Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Haïti : Dire non à Monsanto ?

Voilà déjà quelques années déjà que Monsanto est une entreprise controversée [en anglais], essentiellement parce qu'elle est un producteur majeur de semences génétiquement modifiées (elle vendrait pas moins de 90% de celles mises sur le marché américain) et a la réputation d'employer des méthodes discutables [en anglais] (dont un puissant lobbying politique, un contentieux impitoyable et des accords de licence qui léseraient les petits agriculteurs) pour assurer sa suprématie.

Et voici qu'entre en scène Haïti. Avec son économie déjà fragile qu'ont fait chanceler les effets du tremblement de terre du 12 janvier, le pays se débat, aux prises avec sa nouvelle réalité ; un approvisionnement alimentaire fiable est à l'évidence un souci majeur, et Monsanto essaie de mettre le pied dans la porte, au moyen d’“un don de semences conventionnelles de maïs et de légumes aux agriculteurs de Haïti, pour les aider à augmenter la production alimentaire et contribuer au relèvement à long terme après le séisme.” Le site internet de la compagnie reconnaît le tollé qui s'en est suivi, qu'elle écarte ainsi [en anglais, comme les liens suivants] :

Un petit groupe, utilisant les médias en ligne, a protesté. Ils ont d'abord prétendu que Monsanto donnait des semences génétiquement modifiées. Puis ils ont fait marche arrière et s'en sont pris au don de semences hybrides. Ensuite ils ont affirmé que c'était en quelque sorte une tentative d'introduire furtivement les semences GM dans le pays.

Imaginatif, certes. Mais exact, non.

Avec notre don de semences hybrides à Haïti, il s'agit d'agriculteurs, de population et d'alimentation.

Les agriculteurs haïtiens ont besoin de semences de bonne qualité, car meilleures sont les semences, meilleures sont les chances d'obtenir plus de nourriture de la même terre.

Les Haïtiens ont besoin de nourriture — de meilleure qualité, en plus grande quantité et plus nutritive.

Le site met aussi en ligne d'autres articles expliquant comment fonctionnerait la gestion et la distribution des semences en Haïti. Ce qui n'a pourtant guère apaisé les inquiétudes des opposants à Monsanto – ou, plus précisément, des agriculteurs haïtiens – qui, début juin, ont organisé une manifestation contre le “don” et ont brûlé plus de 400 tonnes de semences hybrides de maïs et de légumes de Monsanto. Les Haïtiens accueillent presque ces semences hybrides qui inondent leur secteur agricole comme de nouvelles répliques sismiques, les appelant carrément “un nouveau tremblement de terre”.

La Via Campesina (site internet d'une confédération paysanne mondiale) reports:

Selon Chavannes Jean-Baptiste, dirigeant du Mouvement Paysan de Papaye (MPP) et porte-parole du Mouvement Paysan National du Congrès de Papaye (MPNKP), la pénétration des semences Monsanto en Haïti est ‘une attaque puissante contre la petite agriculture, les paysans, la biodiversité, les semences créoles… et ce qui reste de notre environnement en Haïti.’

Alors que Monsanto est notoirement l'un des plus grands fournisseurs de semences génétiquement modifiées, les porte-parole de la société ont mis l'accent sur le fait que ce don particulier est de semences hybrides conventionnelles et non de semences OGM. Mais pour de nombreux paysans de Haïti, la distinction est d'un faible réconfort.

‘La base de la souveraineté alimentaire de Haïti est la capacité des paysans à épargner les semences d'une saison agricole à la suivante. Les variétés hybrides introduites par Monsanto ne produisent pas de semences pouvant être gardées pour la saison suivante, les paysans qui les utilisent seront forcés d'acheter d'une manière ou d'une autre de nouvelles semences à chaque saison,’ explique Bazelais Jean-Baptiste, un agronome de MPP qui dirige actuellement le projet ‘Semences pour Haïti’ à New York.

‘Qui plus est, ces semences requièrent de coûteux intrants en engrais synthétiques et pesticides que les agriculteurs haïtiens ne peuvent absolument pas s'offrir. Cela crée un degré dévastateur de dépendance et est en complète inadéquation avec la réalité de la paysannerie de Haïti. Les paysans haïtiens ont déjà des semences adaptées aux conditions locales, qui ont été développées pendant des générations. Ce qu'il nous faut, c'est un soutien aux paysans pour leur donner accès aux semences traditionnelles déjà disponibles.’

Les internautes sont à une écrasante majorité d'avis que le don de Monsanto à Haïti serait assorti de conditions, avec ce billet catégorique :

L'inquiétude des mouvements sociaux haïtiens ne se limite pas aux dangers des produits chimiques et a l'éventualité de futures importations d'OGMs. Ils proclament que l'avenir de Haïti est tributaire de la production locale, avec de la nourriture locale pour la consommation locale, ce qu'on appelle la souveraineté alimentaire. L'arrivée de Monsanto en Haïti, disent-ils, la menace encore plus.

Au moment de la manifestation prévue contre Monsanto, Twitter bruissait – @RAMHaiti s'est fait particulièrement entendre:

Le Grand Jour : l'org paysanne de Haïti manifeste aujourd'hui contre Monsanto !!

Le mouvement Paysan Papay organise une manifestation contre Monsanto aujourd'hui à Hinche

Monsanto, à ce que j'entends ; semences génétiquement modifiées, pesticides toxiques, brevets & procès accompagnent les semences, hausses de prix @sbois76.

org paysanne haïtienne élève la voix aujourd'hui contre Monsanto. Gouvt haïtien collabore avec Monsanto

Googlez Monsanto. Ils paraissent développer les dépendances, puis augmentent les prix et amènent procès, pesticides toxiques, etc @Saramouche

J'apprends qu'il y a 10.000 personnes à la manifestation anti Monsanto de Haïti

Un autre utilisateur Twitter, @HaitiRewired, a publié un lien dirigeant les lecteurs vers “une discussion vraiment intéressante et informée sur les semences hybrides en Haïti”.

Les blogueurs apportent aussi leur grain de sel. Elsie, une Haïtienne qui vit à Paris, commente sur son blog [Fr]:

Aux lendemains du tremblement de terre, toutes les stars y sont allées de leur petit chèque, un petit million par ci, deux par là, histoire de se donner bonne conscience et se faire une super promo aux yeux du monde. Puis, quelques jours plus tard, plus rien, tout le monde a oublié les habitants. A part peut-être la multinationale Monsanto, qui vient d’offrir 476 tonnes de semences aux agriculteurs haïtiens. Un geste solidaire et gratuit ? Vu le passé de l’entreprise, on se doute que non…

Elle fait un pas de plus dans ce billet, où elle met en ligne une vidéo et appelle l'offre de Monsanto un “cadeau empoisonné”. Après la manifestation, elle félicite les agriculteurs haïtiens de leur résolution et applaudit tous ceux qui les ont soutenus [Fr] ; The Haitian Blogger, de son côté, publie une fiche technique du don de Monsanto dans un billet intitulé “La lutte épique des agriculteurs haïtiens pour la survie”.

Pour la blogueuse de la diaspora Ezili Danto les choses sont très simples :

La colonisation de la nourriture et des semences de Haïti, ce ne sont pas des secours après séisme.

@RAMHaiti fait écho à sa position, en écrivant dans un récent tweet :

Les agriculteurs haïtiens étaient-ils conviés lorsque quelqu'un a décidé de changer l'économie haïtienne ? Le sont-ils maintenant ?

La discussion se poursuit sur Facebook.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site