Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : Le gang des tueurs de policiers agite la blogosphère

"C'est ça le Primorye!" – affiche des Partisans du Primorye par l'utilisateur LJ eurotat

En ce moment, les blogueurs russes discutent avec passion de la récente arrestation d'une bande criminelle qui s'est livrée à une séries d'attaques contre la police dans la région du Primorie dans l'extrême-orient russe. Les attaques se sont déroulées entre le 27 mai et le 8 juin, avec un bilan d'un policier tué et trois blessés, ainsi qu'un poste de police endommagé et une voiture mitraillée.

Ces attaques anti-police pourraient être en rapport avec le soi-disant ‘Appel aux Partisans du Primorie‘ [en russe], une lettre ouverte exigeant que les autorités renvoient les responsables actuels de la police et des poursuites judiciaires, mettent fin aux violences des agents du maintien de l'ordre, et engagent une lutte contre la corruption dans les institutions publiques. Si ces demandes n'étaient pas satisfaites, les auteurs de la lettre commenceraient une “guérilla” contre la police, a rapporté Radio Liberté [en russe]. La lettre ouverte a été publiée en ligne et envoyée à un certain nombre de postes de police du Primorie, de bureaux des procureurs, tribunaux et journaux locaux.

Le 11 juin, à la suite d'une opération spéciale faisant intervenir des véhicules blindés et des milliers de policiers, le groupe a été appréhendé. Quatre “partisans” ont été arrêtés ; deux, selon les sources officielles, se sont suicidés. Les enquêteurs ont indiqué que le groupe était mené par un repris de justice de 32 ans. L'âge des autres ‘rebelles’ s'échelonnait de 18 à 22 ans.

Etonnamment, les sympathies de l'opinion russe sont allées aux membres de la bande. D'après le sondage téléphonique d’Ekho Moskvy, 71% de ceux qui ont répondu considéraient les actions des “guérilleros du Primorie” comme des actes à la Robin des Bois et 76% ont dit [en russe] qu'ils auraient prêté main-forte aux membres de la bande si on leur avait demandé de l'aide. En ligne, de nombreuses voix se sont fait entendre en soutien aux ‘rebelles’. Le niveau élevé de la corruption combiné avec le faible niveau de la confiance publique dans l'application de la loi étaient la principale raison d'un soutien populaire aussi répandu.

Aux yeux de la police, toutefois, ce sont les problèmes de la société russe qui expliquent cette approbation. Mikhail Konstantinov, un officier de police du Primorye, a expliqué dans un entretien à la Komsomolskaya Pravda [en russe] que le soutien populaire aux criminels était un indicateur des graves problèmes du peuple russe. Commentaire à cela de Zarazalenka :

конечно, убийство это всегда страшно, кого бы ни убили, убийство – это прежде всего лишение жизни чьего нибудь сына, отца, мужа, но то, что люди поддерживают бандитов, это не значит, что общество больное, это значит, что оно устало от беспредела, царящего в рядах милиции и во власти, которые в свою очередь являются по большей части еще большими бандитами, чем все банды Приморья вместе взятые. Милиция – это самая большая и опасная преступная группировка в нашей стране. конечно, есть честные люди, исполняющие свой долг со всей ответственностью и в милиции. просто не каждый силен характером, чтобы пойти против укоренившейся системы поборов, коррупции и прочего беспредела.

Certes, le meurtre est toujours horrible, quel que soit celui qui est tué, le meurtre c'est en premier lieu prendre la vie d'un fils, d'un père, d'un mari. Mais le fait que les gens soutiennent des criminels ne veut pas dire que la société est malade, mais qu'elle est fatiguée de l'impunité régnante de la police et des autorités, qui s'avèrent largement être plus criminelles que tous les gangs du Primorie réunis. La police est la plus grande et la plus dangereuse bande criminelle de notre pays. Certes, dans la police aussi il y a des gens honnêtes, qui remplissent leur devoir en toute responsabilité. Simplement, tout le monde n'a pas assez de force de caractère pour aller contre le système enraciné de pots-de-vin, de corruption et d'impunité.

Pour mieux comprendre pourquoi la population locale soutient le “gang des guérilleros,” l'utilisateur LJ fritzmorgen, un blogueur russe populaire, a analysé [en russe] les affaires récentes dans lesquelles des gens ont été victimes de la police ou des autorités. Une des raisons de ressentiment possible des habitants du Primorie contre le pouvoir a été l'interdiction d'importer des voitures japonaises, qui a mis fin au bien-être de nombreuses familles locales.

Pendant une de ses opérations, la police a lourdement rossé un des camarades de classe des ‘partisans’ suspectés, ce qui a aussi contribué à l'opinion exprimée en ligne. L'utilisateur LJ fritzmorgen d'écrire [en russe]:

Спрашивается, чего добиваются омоновцы, избивая мирных жителей? Они, может быть, хотят, чтобы в леса к партизанам начали уходить новые и новые люди?… Не надо быть Вангой, чтобы предсказать: в конфликте партизан с сотрудниками милиции симпатии россиян, однозначно, будут на стороне партизан…

On se demande ce qu'ont voulu obtenir les OMON [la police anti-émeutes] en tabassant les résidents ? Ils veulent peut-être que de plus en plus de gens rejoignent les guérilleros dans les bois ?… Pas besoin d'être devin pour le prédire : dans un conflit entre les partisans et la police, les sympathies des Russes iront sans équivoque du côté des partisans…

De nombreuses sources ont rapporté que certains avaient joint les rangs de la guérilla parce qu'ils avaient avaient été victimes par le passé d'agissements contraires à la loi de la part de la police. Partizany.org [en russe], un site internet consacré à la couverture de l'affaire, a publié les biographies de quelques-uns des ‘rebelles’. En voici deux :

Савченко Роман Владимирович, 18 лет. Его старшый брат при невыясненных обстоятельствах был убит ментами. Наказание за это преступление никто не понес… Кроме того накануне убийств Романа обвинили в том, что он ограбил дачу. Как говорят друзья парня, признания в милиции из него выбивали. Как мы видим, менты сами создали для себя карателей.

Владимир Илютиков. …Владимир жил с мамой, в семье был достаток. Но случилась трагедия: как рассказывают знакомые семьи, при невыясненных обстоятельствах его отца убили милиционеры. Наказание за это преступление никто не понес…

Savtchenko Roman Vladimirovitch, 18 ans. Son frère aîné a été tué par les flics dans des circonstances non éclaircies. Personne n'a été puni pour ce crime. De plus, la veille du meurtre, Roman avait été accusé d'avoir cambriolé une datcha. Comme l'on dit les amis du gars, la police lui arraché des aveux sous les coups. Comme nous le voyons, les flics se sont créés leurs propres bourreaux.

Vladimir Ilioutikov. …Vladimir vivait avec sa mère dans une famille aisée. Mais il est arrivé une tragédie : comme l'ont raconté des connaissances de la famille, des policiers ont tué son père dans des circonstances non éclaircies. Personne n'a été puni pour ce crime…

Un autre aspect de l'affaire, activement discuté par les blogueurs, c'est l'affiliation d'un des individus au PNB – le Parti National Bolchévique. L'utilisateur LJ eduardmedved fait le portrait [en russe] d'Andreï Soukhorada, un ‘rebelle’ affilié au parti, tué pendant l'arrestation :

Andreï Soukhorada pendant une action de protestation du PNB en 2004, photo de l'utilisateur LJ eduardmedved

он с сестрой приехал в москву в 2003, делать революцию. Революцию тогда делало нбп. Ему было 16, сестре 12. В бункере нбп объяснили, что революция это листовки, газета и митинги с либералами. Он не поверил. Нашёл скинов, им тоже не поверил…
Через шесть лет он ушёл в партизаны…

Il est venu à Moscou avec sa soeur en 2003 pour faire la révolution. C'est le PNB qui la faisait à l'époque. Il avait 16 ans, et sa soeur 12. Dans un bunker du PNB on leur a expliqué que la révolution ce sont des tracts, le journal et les rassemblements avec les libéraux. Il ne l'a pas cru. Il a trouvé les skinheads, mais ne les a pas crus non plus… Six ans après, il est allé chez les “partisans.”

Les internautes russes n'ont guère prêté foi à l'information officielle sur l'arrestation du gang. L'utilisateur LJ golishev a publié une collection de billets [en russe] de l'un des forums de discussion du Primorie. On trouvera ci-dessous [en russe] la réaction des utilisateurs locaux du forum au communiqué officiel dans les médias affirmant que deux membres de la bande s'étaient donné la mort pendant l'assaut de la police :

Больше похоже на убийство!
Девушке Андрея Сухорада в момент, когда начался штурм, позвонил Александр Ковтун и сказал, что Андрея убили. Якобы он вышел с поднятыми руками, и по нему открыли огонь. Девушка, рыдая, сказала, что никто не предлагал членам банды сдаться, хотя у каждого из них есть мобильный и они на связи. !

Ça ressemble plus à un meurtre ! Quand l'assaut a commencé, Alexander Kovtoun a téléphoné à l'amie d'Andreï Soukhorada et lui a dit qu’ Andreï avait été tué. Soit-disant, il est sorti les mains en l'air, et ils ont ouvert le feu sur lui. La jeune femme a dit en sanglotant que personne n'a proposé aux membres de la bande de se rendre, alors qu'ils avaient tous leur téléphone portable et étaient joignables.

а почему родителей не привезли на переговоры, чтоб без стрельбы и шума?
как то все безграмотно, с террористами по два дня переговоры ведут, а тут…

Et pourquoi on n'a pas amené les parents pour les négociations, pour éviter les tirs et le bruit ?
Comme tout cela a été mal fait, ils passent deux jours à négocier avec les terroristes, et là…

Dans l'avalanche d'informations souvent contradictoires, des blogueurs se sont efforcés de trier tous les faits et de tirer au clair ce qui s'est réellement passé. L'utilisateur LJ eurotat a créé une chronologie de tous les événements ayant trait aux “partisans” et les a transcrits sur une carte, découvrant ce faisant de nombreuses incohérences dans l'information officielle. Il écrit :

A map of crimes committed by the "Primorye partisans" – by LJ user eurotat

Каковы мотивы нападать на милиционеров из других районов, а не из своего (где творящийся милицейский беспредел, казалось бы, непосредственно касался участников отряда)? …Пусть есть мент-злодей, который тебе серьезно насолил, и никакой управы на него нет. Не вытерпел, решил взять отомстить. И что, попрешься за 175 км в другой город и убьешь первого попавшегося милиционера? Это уже не месть и партизанская война … Это маразм.
Впрочем, нас и пытаются убедить в том, что эти ребята отморозки и действовали чисто из ненависти к милиции как таковой. А ненавидят они милиционеров потому, что националисты-экстремисты…

Pour quels motifs attaquer les agents de police d'autres régions et pas de la sienne (là où les membres du groupe ont, semble-t-il, souffert directement des violences policières). Supposons qu'un flic scélérat t'ait fait une crasse et que tu n'obtiennes pas justice. Tu n'as pu le supporter et tu as décidé de le lui faire payer. Et quoi, tu vas faire 175 km jusqu'à la prochaine ville et tuer le premier flic sur lequel tu vas tomber ? Ce n'est ni une vengeance ni une guérilla… c'est du gâtisme.
Au demeurant, ils essaient de nous faire croire que ces types sont des balourds et n'ont agi que par haine de la police en général. Et ils haïssent la police parce que ce sont des nationalistes et des extrémistes…

L'utilisateur LJ eurotat doute que les suspects aient réellement commis les crimes dont on les a accusés. Sa conclusion :

Итак, как видно, история крайне запутанная. Возможно, разные происшествия с разными мотивами в разных местах с участием разных групп лиц хотят склеить в одну версию… Не исключено, что ребятам стало известно, что им хотят понавесить за какие-нибудь мелочи “всего и вся” плюс убийство Кеннеди, поэтому и подались в бега…

Ainsi, comme on voit, l'affaire est extrêmement embrouillée. Probablement, on essaie de coller en une seule affaire différents crimes avec différents mobiles dans différents endroits avec la participation de différents groupes… Je n'exclus pas que les types aient eu conscience qu'on les accuserait  de toutes les méfaits possibles et imaginables, y compris de l'assassinat de Kennedy, et c'est pour ça qu'ils ont pris la fuite…

La bande est sous les verrous. Mais est-ce la fin de l'histoire ou seulement le début d'une agitation armée contre les agents de la loi ? Les guérilleros du Primorie auront-ils des successeurs et des émules ? Ces deux derniers jours, les médias russes ont rapporté de nouveaux actes de violence contre des policiers dans d'autres régions de Russie. On pourrait croire que l'on en n'a pas fini avec l'affaire des partisans du Primorie…

On peut en tirer plusieurs leçons. D'abord, que les internautes russes, dans leur majorité, ont considéré les crimes contre les fonctionnaires de police comme relevant d'une sorte de justice civique. Ensuite, l'absence de détails et l'excitation d'ensemble exprimée par certains blogueurs, multipliée par le nombre des commentaires pour cette affaire, montre avec quelle facilité les blogs russes peuvent être manipulés.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site