Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une étude sur les mondes virtuels en langue arabe

Cet article de Tal Pavel , d'abord publié en hébreu sur le site israélien Informationweek.co.il a été publié en anglais sur notre site Global Voices Advocacy le 4 janvier 2010

De nos jours, les mondes virtuels sont de plus en plus complexes et interconnectés entre eux. Par conséquent, leur influence sur les problèmes réels va grandissante. Je parle ici de jeux et programmes permettant à leurs utilisateurs, représentés par des avatars de leur choix, de pouvoir créer des éléments en 3D et de leur attribuer virtuellement n’importe quels objets imaginables.

L’un des éléments principaux de cette révolution est Second Life (SL), accessible sur le web depuis 2003, et qui permet ainsi à ses utilisateurs de disposer de droits d’auteurs sur toutes leurs créations virtuelles, qu’ils peuvent vendre contre de l’argent réel. C’est ainsi qu’a pu émerger une certaine économie virtuelle, où de l’argent réel est utilisé pour acheter des produits virtuels, entrainant alors un lien évident et indéniable entre les économies virtuelles et réelles. Il n’y a pas que des particuliers qui s’adonnent à ce jeu. Les compagnies aussi trouvent leur compte ici, en créant centres de recrutement virtuels,  universités et grandes écoles, ambassades et même un bureau pour l’agence de Presse Reuters [1], chargée de couvrir les évènements virtuels qui se déroule dans Second Life. Des réunions et autres entretiens d’embauche ont également lieu en ligne.

Le propos selon lequel le monde virtuel aurait finit par pénétrer le monde réel se justifie notamment par le fait que, depuis lors, le phénomène de SL totalise plus d’un milliard d’heures de connexion à de tels sites, et plus d’un milliard de dollars américain ont déjà été dépensés (par les utilisateurs) dans ce commerce virtuel. Le nombre d’heures de connexion au second trimestre 2009 était de 33%  plus élevé qu’à la même période en 2008. L’économie virtuelle a connu une croissance 94 % cette même année. Les utilisateurs produisent plus de 250 000 nouveaux produits par jour. La superficie totale de la région virtuelle ainsi créée, et le nombre de messages (SMS, tchats, etc.) envoyés, a aussi augmenté avec une croissance à deux chiffres. La durée moyenne de visite est de 100 minutes [2].

Dans le monde arabe

Les mondes virtuels ont atteint les pays arabes aussi, et ceci concerne divers aspects de la vie dans cette région du monde. Le premier parmi eux est Muxlim Pal – “le premier monde virtuel musulman, qui offre un nouveau genre de réseaux sociaux familiaux, propice à votre épanouissement » [3]. Dans ce monde virtuel, les drogues, l’alcool, les déviances sexuels et d’autres crimes sont interdits. Il est dédié à améliorer  “la communication et la compréhension entre l’Est et l’Ouest”, aussi bien qu’à la réconciliation des communautés musulmanes, en particulier celles en Occident. Il est donc dédié indifféremment à une audience musulmane ou  non-musulmane.

Il existe aussi un nombre considérable d’activités diverses dans cette partie de SL, à travers les 36 « îles » arabes érigées telles que « l’île d’Arabie Saoudite » et « l’île du Moyen Orient », déjà visitées par 25 000 utilisateurs. Ces îles abritent des meetings, des événements à caractères socioculturels, et des rendez-vous d'affaires, qui, comme c’est le cas avec d’autres forums, ne pourraient pas avoir lieu dans la réalité dans le monde arabo-musulman [4].

Les activités religieuses ne sont pas en reste (qu’il s’agisse du pèlerinage à la Mecque [5], de faire le tour de mosquées célèbres [6], ou de faire des sermons [7] et participer à des débats religieux [8]), d'organiser des manifestations en rapport avec le conflit israélo-palestinien [9], des collectes de dons pour venir en aide aux habitants de la bande de Gaza [10] et même certaines manifestations d’Iraniens, suite à l’élection présidentielle de juin dernier dans leur pays [11].

D’autres entreprises vont jusqu’à créer une compagnie aérienne arabe virtuelle (la Saudi Arabian airline), une multitude d’activités à caractère culturel [13] et des partenariats économiques, ceci juste dans le but de répandre l’usage des mondes virtuels au Moyen Orient [14]. Il a aussi été avéré que des utilisateurs de nombreux pays arabes avaient visité le Red Light Center, une plateforme pour toutes sortes d’escapades sexuelles [15].

Des difficultés d'accès à Internet

Dans une étude menée il y a deux ans [16], la Turquie et Israël était classés comme les régions leaders en matière d’usage de plateformes virtuelles sur SL, suivies respectivement par l’Egypte, les Émirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite (dans cet ordre précis). Cela a été une surprise que l’Iran ne soit classé que huitième sur les douze pays objets de l’enquête, en dépit du fait qu’il soit une puissance à l’échelle de la région en matière de couverture par le réseau Internet. Cela serait surement du aux strictes restrictions imposées par le gouvernement iranien sur l’usage d’Internet, et notamment par la limitation de la vitesse de connexion. Mais le taux d’utilisation dépend aussi des infrastructures de communication.

Surfer dans un monde virtuel implique certaines exigences. Exemple : pour installer et lancer une application de SL, votre ordinateur devrait comporter certaines paramètres spécifiques (système d’exploitation, graphiques spécifiques…). Cela nécessite également une bonne connexion Internet.

Selon cette étude toujours, seulement 1% des utilisateurs de SL sont originaires du Moyen Orient (environ la moitié des usagers de la région à ce moment), et la moyenne actuelle d’usage (en heures) était également faible. Ceci était dû au faible taux de connexion haut débit au Moyen Orient et en Afrique  soit – 2,55% des connections au moment de l’enquête [17]. Ce faible pourcentage découle du manque d’infrastructures, et dans certains cas, du manque de volonté des gouvernements. Ceci justifie la faible pénétration et le faible taux d’usage des mondes virtuels dans cette région.

Du terrorisme virtuel

Le terrorisme islamique ne semble pas très présent dans les mondes virtuels, mais il est clair qu’il finira par y  trouver sa place, principalement parce qu’il est plus facile ici de communiquer, de faire du prosélytisme, de transférer et même de blanchir de l’argent, et ceci en plusieurs langues. De plus,  les terroristes islamistes ont de plus en plus tendance à se tourner vers les nouvelles technologies. Toutefois, il est clair  que, tant que les infrastructures des TIC n'auront pas été améliorées, les groupes terroristes continueront d’avoir recours aux mondes virtuels dans les pays occidentaux seulement, où le haut débit leur en facilite l’accès. Ces pays devraient par conséquent être plus exposés à ce péril islamique, mais pas au réel terrorisme.

Toujours à propos de terrorisme au sens large, un groupe virtuel dénommé le SL Liberation Army (SLLA) se bat contre « l’hégémonie » de la compagnie qui a conçu le programme, exerçant par d’autres moyens, des attaques terroristes virtuelles (“bombardements” et “tirs”). Il y a aussi certains utilisateurs ( les « affligeurs »), qui essayent, juste pour le plaisir généralement, d’interrompre le travail d’autres utilisateurs. On suppose qu’ils ne font partie d’aucune organisation. Certains  toutefois craignent que, tout comme les terroristes du 11 septembre l’ont fait, avec des simulateurs de vols, des factions de terroristes extrémistes s’exercent dans le monde virtuel pour ensuite passer à l’action dans le monde réel [18].

Les mondes virtuels, sur plusieurs points, fonctionnent sur le modèle du monde réel, et de l’argent réel y est impliqué. Par conséquent, puisque les infrastructures de communication se développent au Moyen Orient, et deviennent donc plus accessibles, l’on devrait s’attendre à ce que des terroristes et autres groupes criminels au Moyen Orient les utilisent de plus en plus, y compris via des attaques virtuelles  orchestrées par des islamistes fondamentalistes.

- http://www.itpics.co.il/ThePeoplePDF/infow-pdf/1350/79.pdf

[1] http://secondlife.reuters.com/

[2] http://www.vg247.com/2009/09/22/second-life-users-log-over-one-billion-hours-spend-over-1-billion-in-game/

[3] http://pal.muxlim.com

[4] http://www.alarabiya.net/articles/2009/04/20/71059.html

[5] http://www.youtube.com/watch?v=u0fugTBGuSk&feature=related

[6] http://secondter.wikispaces.com/Second+Life–+Current+Use-+Mosque+Situational+Report

[7] http://latimesblogs.latimes.com/babylonbeyond/2009/03/saudi-arabia-cl.html

[8] http://www.youtube.com/watch?v=dkaE8U8JQIQ&feature=related

[9] http://www.youtube.com/watch?v=_5OuWqyv8wI, http://www.youtube.com/watch?v=n-n8TEYryP4&feature=related, http://www.youtube.com/watch?v=tQcOlbBW66w, http://www.youtube.com/watch?v=qQAA9c3d1pQ&feature=related

[10] http://www.youtube.com/watch?v=zctOeO2D7jc

[11] http://www.fpif.org/fpiftxt/6388

[12] http://www.saudia-va.aero/indexen.asp

[13] http://www.youtube.com/watch?v=n7FqayH6OLo&feature=related

[14] http://www.virtualworldsnews.com/2008/10/stardoll-partners-with-maktoob-to-enter-arab-market.html

[15] http://www.redlightcenter.com

[16] http://secondter.wikispaces.com/Second+Life–Middle+East+User+Statistics

[17] http://secondter.wikispaces.com/Second+Life–Location+and+User–Middle+East+Broadband+Requirements+Estimate+

[18] http://secondter.wikispaces.com/Second+Life–+Current+Use-+Terror+Attacks+Estimate

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site