les stades flambants neufs ou les tenues bigarrées des supporters de chacune des nations en compétition. Sans aucun doute, le bruit qui caractérise le tournoi est le vrombissement de la vuvuzela, qu'entendent les spectateurs dans les tribunes ou devant la télévision. Ce bruit insigne a déclenché un débat pour savoir si la vuvuzela est un plus ou un moins dans la façon de vivre le Mondial.

Pour les supporters de football sud-africains, la vuvuzela fait partie intégrante du savoir-vivre quand on assiste à un match, et ils ne voient pas où est le problème. En revanche, pour les visiteurs et téléspectateurs du reste du monde, le son de l'instrument en plastique a été une nouveauté.

Vuvuzela à Soccer City. Photo alvez, utilisée sous licence Creative Commons.

Ce débat remonte à la Coupe des Confédérations 2009 tenue en Afrique du Sud, qui a pu marquer leur première exposition à ce bruit pour de nombreux amateurs mondiaux de football. Certains ont appelé à ce que la vuvuzela soit bannie des stades, au motif qu'elle nuisait au plaisir du jeu. Le président de la FIFA Sepp Blatter, pour sa part, a donné son entier soutien à l'autorisation des vuvuzelas au Mondial 2010, en disant : “nous ne devrions pas essayer d'européaniser une Coupe du Monde africaine. [en anglais, comme les liens suivants]”

A présent, quelques jours après le début du tournoi, elle est devenue un sujet de discussion sur Internet, entre ceux qui s'en plaignent [pétition en 5 langues, dont le français], et ceux qui prennent la défense de l'instrument, sans oublier ceux qui critiquent les détracteurs de la vuvuzela. Même si des bruits courent que la FIFA pourrait chercher à restreindre la vuvuzela suite à des réclamations des télévisions, la plupart estiment qu'elle persistera.

Le twitteur syrien Anas Qtiesh en compare le bruit à celui d'un essaim d'insectes et écrit, “il faut fumiger le stade, les abeilles sont devenues hors de contrôle.” Plusieurs comptes Twitter sont apparus pour faciliter les réclamations contre la vuvuzela: @stopvuvuzela, @vuvuneela, et @vuvunee.

D'autres ont été prompts à défendre la tradition footballistique sud-africaine. Michelle Sibanda (@pinkminx36) écrit :

La vuvuzela fait partie de notre patrimoine national…alors NON nous n'arrêterons pas de souffler et vous pouvez vous plaindre jusqu'à ce que les poules aient des dents !!!”

Certaines critiques contre le vrombissement de la vuvuzela ont révélé l'humour de ceux qui les ont retournées contre les mécontents. Daniel Reeders (@onekind) constate :

Le monde occidental découvre l'Afrique, découvre qu'elle est bruyante, dissonante, irrésistible, et se retranche sur twitter pour se plaindre de la #vuvuzela

Pour conclure, Karabo Harry (@kayrabH) remet les choses en perspective en suggérant :

Si le bruit de la #Vuvuzela vous agace achetez des #bouchons d'oreilles & et plaignez-vous de choses plus importantes comme l'#Illettrisme & la#Pauvreté.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site