Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Venezuela : promouvoir l'art populaire à travers les blogs

[Les liens sont en espagnol] Au Venezuela, l'art populaire est une des expressions les plus authentiques de la vision que les communautés locales ont de la beauté qui les entoure. Par définition, ce type d'art est le plus souvent anonyme. Ricardo Ruíz, historien de l'Art à l’Universidad de los Andes, appelle art populaire, celui qui se trouve hors des conventions académiques (PDF), et qui, dans plusieurs cas, est considéré comme “ingénu” ou “rural”. Au départ, l'art populaire se définissait comme une expression propre à la campagne et ses exemples, dans la plupart des cas, étaient des pièces d'art pré-hispanique. Sa condition informelle a fait que l'art populaire a été pensé comme une expression folklorique de moindre importance que l'art académique. Mais l'auteur considère que le phénomène de l'art populaire, surtout au Venezuela, doit être compris comme un phénomène en mutation et qui se déplace vers différentes directions – les même directions que prend la vision des artistes sur la beauté, l'Histoire, la vie et la mort. Ces expressions atteignent désormais une nouvelle audience à travers d'Internet, un espace qui n'était pas accessible pour beaucoup de ces artistes.

Luis Acosta, un de ces artistes, a créé un blog pour la promotion des artistes populaires : la Guía de Artesanos. Quelques travaux d'un des artistes peuvent se voir sur cette vidéo.

Selon Luis Acosta :

La mayoría de (estos artistas) no disponen de los recursos tecnológicos que provee internet para darse a conocer (…) Esta iniciativa es gratuita e independiente (y) está sustentada por el trabajo voluntario…

La plupart de (ces artistes) ne disposent pas des ressources technologiques que fournissent Internet pour se rendre célèbre (…) Cette initiative est gratuite et indépendante (et) est maintenue par le travail bénévole…

Un autre projet dans lequel Luis Acosta et dix autres artistes présentent leurs travaux en ligne pour des expositions publiques est Aravaney. Le groupe se présente sur cette vidéo :

Dans ce blog, Acosta montre et promeut le travail de ses collègues artistes et artisans :

…me he dedicado al modelado en arcilla y a la pintura desde el año 1984 cuando vivia en caracas , mi ciudad natal, desde 1993 resido en valencia (Venezuela). La imaginería de las devociones religiosas populares de Venezuela , sus personajes típicos y figuras de nuestra historia, han sido los motivos de mi trabajo con la arcilla y la pintura durante estos años (…) en esta página quiero mostrar ese trabajo y también el de otros creadores y artistas populares de mi país y del mundo…

… je me suis consacré au travail de l'argile et à la peinture à partir de 1984 quand je vivais à Caracas, ma ville natale. Depuis 1993, je réside à Valencia (Venezuela). L'image des dévotions religieuses populaires du Vénézuela, ses personnages typiques et les figures de notre histoire, ont été les motivations de mon travail avec l'argile et la peinture durant ces années (…) sur cette page je veux montrer ce travail et aussi celui des autres créateurs et artistes populaires de mon pays et du monde…

Je te donne la lune et les étoiles de Luis Acosta – reproduit avec autorisation.


Elgar Ramirez, de Caracas, se consacre aussi à promouvoir les artistes populaires et leurs œuvres à travers les blogs. Sur son blog Artesanía en Tapara, Luis Acosta présente les œuvres faites à partir de graines, de bois et de taparas.

…el fin de este blog es promover y difundir a artesanos que elaboran piezas únicas e irrepetibles, de excelente calidad, en tapara, semillas, madera… Y con la posibilidad de contactarlos directamente.

… le but de ce blog est de promouvoir et de diffuser les artisans qui élaborent des pièces uniques et irremplaçables, d'excellente qualité en tapara, graines et bois… Et avec la possibilité de les contacter directement.

Dans cet album photo sont présentées les œuvres de Yaritza Molina. Cette artiste travaille avec des taparas dans la communauté de Palo Negro, dans l'Aragua.

Les formes de l'art populaire parcourent avec cette initiative les chemins qui n'ont pas été explorés auparavant. Des pièces qui étaient auparavant accessibles uniquement près du lieu où elles étaient faites peuvent être désormais vues autour du monde grâce aux avancés technologiques. Ceci est l'une des multiples manières par lesquelles l'art et la technologie se sont donnés la main ces dernières années. Ces espaces virtuels peuvent probablement servir à la divulgation de l'art et d'environnements peu connus, qui parlent de la vie et des savoirs d'un Vénézuela presque ignoré en dehors de ses frontières.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site