Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

USA : La marée noire fait déborder les expressions de créativité

BP semble avoir enfin trouvé une solution pour colmater la fuite massive de pétrole qui ravage les côtes du golfe du Mexique depuis la mi-avril. Mercredi 4 août, l'opération “static kill” aurait repoussé le jaillissement de brut dans sa source souterraine par l'injection de 2.300 barils de boue dans le puits explosé. Les efforts pour sceller définitivement le puits se poursuivent.

La marée noire a laissé dans son sillage une catastrophe multiforme dont pâtissent les collectivités locales, l'équilibre écologique et l'avenir économique de la région côtière du golfe du Mexique. Le combat, les peines et pertes éprouvées par quantité de personnes ont conduit à un débordement d'expression créatrice. L'art est un refuge où il est possible d'envisager une conclusion moins amère à la tragédie qui se déroule dans son arrière-cour. C'est aussi un moyen de dialogue sur un profond sentiment de perte auquel aucune somme d'argent ne pourra jamais remédier.

Ces oeuvres se trouvent sur différents sites internet de médias sociaux, et relèvent de la performance et des arts visuels. La communication symbolique prend la place des mots, et les thèmes saisis sont le ridicule, l'éphémère, le sinistre, l'exaspérant et à l'occasion l'espérance.

Perspectives de l'éphémère

Sur le site de partage de photos Flickr, le photographe Lance Cheung publie une photo d'une plume saturée de pétrole sur une chènevotte de caoutchouc dans un petit bayou à Bartaria Bay, en Louisiane, où de nombreux oiseaux sont touchés par la marée noire. C'est une représentation abstraite où des détails réduits captivent l'attention avec un message fort.

“Plume mazoutée par la catastrophe pétrolière du Golfe sur une chènevotte” par Lance Cheung, juin 2010, CC-BY-NC-ND sur Flickr

Chansons parodiques

Les musiciens Mos Def, Lenny Kravitz, Preservation Hall Jazz Band, et Trombone Shorty ont fait équipe pour jouer et enregistrer une chanson intitulée “It Ain’t My Fault.” (‘C'est pas ma faute’) Ecrite par Mos Def et Ben Jaffe, qui est le joueur de tuba de Preservation Hall, la chanson est une réédition d'un standard New Orleans, avec de nouvelles paroles évoquant la récente catastrophe. Les fonds générés par les ventes du single (99 cents par téléchargement) et les concerts de bienfaisance sont virés au bénéfice des actions de sauvetage organisées par la Gulf Relief Foundation. La chanson est devenue un tube sur internet.

Le producteur de média citoyen 2 Cent a mis en ligne sur Youtube la retransmission d'un concert de bienfaisance.

Mos Def chante “It Ain't My Fault” au concert de collecte de The Gulf Aid à la Nouvelle Orléans le 15 mai 2010. Plus de 300.000 dollars ont été levés par la Gulf Aid Foundation. L'argent est réservé aux secours pour les villages de pêcheurs touchés ainsi qu'à la restauration et conservation des zones humides côtières.

Le blogueur Hip Hop Law explique en quoi la chanson reflète la posture politique par laquelle les auteurs de la catastrophe ont recouru à des accusations sans vergogne afin de minimiser l'impact des responsabilités.

This watercolor painted by Olivia Bouler appears on her Facebook page, Save the Gulf: Olivia's Bird Illustrations

Aquarelles de l'espoir

Olivia Bouler, une peintre âgée de 11 ans originaire de l'état de New York, a fait sensation avec son projet artistique pour aider la Société Audubon. Elle vend en ligne des aquarelles d'oiseaux pour aider l'organisation à lever des fonds pour les opérations de sauvetage de la faune sauvage de la côte du Golfe. Elle a permis de lever jusqu'à présent près de 200.000 dollars. Ses oeuvres sont visibles sur la page Facebook Save the Gulf: Olivia’s Bird Illustrations. Sa campagne artistique a aussi attiré l'attention d'America Online, un fournisseur majeur d'accès internet et de services de courriel, qui a fait en son nom un don de 25.000 dollars à la Société Audubon et l'a inscrite sur sa liste d'artistes vedettes. Elle parle de son expérience dans une vidéo mise sur Youtube par la Société Audubon.

Sinistre imagerie

Se définissant comme éclectique, piwacket33 a mis en ligne sur Youtube un montage vidéo dépeignant les effets de la marée noire sur la vie sauvage. Sous le titre “Larmes noires : la vidéo la plus triste du monde – BP a tué la planète”, le collage de photos est centré sur la mort et la cruauté infligées aux animaux par l'incompétence de BP.


Pickwack33 a réalisé un vidéo-montage composé de photographies dépeignant l'impact de la marée noire de BP Oil sur la faune sauvage du Golfe.

Demonstrators at a BP gas station in Manhattan on May28, 2010 by Michael Dolan CC-BY on Flickr

Théâtre de rage

Une autre forme créatrice de protestation contre la marée noire a été le théâtre de rue. Parmi les premiers à organiser une manifestation, un groupe de militants de Manhattan a protesté devant une station d'essence BP au croisement de Lafayette et Houston Street. Certains étaient vêtus de blanc et se versaient dessus de la peinture noire – pour symboliser le jaillissement du pétrole. L'information sur la manifestation a été diffusée par la page Facebook Protest BP. Sur Flickr, Michael Dolan partage les instantanés qu'il a pris en passant par là. L'enregistrement vidéo de l'événement a été mis en ligne par l'utilisateur Youtube Leeifac. On peut y entendre les activistes scander : “BP ton coeur est noir, reprends ton pétrole.”

Le ressentiment contre BP a alimenté de multiples protestations à travers les Etats-Unis et le monde. Sur Indymedia Londres, Tim Dalinian Jones a publié des photos d'une action de protestation à une station-service BP à Shepard's Bush le 10 avril, Fête à la pompe, où il dit que les gens ont dansé plus d'une heure au son de la musique en direct et enregistrée.

Manifestants de la Fête à la pompe à Shepard's Bush

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site