Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : Quand les victimes des incendies regrettent d'avoir défendu leur maison

Les suites des récents incendies en Russie remplissent les colonnes des principaux médias. Que ce soit reportages ou entretiens, victimes, volontaires, sauveteurs ou fonctionnaires, ce sont surtout les faits positifs qui sont mis en avant : on construit de nouvelles maisons pour les sinistrés, des indemnisations sont versées aux familles dont les maisons ont brûlé, vêtements et autres objets collectés sont envoyés aux survivants.

La blogosphère évoque pour sa part les victimes “silencieuses” des incendies : ceux qui ont lutté pour leurs vieilles maisons au lieu de tout laisser en plan et fuir leurs villages.

Natalia Radoulova (l'utilisatrice LJ radulova), une éditorialiste de l'hebdomadaire populaire russe “Ogoniok” [en russe], écrit sur ces personnes dans son billet de blog intitulé “Qui a réellement souffert des incendies en Russie” [en russe]. Munie d'un appareil photo de téléphone portable, Mme Radoulova est allée dans le petit village de Ioujny et a parlé avec ceux qui avaient choisi d'éteindre les incendies et de rester dans leurs maisons.

“Ils n'ont pas droit à une indemnisation,” écrit-elle, “on ne leur verse rien, ils ne recevront pas de maisons neuves dans des nouveaux villages modernes. Ils restent vivre dans des villages où ils n'ont pas l'électricité et où il ne reste qu'une poignée de maisons.”

Mme Radoulova explique que ceux qui décidèrent de fuir leurs villages dès le début des incendies vivent maintenant beaucoup mieux que ceux qui choisirent de rester combattre le feu :

Вот, к примеру, послелок Южный. Вот труба от сгоревшего дома. Его хозяину уже строят новый дом в поселке, где будет газ, горячая вода, ванная, туалет и проч. Он уже получил компенсацию, он выбирает из “гуманитарки” лучшие вещи, а б/у выбрасывает. Он живет в специализированном центре – они называют это “курорт”. Там им установили кондиционеры, их кормят три раза в день, им привозят много подарков. И такой вот Вася, вечный безработный, получив деньги на карточку, теперь ходит в магазин и “попивает винцо”, бросив дома своих коз, котов и собак. Его жизнь круто изменилась в лучшую сторону.

Voici, par exemple, le petit village de Ioujny. Voici la cheminée de la maison brûlée. On construit déjà pour son propriétaire une maison neuve dans un village, où il y aura le gaz, l'eau chaude, une salle de bain, des toilettes, etc… Il a déjà reçu une indemnisation, il choisit dans les colis d'aide humanitaire ce qu'il y a de mieux et il jette les vêtements usagés. Il habite dans un centre spécialisé, qu'on appelle “villégiature.” On leur y a installé des climatiseurs, on les nourrit trois fois par jour, on leur apporte beaucoup de cadeaux. Et ce Vassia, éternel chômeur, ayant reçu de l'argent sur un carnet, va dans un magasin et “se met au vin” après avoir abandonné chez lui chèvres, chats et chiens. Sa vie a brusquement changé pour le mieux.

А дальше, видите, стоит дом человека, который всю ночь сражался с огнем так, что у него белки глаз стали красными. Теперь он живет в почти вымершем поселке, где сразу же отключи свет и закрыли магазин: “Кто ж знал, что наше правительство вдруг так расщедриться. Думали, что все будет как обычно и нам самим придется восстанавливаться. Поэтому защищали дома самые активные, а старики и пьянь, те, кому на все посрать, сразу уехали”. Ему и его семье еще встречать зиму. Почти в чистом поле, где никто дороги от снега чистить теперь не будет. Чего их чистить-то ради парочки жителей?

Et plus loin, voyez, il y a la maison d'un homme qui a lutté toute la nuit contre le feu jusqu'à en avoir le blanc des yeux tout rouge. Maintenant il habite un village presque mort, où ils ont immédiatement coupé l'électricité et fermé les commerces. “Qui pouvait savoir que notre gouvernement serait soudain si généreux ? Nous avons pensé que tout serait comme d'habitude et que ce serait à nous de reconstruire par nous-mêmes. C'est pour cela que les plus actifs ont défendu leurs maisons, tandis que les vieillards et les ivrognes, ceux qui laissent tout à vau-l'eau, sont tout de suite partis.” L'hiver l'attend, lui et sa famille, presque en plein champ, où il n'y aura personne pour dégager les chemins de la neige. Pourquoi les dégager pour un couple de villageois ?

La discussion autour de ce billet s'est centrée sur la pauvreté endémique des villages russes et les inégalités de traitement par les autorités des victimes des incendies. L'utilisateur LJ bolshoi_zaitz écrit ainsi [en russe] :

По мне – если населенный пункт попал в зону пожаров – то надо давать компенсацию деньгами ВСЕМ жителям сгоревших деревень. Чтобы те, кто смог защитить жилье, понимали, что не зря это делали. И именно деньгами. Чтобы сами заключали договора на строительство. Можно регламентировать, конечно сроки и т.д. […] А так получается, что склонность забулдыг к халяве только неимоверно подстегнули.

Pour moi, il faudrait indemniser TOUS les habitants des villages brûlés si leurs localités sont tombées dans la zone des incendies. Pour que ceux qui ont réussi à défendre leur demeure comprennent qu'ils ne l'ont pas fait en vain. Et précisément avec de l'argent. Pour qu'ils puissent eux-même conclure des contrats de reconstruction. Bien sûr, il faut une réglementation, des délais etc. […] Sinon, le résultat, ce sera de stimuler incroyablement le penchant des ivrognes à vivre aux frais de la princesse.

Un autre utilisateur LJ, pr_woland a exprimé son inquiétude [en russe] que les ennuis ne s'arrêteraient pas là :

Вы еще не забудьте сколько всего разворуют, отмоют и пропилят на этих пожарах. Не погорельцы, конечно, а те, кто у распределительного вентиля сидит в кожаных креслах.

N'oubliez pas tout l'argent qui sera volé et blanchi sous le prétexte de ces incendies. Pas par les sinistrés, évidemment, mais ceux qui siègent dans des fauteuils de cuir à côté des tuyaux de distribution.

Un certain nombre d'auteurs de commentaires ont aussi affirmé que l'aide humanitaire aux sinistrés était volée ou donnée aux gens qui n'en avaient nul besoin ou n'avaient jamais été concernés par les incendies. Certains ont aussi exprimé leurs inquiétudes sur les maisons neuves construites pour les sinistrés, dans la certitude que les nouvelles constructions seraient de mauvaise qualité et pas adaptées aux rigoureux hivers russes.

Ce billet de blog, et les réactions de blogueurs montrent que peu nombreux sont ceux qui croient que l'aide aux victimes des incendies sera gérée efficacement et distribuée équitablement. Mais même au milieu des commentaires pessimistes, il y a de la place pour l'humour noir propre aux Russes. L'utilisateur LJ nikolo_m a noté gaiement [en russe] que “ceux qui n'ont pas brûlé cette année ont une chance de le faire l'an prochain, et on verra qui sera le plus chanceux.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site