Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Monde : Ces marées noires qui ne font pas la Une des journaux

Le monde a les yeux rivés sur la tragique marée noire du golfe du Mexique,  exemple criant de ce qu'une mauvaise gestion de l'exploitation du pétrole peut avoir de dévastateur. Quoiqu'il en soit, dans d'autres endroits du globe aussi, en ce moment, des gens vivent avec des déchets tout aussi toxiques et tentent, par le biais de vidéos, d'attirer notre attention sur leur situation critique.

Nigeria

Voilà des décennies maintenant que les Nigérians subissent la pollution pétrolière dans le Delta du Niger, où ils sont également victimes d'atteintes aux droits de l'homme (qui ont parfois couté la vie à certains activistes qui se battaient contre les compagnies pétrolières). Une coordination a poursuivi Shell (qui gère l'exploitation du pétrole dans cette région) en justice [en anglais] et, au début du mois, la compagnie pétrolière a accepté de débourser 15,5 millions de dollars, à la veille du procès. Cet argent servira à dédommager les associations plaignantes et à établir un fonds de placement. Toujours est-il que les procès pour destruction de l'environnement ne sont pas encore efficaces puisque, selon l'organisation [en anglais], “nettoyer” consiste à retourner la terre de manière à ce que le pétrole ne soit plus visible, mais il est toujours là, contaminant le sol et rendant les gens malades ; et rien n'a été fait non plus concernant les émanations de gaz des torchères qui brûlent en permanence.

Voici le témoignage en images de personnes dont les moyens d'existence ont été détruits par les marées noires dans le Delta du Niger :

Égypte

Il y a quelques jours, les plages de Hurghada sur la Mer Rouge [en anglais] ont été inondées de pétrole, et les touristes, ainsi que les propriétaires d'hôtels, ont décidé de porter plainte. Ces dépôts de plaintes ont eu pour effet d'en pousser certains à l'action et des équipes se sont immédiatement déplacées pour découvrir les cause de la fuite, tenter de la résorber et nettoyer les plages, comme le relate la HEPCA, l'association de protection et de conservation de l'environnement à Hurghada [en anglais].

Singapour

Voici un mois, nous avions parlé d'une marée noire à Singapour [en anglais] à la suite de la collision de deux bateaux-citerne provoquant la contamination de l'eau par des barils entiers de pétrole brut. Voici une vidéo amateur de la côte recouverte de nappes de pétrole :

Pérou

La rivière Marañon, dans la jungle amazonienne, est l'unique source d'eau pour plus de 28 communautés qui vivent sur ses bords. Après la marée noire provoquée par PlusPetrol ce mois-ci, leurs besoins en eaux propres ne sont pas pourvus et ils ne peuvent plus pêcher, puisque la rivière a été contaminée par plus de 300 barils de pétrole brut. Sur le blog Globalizado, Juan Arellano a écrit [en espagnol] un long article très complet sur les différents impacts qu'une fuite de cette nature peut avoir sur la faune et la flore d'Amazonie et sur les communautés locales dans leur utilisation des cours d'eau et des rivières. Le film amateur suivant montre le pétrole qui flotte à la surface de l'eau.

Ce n'est malheureusement pas nouveau au Pérou. A Loreto, la même compagnie, PlusPetrol, a un lourd passé de fuites de pétrole et sa politique de nettoyage est tout sauf propre. Comme l'explique l'un des employés dans la vidéo suivante, la compagnie leur demande seulement de retourner la terre, et quand les autorités viennent contrôler, ils leur disent que “la fuite a été colmatée”, mais ils ne peuvent pas avouer que le pétrole est toujours sous la surface, susceptible de contaminer l'eau et la végétation. Un membre d'une de ces communautés raconte comment des amis sont morts d'avoir ingéré du pétrole brut et explique que par le passé, les personnes âgées devenaient nonagénaires ou centenaires,  ce qui n'est plus le cas aujourd'hui, à cause des intoxications par le pétrole.

Venezuela

En dépit de photos et de vidéos montrant des nappes noires et goudronneuses de pétrole sur les côtes du lac Maracaibo, le ministère de l'environnement nie tout problème et qualifie les dégâts et fuites qui polluent les côtes depuis 2009 de “normaux”, comme le rapporte Código Venezuela [en espagnol].

États-Unis

A la marée noire du Golfe du Mexique il faut ajouter celle de l'Utah [en anglais], où un oléoduc de la société Chevron a fui, libérant 125000 litres de pétrole dans les cours d'eau. Alors que les équipes de nettoyage sont au travail pour nettoyer le pétrole qui est visible à la surface des étangs, des lacs et des ruisseaux, les riverains s'inquiètent des effet possibles d'une contamination. Cette courte vidéo montre un ruisseau dont les bords sont recouverts de pétrole.

D'autres lieux, d'autres désastres

Les médias ne semblent s'intéresser aux marées noires que depuis peu, et, en 2005, il a fallu que Munch, un blogueur taïwanais, incite ses lecteurs [traduit en anglais par Google Traduction] à contacter les médias afin de faire parler de la marée noire près de l'île de Lanyu à Taïwan. La photographie suivante montre les côtes en plein nettoyage.

Nettoyage d'une marée noire à Taïwan par Munch

Le pétrole n'est pas la seule menace pour le milieu marin. En 2009, un navire transportant du phosphate a coulé au large des côtes de Madagascar [en français] et la contamination qui s'en suivit toucha la faune et la flore, y compris des baleines en migration et des pêcheurs rendus malades par les eaux contaminées des côtes.

Tout au long de l'histoire de l'exploitation du pétrole, les mesures de sécurité afin de s'assurer que le pétrole ne pollue pas l'environnement  près des sites d'extraction ou des oléoducs n'évoluent pas aussi rapidement que le besoin d'utiliser et de consommer du pétrole. Il nous faut certainement repenser notre utilisation de carburants et demander des comptes aux compagnies qui les exploitent.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site