Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Jordanie : des toges « Made in Israël » créent la polémique

Les pays arabes interdisent formellement (en arabe, comme tous les autres liens) l’importation des produits fabriqués en Israël depuis la fin du conflit israélo-arabe de 1948. Bien que le boycott de ces produits ne soit plus systématique (excepté en Syrie et au Liban), voir l’estampille Made in Israël sur certains produits dans les marchés locaux continue de soulever des questions. Le Jordanien Osama Al Romoh a rouvert le débat quand il a appris que les toges que  l’Université hachémite vend à ses étudiants diplômés sont emballées dans des sacs estampillés Made in Israël.

Il explique le choc que cela lui a causé :

لابد أن صدمة الطلاب عند ذهابهم لشراء أثواب التخريج واكتشافهم أن عبارة “صُنعَ في إسرائيل” مطبوعة على أكياس الأثواب من الخارج أكبر بكثير من صدمتي عندما علمتُ بالأمر، فأنا لا أطيق قراءة كلمة “إسرائيل”، كيف إذاً بمُنتجٍ صُنعَ في إسرائيل..؟!

Il est clair que le choc ressenti par les étudiants en allant retirer leurs toges, quand ils ont découvert le label Made in Israël , est plus grand que le mien lorsque je l’ai appris ! Je ne supporte déjà pas de lire le mot Israël tout simplement, alors, le voir sur un produit fabriqué là-bas !

Ce choc s'est transformé en résignation quand Al Romoh a découvert qu’il existe déjà bien de produits israéliens sur le marché jordanien, et que c'était aux consommateurs de faire un choix.

هذه ليست المرة الاولى التي يتفاجئ بها المواطنون ف

ي الأردن بوجود منتجات إسرائيلية تُباع بكل وقاحة بشكل علني في الأسواق المحلية، فمثلاً هناك بعض أصناف الفاكهة التي تُباع سواءً في بعض أسواق المنتجات الغذائية الكبرى أو في “بسطات” الشوارع وعلى كل حبّة فاكهة منها ورقة لاصقة بإسم “صُنِعَ في إسرائيل”، وكما أوضح وزير الزراعة الأردني سعيد المصري بأن المنتجات الإسرائيلية مكتوب عليها “صنع في إسرائيل” وعلى المستهلك أن يختار إما الشراء أو المقاطعة.

Ce n’est pas la première fois que les Jordaniens sont choqués de voir des produits israéliens vendus ouvertement dans les marchés jordaniens. Par exemple, il existe certains fruits vendus dans les grandes chaines de supermarchés et même par des vendeurs ambulants, sur lesquels il est inscrit “Made in Israël”. Le ministre jordanien de l’agriculture avait clarifié que tous ces produits israéliens portent l’estampille “Made in Israël”, et qu’il revient donc aux  consommateurs de faire un choix, chacun pour soi, d’acheter ces produits ou de les boycotter.

Le blogueur précise d’ailleurs qu’un traité de paix existe entre ces deux pays :

حسناً، إذا سلّمنا بأن م

عاهدة السلام الأردنية الإسرائيلية عام 1994 واتفاقية التعاون التجاري بين البلدين سببان وجيهان لوجود سلع إسرائيلية في الأردن، لا يمكن أبداً أن يصل هذا إلى حد بيع “طلاب جامعيين” أثواب إسرائيلية، فانا أراه ترويضاً بطيئاً للجيل الجديد كي يقبل بواقعٍ مفروض علينا، والأعجب من ذلك، أن الجامعة الهاشمية معروف عنها رفضها للتطبيع فما سبب هذا الإستهتار بالطالب؟

Bien. Si nous acceptons le fait que l’accord de paix jordano-israélien de 1994 et l’accord de coopération économique entre les deux pays est une assez bonne raison pour justifier la présence de produits israéliens sur le marché jordanien, nous ne pouvons tout de même pas accepter que des toges israéliennes soient imposées aux étudiants, comme pour préparer les générations futures à accepter une situation  imposée par-dessus tout. Le plus surprenant dans tout ça est que l’Université Hachémite est réputée pour ses positions « anti-Israéliennes ». Alors, qu’est ce qui explique qu’elle se paye la tête de ses étudiants ?

Il continue :

أحد المسؤولين صرّح بأن أثواب التخريج أو “أرواب التخريج” تم صناعتها بمدينة الحسن في إربد بالأردن وأن الأكياس التي وُضعت فيها هي من صُنع إسرائيل، وهذا يفتح باباً أكثر إثارة، هل الأردن عاجز عن صُنع “أكياس”..؟

Une des autorités académiques a annoncé que les toges avaient été confectionnées dans la ville d’Al Hassan, en Irbid (une province jordanienne), et qu’il n’y a que les sacs d’emballages qui auraient été fabriqués en Israël. Ceci n’a en rien calmé les choses. Au contraire. La Jordanie n’est-elle pas capable de produire elle-même des sacs ?

Il conclut :

أدعو جميع الطلاب لمقاطعة “أثواب التخرج” التي تبيعها الجامعة الهاشمية، وأن يشتروا أثواباً من الصناعة المحلية وإن لم يوجد فصناعة سورية، وأن يضعوا على الثوب وشاحاً مكتوب عليه “لم يُصنع في إسرائيل”، عسى أن تكون نهاية حياتهم الدراسية وبداية حياتهم العملية مُشرّفة.
J’appelle ainsi tous les étudiants à boycotter ces toges vendues par l’Université Chattemite et à acheter plutôt des toges fabriquées localement ici même en Jordanie. S’ils ne trouvent pas de toges de fabrication locale, alors ils peuvent en acheter celles faites en Syrie, et porter par-dessus une écharpe avec marqué dessus  « Not made in Israël » , afin de s’assurer qu’ils auront terminé leurs études et débuteront leur vie active sur une mention honorable.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site