Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : La marée noire devant Bombay menace plages et mangroves

Si vous pensez que les dernières marées noires aux USA, en Australie, à Singapour ou ailleurs auraient pu être des coups suffisants à l'environnement et aux humains, préparez-vous à un traumatisme de plus, car cette fois c'est l'Inde qui en subit les ravages.

Srinivasan Sampathkumar de Triplicane, Chennai (Madras) informe de la dernière en date des marées noires près du port de Mumbai (Bombay) Nhava Sheva [les liens sont en anglais] :

Le 7 août (20)10, le porte-conteneurs MSC Chitra est entré en collision avec le MV Khalijia-III – à 8 kilomètres de la côte de Mumbai.
Agrandir le plan

La garde côtière a diffusé une alerte sur le déversement au large de la côte, la nappe couvrant une grande étendue, ce qui a aggravé la situation est la chute des conteneurs du Chitra, qui gîte dangereusement. Le MSC Chitra avait à son bord dans les 1200 conteneurs –  on craint que 200 soient tombés à la mer – 32 des conteneurs étaient remplis de matières dangereuses, selon les manifestes. Le MV Khalijia III renfermait dans les 26000 tonnes de pétrole, dont du diesel et une petite quantité de lubrifiant. La collision serait due à une erreur technique et de navigation de la part du MSC Chitra qui gîte près du JNPT [Jawaharlal Nehru Port Trust]. Selon ce qui a été rapporté, le navire s'apprêtait à accoster lorsqu'il a heurté l'autre. Après émission d'un SOS, tous les membres d'équipage ont été secourus. [..]

La garde côtière indienne a commencé les opérations de dispersion. Cinq bateaux ont été déployés sur zone. [..]

Bien que les opérations anti-pollution aient été immédiates, le confinement et la récupération de la nappe de pétrole sont gênés par la surface rocheuse et les conditions météorologiques et de marées.

L'impact se fait déjà sentir sur les côtes de Mumbai, où l'on retrouve poissons et animaux marins mazoutés. NDTV rapporte que la nappe de pétrole a pénétré la fragile ceinture de mangrove où elle peut endommager la flore et la faune. Les côtes bordées de mangroves vertes sont déjà enduites de mazout.

Neeta Jadhav a collecté des échantillons d'eau de différents endroits au sud de Mumbai pour détecter la pollution et voici ce qu'elle a trouvé :

Le rivage magnifique est déjà sous forte pression humaine, et voilà que les MSC Chitra et Khalijia ont l'ont encore alourdie. La mixture de pétrole et d'eau est connue sous le nom de ‘mousse’, une substance extrêmement collante qui s'accroche à toute vie et surface marines avec lesquelles elle entre en contact. Malheureusement, de nombreuses formes de vie marine s'y font piéger, tandis que certaines y nagent parce que cela ressemble à de la nourriture. La faune autre que les poissons et les mollusques, tels que mammifères, reptiles et oiseaux, qui vivent dans ou près de l'océan, est également empoisonnée par les déchets pétroliers.

Il s'est déjà écoulé environ 500 tonnes de pétrole. A part les tonnes de carburant, de diesel et de lubrifiants, 31 conteneurs renferment des pesticides. Nous étions inquiets de la marée noire, et maintenant, des conteneurs de pesticides se balancent sur la mer.

Les mangroves de Mumbai avec leurs flamants. Photo de Havelgotastory4u sur Flickr. CC BY-NC-SA

Debolina Raja Gupta était une habituée de la plage d'Uran pour sa beauté et son eau claire. Mais après la marée noire, elle trouve que :

La plage d'Uran qui avait autrefois le bonheur de posséder une eau propre et pure est maintenant dégoûtante – une décharge pour être précis. Alors que les conteneurs continuent à vomir les marchandises d'outre-mer – thé, café, biscuits et bien d'autres choses – les gens du cru n'ont pas perdu une minute pour s'emparer du butin. Et maintenant, ceux-là mêmes qui ont traîné tout le butin se plaignent de problèmes divers, causés par les divers produits chimiques.[..]

A mesure que la marée noire va continuer son invasion, les écologistes disent que les mangroves entières seront grillées et détruites – je ne veux pas que cela arrive un jour. Comme il n'y a aucune autre barrière entre nos habitations et la mer, à part les mangroves, cela aura pour conséquence de submerger les zones directement voisines des mangroves, c'est-à-dire, là où je vis aujourd'hui.

Le gouvernement indien a pris les mesures nécessaires, mais il reste beaucoup à faire. L'Institut de l'Energie et des Ressources (TERI) a proposé de nettoyer la saleté laissée par la marée noire avec son cocktail-maison breveté de bactéries appelé ‘Oil Zapper.’ Le procédé, qui utilise des bactéries pour nettoyer la nappe de pétrole, pourrait être mis en oeuvre pour en neutraliser les effets.

Debajyoti Dutta-Roy propose des solutions pour atténuer le désastre, et entre autres :

D'après ce que rapporte le Times of India, cela pourrait prendre de 6 à 8 mois pour renflouer le navire du haut-fond où il s'est échoué. Solution: un robot sous-marin peut être installé pour surveiller ce qui se passe dans le bateau et à l'entour.[..]

Comment dissoudre la nappe de pétrole. Solution : toute nappe de pétrole a son épaisseur maximum au centre. Le mieux serait donc de se concentrer sur le centre de la nappe, qui a la plus grande concentration.

Il faudra peut-être des mois pour contenir la marée noire et nettoyer la salissure. Mais le pire dans cette catastrophe, c'est que ces substances toxiques peuvent aisément pénétrer dans l'organisme humain et se transmettre aux générations futures. Y aura-t-il un jour des mesures de sécurité supplémentaires dans le transport maritime pour empêcher de nouvelles marées noires ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site