Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Fête nationale sans faste au Pakistan

Avec toute la souffrance et la mélancolie qui sont l'ordinaire des Pakistanais moyens en ce moment, il n'est pas surprenant que la fête nationale (14 août) soit célébrée cette année dans la discrétion ; les sombres expressions de joie et les festivités organisées par le gouvernement se sont limitées à par exemple hisser le matin un drapeau d'apparat [les liens sont en anglais].

Les inondations au Pakistan ont déjà entrainé le déplacement d'environ deux millions de personnes et les ravages des forces brutales de la nature semblent ne connaître aucun répit. Actuellement, une autre vague de pluies et une autre série d'inondations s'ajoutent à la misère des Pakistanais dans tout le pays.

Drapeau pakistanais. Photo sur Flickr de takebackpakistan. CC BY-NC-ND

Les blogueurs ont utilisé divers moyens pour exprimer leur patriotisme. Farrukh Zafar, un blogueur de Karachi, souligne les accomplissements des Pakistanais au niveau international :

Aujourd'hui, sur 40 Pakistanais, 39 se plaignent, entre autres, de l'insécurité au Pakistan, des inondations, des accidents d'avion, des faux diplômes des hommes politiques, de la conduite éhontée du président,  du déclin de la performance de l'équipe de cricket du Pakistan. MAIS MOI, JE NE VAIS PAS ME PLAINDRE.

… Alors, est arrivé le mois d'août et une équipe du Lycée de Lahore (LGS, son sigle en anglais) 55-Main Gulberg, connu sous le nom de LGS Kabana du Pakistan, a gagné le concours de design d'installation spatiale – lié à la NASA, qui a eu lieu aux États-Unis ! …

Plus de détails dans : Je vous ai dit de respecter le Pakistan

Xainab, d'un ton légèrement déprimé, écrit sur son blog pourquoi les célébrations de la journée d'indépendance ont été modifiées:

Comment peut-on, je me le demande, célébrer l'indépendance quand nous n'avons rien fait pour la mériter ? Comment pouvons-nous nous réjouir pour la patrie quand elle est dévastée et ravagée sous nos yeux ? Comment  pouvons-nous nous donner des tapes dans le dos quand nous  sommes tout sauf de fiers Pakistanais ? Comment pouvons-nous aller voir les lumières quand tout autour de nous il n'y a qu'obscurité ? Comment pouvons-nous chanter et être joyeux, quand nous vivons chaque moment dans la peur d'une nouvelle catastrophe ?

Parlant de l'espérance et la solidarité en cette fête nationale, Sakina Younis écrit sur Pro-Pakistan.com:

Faisons tout ce qui est en notre pouvoir et prouvons au monde que nous sommes les véritables descendants d'une génération qui a compris les vertus du sacrifice, de l'espérance, la fraternité et la solidarité. Nous sommes Pakistanais, nous vivons sur une terre qui est née avec les principes de foi et de détermination. La lutte n'est pas un nouveau concept pour nous.

Plus dans Yaum-e-Azadi 2010

L'idée de ce billet n'est pas d'augmenter le désespoir et les problèmes du Pakistanais moyen. L'idée est de souligner que, compte tenu de tous les problèmes où est plongé le Pakistanais, ce pays reste assez fort pour se relever. Les gens ont encore l'espoir. Les gens ont encore la foi en eux-même. Ils ont toujours résisté et se sont levés à nouveau après ce désastre national.

Le Pakistan est certainement la terre des purs. Si seulement il était gouverné et administré de manière correcte, notre fête nationale aurait été plus joyeuse, plus heureuse!

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site