Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Singapour : un citoyen suisse accusé d'avoir vandalisé un train

[tous les liens renvoient à des pages en anglais]

Le 17 mai 2010, le Suisse Oliver Fricker et son complice présumé, le Britannique Lloyd Dane Alexander, auraient fracturé la barrière autour du  Dépôt Changi de la société nationale de transport : Singapore Mass Rapid Transit (SMRT). Les deux hommes auraient alors peint des graffitis à l'aide de bombes sur un wagon de train.

Une vidéo de l'incident a été mise en ligne sur YouTube dès le lendemain et a été reprise rapidement par la communauté des internautes qui l'a ensuite diffusée massivement sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, mais aussi les blogs et les forums.

Les employés de la SMRT n'ont découvert l'acte de vandalisme que deux jours après, le 19 mai. Le 5 juin, Fricker a été reconnu coupable par la justice d'avoir vandalisé un train de MRT en peignant un graffiti à la bombe et d'avoir endommagé une propriété publique en coupant le grillage. Un mandat d'arrêt provenant d'Interpol a été émis à l'encontre de Lloyd Dane Alexander. Le Britannique semble avoir quitté Singapour et se trouverait à Hong Kong. A Singapour, le vandalisme est passible d'un maximum de trois ans de prison ou d'une amende de 2000 dollars singapouriens (soit 1000 euros) ainsi qu'un châtiment allant de trois à huit coups de bâton.

Malgré les excuses de la société SMRT pour cette faille dans sa sécurité, des blogueurs singapouriens, mécontents, questionnent le manque de protection du dépôt.

La blogueuse singapourienne spécialisée dans la politique et la société,  Kristen Han, écrit que l'incident était une sonnette d'alarme pour la société SMRT :

SMRT n'aurait pas pu tirer ces enseignements à moindre frais ou dans de meilleures conditions de sécurité ; la société ne pouvait apprendre cela que d'un consultant en sécurité surpayé ou à la suite d'un attentat à la bombe.

Le blogueur artistique singapourien, Pure Libre, tient à ce que le gouvernement de son pays prenne le problème par le bon bout :

Le vandalisme n'est pas un problème en soi. Même si l'acte est répréhensible, il ne s'agit que d'une farce inoffensive (et très artistique, il faut l'admettre). S'il est sûr que les deux contrevenants doivent être correctement punis pour ce qu'ils ont fait, le vrai problème a échappé au gouvernement. Il s'agit en l'occurrence de savoir quelles sont les conditions de sécurisation mises en place dans l'enceinte de SMRT, que deux jeunes hommes oisifs ont pu ainsi déjouer et  ridiculiser publiquement.

Le blogueur de Singapour, Roger Poh, estime que plutôt que de punir Fricker et Alexander, c'est la  SMRT qui devrait être sanctionnée :

Plutôt que d'accuser le citoyen suisse de violation de propriété et de vandalisme, l'état devrait le remercier et l'honorer en lui remettant les clefs de la ville.
A lui seul, il a mis en lumière les failles de la sécurité de la SMRT et a tiré la sonnette d'alarme au bon moment.
Les opérateurs de transports à Singapour devraient être tenus responsables de tout incident dans les trains, les gares et les bus dû à leurs manquements en matière de sécurité.
Ces opérateurs se doivent d'assurer la sécurité de leurs voyageurs.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site