Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : L'Expo de Shanghaï, visites d'expatriés

L’Exposition universelle de Shanghaï a déjà parcouru deux mois sur les six de son existence, et les blogueurs s'emploient activement à déchiffrer les tenants et aboutissants de ce caprice somptueux, autant qu'à pister les transformations-éclair auxquelles peu de coins de Shanghaï ont réussi à échapper dans la préparation de cet événement.

L'exposition, qui a ouvert ses portes le 1er mai et durera jusqu'à fin octobre, apparaît comme l'occasion pour Shanghaï d'offrir une vitrine au reste du monde [en anglais, comme les liens suivants]. En prodiguant les 46 milliards qui auraient été dépensés pour l'Expo, la Chine y a consacré plus d'argent qu'aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Les chiffres officiels prédisent un afflux de 70 millions de visiteurs dans les 240 pavillons et expositions présentés par les pays et organisations participants, qui s'étalent sur près de 3 kilomètres de berges du fleuve Huangpu à Shanghaï. Si au début, les entrées s'élevaient en moyenne à 200.000 visiteurs par jour, à comparer avec le minimum de 380.000 quotidiennement nécessaire pour atteindre les 70 millions au total, le 15 juin a vu une fréquentation colossale de 518.000 personnes, dont certains attendaient cinq à sept heures pour ne pénétrer que dans un seul pavillon.

File d'attente pour visiter le pavillon français de l'Expo. Photo Esther Young

Le thème de l'Expo, qui se décline sur les affiches, les panneaux publicitaires et l'omniprésente mascotte Haibao parsemant Shanghaï, est ‘ville meilleure, vie meilleure’. Ce slogan est-il le reflet exact des effets de l'exposition sur sa ville, voilà ce qui est discuté par les internautes chinois, dont le moindre n'est pas Han Han avec le ton sarcastique qui le caractérise :

S'il vous faut vraiment une métaphore, c'est comme lorsque une marque nationale de vêtements est très à la mode et fait de la publicité partout. Vous portez ces habits et vous vous croyez “badass” et extravagant, mais quand vous sortez du pays et regardez autour de vous vous découvrez que c'est en fait une marque de second ordre.

La communauté grandissante des blogueurs expatriés en Chine s'est elle aussi fait entendre. Le chef de meute, par l'exhaustivité de sa couverture, est l'écrivain américain installé à Shanghaï Adam Minter, qui a documenté l'Expo sur son blog de reportages, Shanghai Scrap, pendant plus d'un an. Un centre d'intérêt majeur des articles de Minter a été l’exposé détaillé du népotisme et de la corruption qui ont accompagné, en particulier, le chantier du pavillon des Etats-Unis.

Le pavillon des Etats-Unis, dont la construction a coûté 61 million de dollars. Photo Adam Minter de Shanghai Scrap

Les blogs de la ville comme Urbanatomy et Shanghaiist suivent également les réalités quotidiennes de la manifestation, depuis les ruses des visiteurs impatients pour pénétrer dans les pavillons jusqu'à la vente en ligne des passeports-souvenirs de l'Expo (complets avec les tampons des pavillons) pour la somme faramineuse de 5.880 RMB (687 €). La diligence des autorités de Shanghaï à rehausser l'attrait esthétique de la métropole de 19 millions d'habitants a aussi été remarquée : après des années de chantiers, l'emblématique promenade du Bund a été ouverte aux piétons, des scanners à bagages ont été installés dans les stations du métro en expansion permanente, l'art typique de la traversée des rues hors des passages pour piétons est en visible régression, des programmes de l'administration ont encouragé les habitants à s'abstenir de sortir en pyjama, et une restriction des ventes de couteaux est également instaurée pour garantir la sécurité publique.

Cependant, ce nettoyage de la ville à la faveur de l'Expo a aussi ouvert un espace à une vaste destruction de divers quartiers historiques, ce que Paul French a raconté (et rapidement déploré) sur China Rhyming. La rue typique de gargotes Wujiang Lu, une ruelle couverte de gravier où s'alignaient restaurants locaux de boulettes et étals de brochettes, a été entièrement démolie et remplacée en février par des chaînes occidentales de restauration et un centre commercial.

Wujiang Lu avant la démolition. Photo bricoleurbanism.org

Wujiang Lu après la demolition. Photo bricoleurbanism.org

Les démolitions et relogements forcés, une source répandue d'agitation en Chine et aussi un fléau de la construction du site des Jeux Olympiques de Pékin 2008, ont explosé lors des préparatifs de l'Expo. Minter comme la photographe Sue Anne Tay de Shanghai Street Stories ont fixé la trace de la disparition de Dongjiadu, l'un des plus anciens quartiers de Shanghaï, dont les résidents ont été relogés dans des appartements neufs dans la jungle de béton de la Nouvelle Zone de Pudong de l'autre côté du fleuve Huangpu. Selon les mots de Joe Benn, de Guangxi Master,

Shanghaï fait figure d'utopie pour une population chinoise en voie d'urbanisation rapide.

La notion peut-être archaïque d'Exposition Universelle a aussi amené des blogueurs à interroger le véritable sens de l'édition 2010 de Shanghaï. C. Custer, du blog international ChinaGeeks, écrit :

L'idée d'une “Foire Universelle” était logiquement séduisante au XIXème siècle, quand elle servait d'important point d'échange à la technique, et son attrait s'est prolongé au siècle suivant à cause de l'opportunité inégalable qu'elle représentait pour avoir un aperçu de quantité d'autres cultures en un endroit unique. Malheureusement, au XXIème siècle, nous avons Internet pour cela. De nombreux pays paraissent traiter l'Expo comme une opportunité d'afficher leur ‘soft-power’, ce que certains font avec désinvolture. Mais ce qui semble manquer dans tout cela, c'est pourquoi une personne ordinaire aurait vraiment envie d'y aller. J'ai lu bien plus sur l'Expo que tout étranger moyen serait disposé à le faire, et cela ressemble toujours à un assemblage de constructions exagérément stylisées contenant des publicités touristiques vaguement interactives. Et je devrais faire la queue des heures pour ça ?

Le blog SHLaowai partage ce scepticisme :

L'Expo est un cirque commercial de première catégorie monté sous des prétextes faux et dépourvus de sens, sponsorisé par les plus grandes multinationales, sans plus de raison d'être que le fait qu'il y en a eu une quelques années auparavant, et avant, avant et avant.

Mais des manières de penser positives se font aussi jour. Ecrivant sur Danwei, l'auteur du blog Chinayouren, Julen Madariaga, affirme que l'Expo sera un événement sans précédent illustrant l'influence croissante de la Chine sur la scène mondiale. Ses compatriotes en récolteront eux aussi les fruits :

à une époque où les incompréhensions entre cultures vont bon train, de tels événements promouvant la communication et la participation plutôt que l'animosité de spectateurs passifs peuvent avoir un impact très concret.

Pour beaucoup d'entre eux, la possibilité de rencontrer tous les différents “amis étrangers” classés par continent et par pays sera tout aussi intéressant que n'importe lequel des bâtiments de l'Expo. Les visiteurs étrangers pourraient avoir la surprise qu'on les prenne en photo comme s'ils étaient des pavillons ambulants.

Il est extrêmement difficile pour la plupart des Chinois de voyager à l'étranger, et en particulier hors d'Asie du Sud-Est. Malgré le nombre d'étrangers concentrés à Pékin et Shanghaï, pour beaucoup d'habitants de villes moins grandes, les étrangers restent une nouveauté, et leurs cultures sont largement méconnues. Avec les tickets d'entrée de 3 jours à des prix relativement modiques, ces gens afflueront à Shanghaï en masse.

Le pavillon emblématique de la Chine à l'Expo, qui aurait coûté 220 millions de dollars. Photo Christine Tan

Zachary Franklin, du blog DeluxZilla, qui couvre l'Expo pour le service de presse télégraphique des Etats-Unis, a aussi saisi l'occasion de défendre la manifestation. A défaut peut-être de comprendre pourquoi Minter a montré la face sombre du pavillon américain, Franklin est en désaccord avec son compatriote, nous montrant au contraire comment les hordes de visiteurs chinois apprécient le bâtiment à 61 millions de dollars, y compris les films de personnalités (dont Kobe Bryant et Magic Johnson) s'efforçant de s'adresser aux visiteurs en chinois :

Peu importe aux Chinois comment le pavillon américain a été construit, où est allé l'argent et qui a touché combien dans le processus. C'est une généralisation, mais on n'a vu aucun média chinois faire du bruit sur la manière dont les USA ont financé leur pavillon ou les raisons de son coût de 61 millions de dollars.

(…)

Plus important encore, les longues files d'attente devant le pavillon américain sont une preuve assez évidente qu'il n'y a pas de rapport entre ce que j'ai vu publier sur le pavillon américain, et ce qui se passe réellement sur place.

Cette folie de publicité nationale qui a accéléré le développement de Shanghaï va se poursuivre encore quatre mois. Les expatriés sont déjà témoins des transformations hors des sites de l'Expo. Reste à savoir comment elles continueront après le 31 octobre, lorsque tous les pavillons subiront la même démolition que les pans du vieux Shanghaï.

Si vous êtes intéressés par la visite de l'Expo, voyez sur le guide d'Adam Minter quand y aller, quels pavillons voir et comment éviter la grande affluence.

1 commentaire

  • […] L'exposition, qui a ouvert ses portes le 1er mai et durera jusqu'à fin octobre, apparaît comme l'occasion pour Shanghaï d'offrir une vitrine au reste du monde [en anglais, comme les liens suivants]. En prodiguant les 46 milliards qui auraient été dépensés pour l'Expo, la Chine y a consacré plus d'argent qu'aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Les chiffres officiels prédisent un afflux de 70 millions de visiteurs dans les 240 pavillons et expositions présentés par les pays et organisations participants, qui s'étalent sur près de 3 kilomètres de berges du fleuve Huangpu à Shanghaï. Si au début, les entrées s'élevaient en moyenne à 200.000 visiteurs par jour, à comparer avec le minimum de 380.000 quotidiennement nécessaire pour atteindre les 70 millions au total, le 15 juin a vu une fréquentation colossale de 518.000 personnes, dont certains attendaient cinq à sept heures pour ne pénétrer que dans un seul pavillon. L'’Expo Universelle de Shanghaï, visites d'’expatriés […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site