Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cambodge : Réactions au verdict du procès Douch

Plus de 30 ans après la chute du régime Khmer Rouge au Cambodge [en anglais], la première condamnation a été prononcée le 26 juillet 2010 par la formation de jugement des Chambres spéciales au sein des tribunaux cambodgiens, plus connue sous le nom de Tribunal Khmer rouge. Elle frappe Kaing Guek Eav alias Douch, un des quatre accusés, avec Nuon Chea alias Frère Numéro Deux, Ieng Sary, Ieng Thirith (alias Première Dame Khmer Rouge) et Khieu Samphan, inculpés de génocide, crime contre l'humanité et autres crimes de guerre.

Douch, le chef de la prison Tuol Sleng [en anglais], a été condamné à 35 ans de prison, réduites cependant à 19 ans du fait qu'il y a déjà passé 16 ans dont cinq ans de détention illégale ordonnée par le tribunal militaire en 1999. Ce verdict a suscité des réactions diverses de la part des institutions et des individus, en particulier de ceux qui ont souffert de l'ère Khmer Rouge. On peut les diviser en trois groupes.

En premier, ceux qui attendaient avec espoir le résultat du procès devant le tribunal Khmer Rouge saluent le verdict en souligant qu'il s'agit d'un moment historique pour le Cambodge et surtout pour les victimes des violations de droits humains. Sovachana Pou, un enseignant bénévole et blogueur qui a assisté aux audiences, a aussitôt écrit un billet où il exprime ses sentiments [en anglais, comme les liens suivants] :

Au sein de la chambre du tribunal, j'ai été avec plus de 500 personnes, pour la plupart des victimes, le témoin direct de la procédure judiciaire hybride. Ce fut une expérience émouvante et un événement historique pour toutes les victimes que d'avoir attendu plus de 30 ans pour trouver une forme de justice.

D'une part, Sophal Ear, un survivant du génocide qui avait fait une conférence remarquable sur TED sur le thème ‘j'ai réchappé des Khmers Rouges, en février 2009 à Long Beach, en Californie, évoque le souvenir de sa mère à l'annonce de la condamnation de Douch :

En cette circonstance capitale, je voudrais faire un retour en arrière en pensant à une victime des Khmers Rouges pour lui donner une voix : feue ma mère, Cam Youk Lim […] Elle n'aura pas vu ce jour, mais qu'importe, pour elle, justice serait inéluctablement faite par la voie bouddhiste. Elle avait décrété depuis longtemps que les Khmers Rouges étaient une peste karmique et qu'ils paieraient le prix de leurs crimes, sinon dans cette vie, du moins dans leur prochaine.

Un autre groupe de réactions réunit les déçus du verdict affirmant que la sentence est trop légère pour un criminel ayant supervisé l'exécution de plus de 14.000 personnes. Dans une lettre intitulée “L'ECCC n'a pas rendu justice au peuple du Cambodge” au rédacteur en chef du Phnom Penh Post, Jeffrey Serey Hola a mis en relief un communiqué de presse du Centre Cambodgien pour les Droits Humains (CCHR). Tanndis que celui-ci salue la réduction de la peine de prison de Douch comme un bon exemple pour les tribunaux du pays dont les pratiques en matière de détention soulèvent de sérieuses inquiétudes, Jeffrey remet en question la “légèreté” de la peine si l’ intention est de rendre justice aux victimes. Cela exigerait au minimum la perpétuité pour Douch puisque la peine de mort n'est pas légale au Cambodge.

Il est compréhensible que beaucoup aient voulu qu'il encoure une condamnation à mort, même si la peine capitale est illégale au Cambodge. La condamnation à seulement 19 ans d'emprisonnement pour Douch est trop clémente pour un meurtre de masse aussi brutal. Douch devrait au moins purger une peine à perpétuité […] Pour ceux qui ont vécu et subi de telles horreurs, comment cette condamnation pourrait-elle jamais être considérée comme justice ? Pour eux, ce n'est qu'une tape sur les doigts. Justice n'a pas été rendue pour le peuple du Cambodge.

Un sentiment partagé par Bernard Krisher, président d'American Assistance for Cambodia et éditeur d'un journal étranger local du titre de Cambodia Daily. Ecrivant depuis Tokyo, il a affirmé que la sentence du tribunal était trop légère et a réclamé la pendaison pour Douch.

En tant que survivant de l'extermination des Juifs par  les nazis dans les années 1930, pendant laquelle une grande partie de ma famille, y compris des frères et soeurs de mon père, ont péri dans les chambres à gaz de Hitler, j'ai suivi le procès des Khmers Rouges pour crimes de guerre et ai été déçu de la sentence relativement clémente reçue par les criminels de guerre allemands et japonais à leurs procès pour crimes de guerre, je trouve que Douch aurait dû être pendu […]

D'autre part, il y a un autre groupe qui n'approuve ni le tribunal Khmer Rouge ni le verdict de Douch. Dans un entretien avec la BBC, deux survivants cambodgiens ont pointé le problème de crédibilité du tribunal soutenu par l'ONU, étant donné qu'il n'a été créé que pour faire bonne impression sur la communauté internationale.

Toutes deux veulent voir condamnés les chefs suprêmes, ils ne se soucient guère du châtiment de comparses comme Douch, qui aurait été lui-même tué s'il n'avait pas suivi les ordres d'en haut.

Il est intéressant de noter que même au sein du gouvernement, les avis ont été partagés sur le verdict. Si le ministre cambodgien de l'information Khieu Kanharith est satisfait, celui des affaires étrangères, Hor Namhong est déçu de sa légèreté pour Douch.

Khieu Kanharith a déclaré dans un entretien à Radio VOA Khmer Service :

«វា​បាន​បង្ហាញ​ថា​ ទីមួយ​គឺការ​ប្តេជ្ញា​ចិត្ត​របស់​រាជ​រដ្ឋាភិបាល​កម្ពុជា ក្នុង​ការ​ស្វែងរក​យុត្តិធម៌​ជូន​ប្រជា​ពលរដ្ឋ​ខ្មែរ ​និង​ទីពីរ​ ​វាបាន​បង្ហាញ​អំពី​កម្រិត​ផ្នែក​វិជ្ជាជីវៈ​របស់​អង្គ​ចៅក្រម​របស់​យើង​ ក្នុងការ​ស្វែងរក​យុត្តិធម៌​ជូន​ប្រជាពល​រដ្ឋខ្មែរ»។

Premièrement, il marque l'engagement du gouvernement dans la quête de la justice pour les Cambodgiens et deuxièmement ceci montre le professionalisme des chambres.

De l'autre côté, Hor Nam Hong,  interviewé par Radio Free Asia, a exprimé son opinion personnelle :

«ដោយសារ​នេះ​ជា​ភារកិច្ច​របស់​តុលាការ​ខ្មែរ​ក្រហម រាជ​រដ្ឋាភិបាល​មិន​មាន​ជំហរ​អី​ទេ។ យោបល់​ផ្ទាល់​របស់​ខ្ញុំ ខ្ញុំ​ឃើញ​ថា វា​មិន​សមរម្យ បើ​ប្រៀបធៀប​ទៅ​នឹង​ប្រជាជន​កម្ពុជា​ស្លាប់​ជិត ៣​លាន​នាក់។ ប្រជាជន​កម្ពុជា​ដែល​គេ​យក​ទៅ​ធ្វើ​ទារុណកម្ម​នៅ​ទួលស្លែង ហើយ​សម្លាប់​នៅ​ជើងឯក​រាប់​សែន​នាក់​នេះ។ កាត់​ទោស​នេះ​ហាក់​ដូច​ជា​ស្រាល មិន​សម​នឹង​ចំនួន​ប្រជាជន​កម្ពុជា​ដែល​បាន​ស្លាប់»

Comme ceci est l'oeuvre du tribunal Khmer Rouge, le gouvernement n'a pas de position (sur la question). Ma position personnelle est que ce n'est pas approprié, surtout en comparaison avec les près de 3 millions de Cambodgiens qui sont morts. Des centaines de milliers de Khmers ont été torturés à Tuol Sleng puis exécutés à Cheung Ek (terrain d'exécution). Cette condamnation paraît un peu légère, sans rapport avec le nombre de personnes mises à mort. traduit par Khmerization.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site