Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Jordanie : “Reema, tu ne dois pas être morte pour rien”

Une tragédie vient de nous frapper.

Je n'aurais jamais cru qu'on en arriverait là. Que j'en arriverai à écrire une nécrologie sur la plus chère et la plus proche de toutes mes tantes. Ma tante Reema, qu'Allah la bénisse, 35 ans, mère de 2 filles et d'un garçon, a été lâchement abattue durant son sommeil. Le meurtrier est son mari.

Le blogueur Aboosh commence par ces mots la poignante et émouvante nécrologie qu'il dédie à sa tante [les liens suivants sont en anglais ou en arabe].

Dans la province de Jerash, en Jordanie, Reema a été abattue par son mari pendant son sommeil [en arabe]. La raison de ce meurtre ? Son mari pensait qu'elle était victime de sorcellerie, et qu'elle le tuerait en premier. Il a expliqué qu'un “homme de confiance” lui aurait dit que sa femme était envoutée par un meurtrier.

Dès lors, il semble évident que la victime, une professeur d'anglais de 35 ans, mère de 3 enfants, a souffert pendant plusieurs années de maltraitance physique et morale de la part de son mari.

Aboosh met en lumière le rôle de modèle que Reema a joué, particulièrement auprès des jeunes femmes jordaniennes.

Ma tante est (et je refuse de dire était) la définition même de la jeunesse, du potentiel et un exemple jordanien de femme dirigeante. Dans sa vie, qui a été écourtée, elle a reçu un immense soutien et de l'amour de chaque personne qu'elle a rencontrée, ou qui a croisé sa route. Elle est un exemple pour chacun, par son niveau d'éducation, sa persévérance et son élégance.

Au 21ème siècle en Jordanie, {…}. Son travail en faveur des universités , des écoles et des études supérieures a aidé une centaine de jeunes filles là où elle vivait.

Au 21ème siècle en Jordanie, elle se présente comme le modèle de meneuse, travaillant contre toute attente à réformer l'environnement dans lequel elle vit, à proposer un meilleur futur à ceux qui suivent ses traces, et à faire émerger des profondeurs la révolution que nous attendons tous.

Au 21ème siècle en Jordanie, tante Reema est un modèle pour toutes les musulmanes du monde : un modèle de conservatisme et de modernisme, qui adhère aux valeurs culturelles locales, et qui réussit là où beaucoup ont échoué.

Au 21ème siècle en Jordanie, ma tante Reema AbdulHafez Al-Abed a été abattue dans son sommeil.

Aboosh refuse de laisser Reema mourir en vain, et demande à la Jordanie d'agir pour qu'un mieux sorte de cette tragédie. Il demande au gouvernement d'apporter son soutien et sa protection aux femmes maltraitées. Il demande au gouvernement de se focaliser de faire de la prévention pour ce qui est des “sorciers”, de leurs mensonges, et de les responsabiliser pour le nombre incalculable de crimes dont ils sont la source.

Aboosh lance aussi un appel à la société jordanienne sur ces problèmes, estimant qu'elle  “tient le rôle le plus important” pour le changement. Il préconise ce qui suit :

1.Tous les dirigeants de mosquée, et les conseillers tribaux doivent éduquer les membres de leur communauté sur le rôle et les responsabilités des hommes envers leur femmes, et comment les traiter avec respect et dignité.

2. Les centres locaux pour femmes doivent éduquer les femmes sur leurs droits et les moyens d'éviter les maltraitances physiques et morales.

3. Les femmes ne devrait pas tenir le rôle de bouc émissaire pour protéger leur nom et leurs enfants. Nous avons vu ce que cela coûte !

4. Nous devons en finir avec les mariages entre cousins et cousines au second degré. La plupart des mariages entre proches finissent par refléter les vieilles tensions entre les membres de la famille.

5. Tous ces menteurs qui se proclament sorcier ou qui pratique la sorcellerie doivent être dénoncés et envoyés en prison y pourrir, là est leur place.

Les blogueurs ont réagi en soutien à l'appel de Aboosh, et ont diffusé le message.

Jansait met l’accent sur les problèmes de condamnation en Jordanie, là où les femmes ont très peu accès à la protection familiale et l’honneur peut servir les deux parties dans les cas de meurtre.

Jansait demande:

Combien de femmes doivent mourir avant que nous ne nous réveillions ? Avant que notre gouvernement et/ou le roi Abdullah et la reine Rania ne fassent quelque chose ? Sérieusement, ces âmes ne sont pas des jouets ! Ces femmes sont la racine, la source, et le reflet du futur de la Jordanie. Quel futur se présente à nous ?

Jansait pose également le problème sur Twitter, appelant la famille royale à prendre des mesures.

"le 15 000ème tweet lui est dédié, à elle et à toutes les femmes qui sont mortes en vain en Jordanie avec aucune réaction du gouvernement".

D'autres, comme Majd, soutiennent l'appel d'Aboosh pour obtenir la condamnation de ceux que l'on appelle les “sorciers” :

@Aboosh. Tu as raison. Étape 1: les gens doivent être tenus au courant de ces incidents. 2: Travailler main dans la main pour arrêter ces "sorciers"

[note de l'auteur: سحرة est le mot arabe pour sorcier]

Jansait demande aux internautes d'agir :

"S'il vous plait, ne passez pas votre chemin après avoir lu..prenons part au changement et faisons quelque chose..des femmes sont assassinées en Jordanie pour rien !"

Et les membres de Droits des femmes au changement ont agi et ont lancé une pétition, pour une prise de conscience, et pour mettre aussi la pression sur le gouvernement afin qu'il le changement. Elle commence ainsi:

Famille royale et gouvernement,

En tant que figures de l'Autorité en Jordanie, je vous demande de vous prononcer et de convertir toutes les lois en actions pour les crimes violents qui touchent les femmes en Jordanie. Pour faire de Reema, femme de 35 ans, mère de 3 enfants, abattue pendant son sommeil par son mari sans aucune raison, la dernière victime.

Outre le changement dans l'application des peines, la pétition appelle à la mise en place d'abris et de centres de médiations pour les femmes victimes de violences, en zone urbaine comme en zone rurale. La pétition peut être signée ici.

Les lecteurs ont laissé des centaines de messages sous l'article consacré à la mort de Reema, exprimant leur indignation, mais aussi présentant leur condoléances, comme ici :

لا حول ولا قوة الى بالله ان لله وان الية لراجعون
Il n'y a ni changement ni force, si ce n'est par Allah. Nous appartenons à Allah, et c'est vers Lui que nous retournons.

Alors que Aboosh, sur son blog, réaffirme une sincère détermination à pousser la société jordanienne à tirer les leçons du meurtre de Reema :

Nous REFUSONS de te laisser mourir inutilement.
Nous aurons le courage de surmonter ta perte tragique la tête haute, et montrer au monde ce que tu nous a enseigné et que tu continues à nous enseigner.
Tu éclaireras la route par ta mort, comme tu le faisais lorsque tu étais en vie.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site