Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chili : de la Californie au Chili en voiture à bio-diesel

Un couple chilien, Carlos Herrera – co-directeur exécutif de Éducation Sans Frontières International – et Maria José Calderon -une documentariste et journaliste qui a gagné différents prix – se sont embarqués pour un voyage de six mois de Californie au Chili à bord de El Chaski, ” une Chevy Suburban 6.5L Turbo Diesel 4×4 de1995 dont le moteur a été modifié pour pouvoir rouler à l'huile végétale de récupération, l'huile végétale pure et le biodiesel , ainsi qu'au diesel.

Carlos en train de filtrer de l'huile au Mexique, à coté de la voiture El Chaski. Image de Maria José et Carlos.

Le projet derrière ce voyage a trois axes principaux :

1. Voyager de Californie au Chili en utilisant du bio fioul recyclable dans le véhicule à biodiesel  ‘El Chaski’, adapté pour pouvoir rouler avec de l'huile végétale de récupération.

[…]

2. Créer des contenus multimédias intéressant pour impliquer les jeunes à travers les deux Amériques dans le dialogue croissant sur les problèmes d'environnement et de développement durable.

[…]

3. Créer un réseau en ligne d'associations, de jeunes, d'éducateurs, etc , qui travaillent ensemble pour créer un futur à partager de façon durable avec notre planète.

Carlos et Maria José documente et partage leurs expériences en vidéos, photos, et blog, dans une section du site appelé “Journal”. ” La page principale résume l'intention :

Nous voulons découvrir ce que l'Amérique latine fait pour trouver des solutions  aux problèmes environnementaux qu'elle affronte.

Par une narration multimédia (photo, son et vidéo) nous présenterons les histoires d'associations, de coopératives et de militants qui travaillent au développement durable, et établirons des contacts entre nos cultures, nos combats et nos traditions.

Jeunes de Paxtoca au Guatemala. Image de Maria Jose et Carlos.

Sur Google Maps les voyageurs ont installé un suivi de leur voyage, pour que leurs lecteurs puissent voir où ils se trouvent exactement. Le voyage a commencé le 17 novembre 2009 et moins d'un mois plus tard, le   11 novembre, ils avaient déjà couvert 4,681 km. Ce jour là, ils écrivaient :

Je ne vais pas vous ennuyer avec les détails de notre départ de la Californie, mais nous avons conduit jusqu'à l'extrémité sud de l'état et traversé sans problèmes la frontière à Tijuana.  Étape une, faite. Étape deux: oh merde ! Tout à coup, on y était. Tous les projets, les soutiens, les au-revoir, les bonne chance, etc, se mettaient en place.

Ils ont atteint le Chili le 4 juin, mais la dernière entrée sur le blog date du 6 avril . Avec 15823 km au compteur de El Chaski, Carlos écrivait :

Majo [Maria Jose] et moi avons traversé la frontière d'un nouveau pays pour la dixième fois en cinq mois. C'est une impression très spéciale de traverser vers l'inconnu. On apprend a faire face aux nécessités de la vie, dans notre cas, les nécessités des voyages internationaux. Le Vénézuela est un cas d'école, avec des variables qui démolissent votre équation à n'importe quel moment. Il y a en gros trois grandes inconnues : qui, quoi et où ? Vous ne savez jamais qui vous allez rencontrer le long de la route, ce que vous allez manger et où vous allez dormir.

[…]

Le prochain voyage est la traversée transcontinentale du Brésil.

Une partie cruciale de ce projet est son aspect pédagogique. Dans une section spéciale, intitulée “Éducation,” éducateurs et parents peuvent avoir accès à des vidéos et des informations pour sensibiliser les enfants à l'environnement et découvrir l'Amérique latine. Maria Jose et Carlos expliquent que ce projet est aussi un test en matière d'utilisation de technologies mobiles dans le domaine de l'éducation :

Nous créons nous seulement des contenus éducatifs multimédias qui peuvent être utilisés en classe, nous explorons aussi les limites de la technologie mobile de communication dans le domaine de l'éducation. Avec des téléphonés mobiles sponsorisés par Nokia et la fondation Pearson, nous encourageons les jeunes à travers l'Amérique latine à exprimer ce qu'ils pensent des problèmes d'environnement, entre autres choses. Passez voir notre Classe mobile pour entendre ce que les jeunes pensent.

Présentation dans une école de cuisine à Morelia, au Mexique. Image de Maria Jose et Carlos.

Le matériel pédagogique est listé dans une section dédiée à chaque pays visité par le couple durant leur périple. Les sites par pays sont toujours en développement, comme le reste du site, qui grandit avec les ajouts et informations ajoutés, mais tous comportent les chiffres clés du pays et certains des sites ont déjà des vidéos sur des initiatives locales de protection de l'environnement. L'en tête de cette rubrique est une bonne définition du projet et de l'impact qu'ils espèrent :

Du nord au sud, nous avons chercher à rencontrer ces communautés et faire de notre mieux pour préserver certaines de ses histoires en les publiant pour qu'elle puissent être partagées , pour informer, éduquer et, espérons le, nous convaincre tous de trouver des moyens de jouer notre rôle en rendant notre empreinte plus légère à la terre.

On espère que nos enfants et petits-enfants pourront apprécier et voir les beautés et les dons que la terre nous a donné.

1 commentaire

  • prettyzoely

    merci beaucoup pour cet article. j’aime en particulier son côté pédagogique…

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site