Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les blogueurs russes révèlent l'augmentation de la mortalité

"De l'air", photo de Maxim Troudoloubov, prise le 4 août 2010 à Moscou

Les médias sociaux ont joué un rôle primordial lors des incendies de forêt sans précédent en Russie. La blogosphère russe a fourni [en anglais] des centaines d'exemples de première main et des preuves exclusives de la catastrophe. Elle a également mis en évidence le manque de responsabilité et de transparence du gouvernement russe, contrairement aux médias traditionnels contrôlés par l'Etat. Elle a aussi fourni un outil de mobilisation sociale et d'entraide, substituant à l'incurie des autorités la responsabilité sociale des internautes (comme décrit ici et ici [en anglais]).

Cependant, les médias sociaux ont joué un rôle encore plus important lors d'un problème sensible en particulier : ce sont les blogueurs qui ont fait part de l'augmentation soudaine du taux de mortalité parmi les habitants de Moscou début août. Le smog, combiné avec des températures très élevées et la pollution de l'air, a créé des conditions atmosphériques qui se sont avérées insupportables pour les personnes âgées et celles souffrant de maladies cardiaques et d'asthme. Par conséquent, de nombreux décès ont été enregistrés par les médias traditionnels [en anglais].

Tout d'abord, les responsables publics ont nié l'augmentation du taux de mortalité. Ensuite, Andreï Seltsovsky, responsable des services de santé de Moscou, a brisé [en russe] le silence au bout de plusieurs semaines : ” le taux moyen de mortalité dans la capitale oscille normalement entre 360 et 380 décès par jour. Aujourd'hui, nous en avons environ 700″.

La ministre de la Santé Tatiana Golikova a déclaré [en russe], cependant, que les chiffres de  Seltsovsky étaient trompeurs et ne pouvaient être considérés comme officiels. Au même moment, de nombreuses rumeurs selon lesquelles le nombre réel de décès n'avait pas été divulgué, mais aussi que les membres des services de santé de Moscou n'avait pas le droit d'enregistrer la chaleur ou le smog comme cause de décès, couraient dans le monde des médias.

Cependant, à l'époque des médias sociaux, la mort est une chose difficile à dissimuler. Dans les blogs, la mort devient plus publique et personnalisée, car souvent les blogeurs écrivent sur leurs propres vies. Non seulement les blogueurs ordinaires ont parlé de la situation médicale due aux incendies et à la chaleur, mais les professionnels de la santé et les médecins bloguaient également, partageant les témoignages sur les différentes “rumeurs”.

Le premier billet qui a abordé le problème de l'augmentation du taux de mortalité et qui est à l'origine d'une notable polémique a été écrit par la membre de LJ mamako le 7 août dernier. La blogueuse affirme travailler à l'hôpital et décrit [en russe] l'horreur des morgues “surchargées” et des conditions extrêmes des services de l'hôpital :

[…] В корпусе открыты все окна, задымление в коридорах, палатах, операционных, процедурных, перевязочных, туалетах и в большинстве ординаторских – такое же, как и на улице. В отделении реанимации окна закрыты, гари от этого не меньше, но разносится зловоние от гниющих при 40 градусах повязок и испражнений.
За прошедшие сутки в больнице умерло 17 человек. За позапрошлые – 16. К сегодняшнему утру за прошедшие сутки в морге больницы оказалось 65 трупов – наши плюс … из окрестных квартир. Трупы складывают в подвале стоя – холодильники уже заняты.
Скорая пачками везет стариков с фактическим тепловым ударом, под страхом увольнения скорой запрещено выставлять диагноз “тепловой удар, перегрев” ( потому что у нас – не жарко, у нас в городе – все в порядке).

[…]

Такая же ситуация по всем московским больницам.
Кроме, наверное – и к сожалению, – ЦКБ.
P. S. До Кремля по прямой – от силы – 10 км. Только кого это интересует?

Dans notre bâtiment, toutes les fenêtres sont ouvertes, il y a de la fumée dans les couloirs, les blocs opératoires et les salles de soin, les salles de bain et dans la plupart des cabinets des médecins. Dans le service de réanimation, les fenêtre sont fermées, mais cela n'atténue pas la fumée, et  ça pue les pansements qui pourrissent à une température de 40 degrés et les excréments.
Ces dernières 24 heures, 17 patients sont décédés. Hier 16 sont décédés. Ce matin, la morgue a reçu 65 cadavres, les nôtres, et ceux des appartements avoisinants. Les cadavres sont placés debout au sous-sol, les frigidaires sont pleins.
Les ambulances amènent à longueur de journée des personnes âgées souffrant de choc thermique, mais les médecins du service des urgences sont menacés de licenciement s'ils diagnostiquent “un choc thermique, une surchauffe” (parce qu'il ne fait pas chaud ici, tout va bien dans notre ville).
[…]
La situation est identique dans tous les hôpitaux de Moscou. A part à la Clinique Centrale (la clinique principale pour les hommes politiques et les VIP), malheureusement.
PS : Elle se trouve à 10 kilomètres du Kremlin. Mais qui cela intéresse-t-il ?

Ce billet a été re-publié par des dizaines, si ce n'est des centaines, de blogs et est à l'origine d'une forte polémique. De nombreuses personnes ayant commenté sur ce billet estiment qu'il s'agit d'un faux. Un des membres du groupe Antideza_ru LJ créé pour lutter contre la désinformation, a analysé [en russe] le billet de façon critique : tout d'abord, la condition dans laquelle se trouvent les patients est la responsabilité de l'auteure, l'auteure devrait être licenciée, elle devrait travailler et non bloguer ; ensuite, certains détails fournis dans le billet ne sont pas crédibles (par exemple, personne ne met un cadavre debout dans une morgue). Cependant, un peu plus tard, Life.ru a publié [en russe] une photo soutenant l'information du membre LJ mamako sur l'interdiction de diagnostics liés à la chaleur.

La membre de LJ Mamako a annulé son blog quelques heures après avoir publié son billet controversé. Un autre billet populaire a subi le même sort –  lettre ouverte au Premier Ministre Vladimir Poutine [RUS] du membre de LJ top-lap. Dans les deux cas, les blogs ont été ré-ouverts dans les jours qui ont suivi. La membre de LJ Mamako explique qu'elle avait annulé son blog car les journalistes curieux l'avaient harcelée ainsi que sa famille : ainsi, selon un article publié dans le Komsomolskaya Pravda, Mamako, aurait été victime [en russe] elle-même d'un choc thermique et serait surtout une menteuse.

Malgré les attaques sur la crédibilité du billet de Mamako, la blogosphère continue de fournir des détails sur les conditions de vie terrifiantes dans les hôpitaux de Moscou. Le membre de LJ koteljnik a publié [en russe] une lettre écrite par son ami médecin :

В кабинете у меня, если не открывать окно 34-35 градусов, а если открыть, то задыхаюсь! Сокращать рабочее время или назначить дежурства за доп. плату не собираются! Мы согласны помогать людям – это наш долг, но государство может и нас поддержать малость! Нам не могут купить даже вентиляторы, на всю поликлинику 3 холодильника, где можно охладить воду, чтоб не умереть от жажды! Даже не все необходимые лекарства могут вместиться в имеющиеся у нас холодильники […]! Но нам велено не шуметь!!!

Si je n'ouvre pas la fenêtre de mon bureau, il fait 34-35 degrés, et si je l'ouvre, j'étouffe. Personne ne va réduire les horaires de travail ou offrir de payer des heures supplémentaires ! Cela ne nous dérange pas d'aider les gens, c'est notre devoir mais l'Etat pourrait nous soutenir un peu ! Ils ne peuvent même pas nous acheter des ventilateurs, il y a seulement 3 réfrigérateurs dans l'hôpital dans lesquels nous pouvons garder de l'eau fraîche afin de ne pas mourir de soif ! Il n'y a même pas assez de place dans les frigidaires pour conserver tous les médicaments nécessaires […] mais on nous demande de nous taire !

La membre de LJ  molitva-i-post a écrit [en russe] un billet sur son grand-père qui est décédé à cause de la canicule :

скоро 24 часа как умер дед. дедушка до сих пор лежит в квартире, за окном +35. мы накрыли тело мокрой простыней и закрыли окна, чтобы замедлить разложение. дверь подоткнули мокрым одеялом.
[…]
на момент 9 вечера по москве уже было 800 трупов. максимальная выработка службы 300 в день. ни одной дополнительной бригады им не выделили. дед распух. будут хоронить в закрытом гробу. когда заберут, неизвестно.[…]

Ça fait presque 24 heures que mon grand-père est décédé. [Son corps] est toujours dans l'appartement, il fait 35 degrés dehors. Nous avons couvert son corps avec un drap humide et avons fermé les fenêtre afin de ralentir la décomposition. Nous avons calfeutré la porte avec une couverture mouillée. Nous n'arrivons pas à joindre les services funéraires […], les services funéraires payants ne fonctionnent pas. […]
[…]
A 21 heures, heure locale, 800 personnes étaient déjà décédées. Les services funéraires peuvent transférer uniquement 300 cadavres par jour. Aucune équipe supplémentaire n'a été affectée [pour aider]. Grand-père est boursouflé. Nous l'enterrerons dans un cercueil fermé. Aucune infotmation sur le jour où on l'emmènera de toute façon.

Et encore une fois, le billet a été republié par de nombreux blogueurs. Certaines personnes qui ont laissé des commentaires ont essayé d'aider. Le membre de LJ lion_casserole a donné [en russe] des instructions détaillées sur la conservation des cadavres lorsqu'ils restent à la maison pendant longtemps. Pourtant, de nombreux blogueurs pensent que ce billet est également un faux. Certaines réactions étaient [en russe] loin d'être respectueuses :

Если описанное правда – то это яркий пример тупого ленивого русского, который сидит и ждет приезда царя, который за него г.вно уберет. Если описанное неправда (что скорее всего) – то автор – наглый тролль, который танцует на чувствах хомячков.

Si l'histoire ci-dessus est vraie, il s'agit d'un bon exemple d'un Russe stupide et fainéant qui attend assis l'arrivée d'un tsar qui fera le ménage derrière lui. […]. Si cette histoire est fausse (et c'est certainement le cas), alors l'auteure est un troll ignoble, qui s'amuse des sentiments des hamsters [“utilisateurs” en argot].

Molitva-i-post n'a pas répondu à ses attaquants. Mais quelques jours plus tard, elle a publié une photo de son grand-père décédé et a écrit que son corps a finalement été transféré 12 heures après, ce qui est relativement rapide en comparaison avec le temps moyen d'évacuation des corps à Moscou ces derniers temps.
Les blogueurs ont continué à fournir des détails sur les décès à Moscou. Le membre de LJ petunder a laissé un commentaire sur le billet controversé de Mamako :

С утра читал эту запись и не верил. Но несколько часов назад у меня умерла мама. От жары. Сердечная недостаточность. Приехала скорая, поставила диагноз и быстро уехала к следующим умершим. Пять минут. По их словам куча умерших. Приехал милиционер, сказал, что весь день только и занимается, что ездит оформлять умерших. Труповозку ждать до утра, у них аврал. агенты даже не звонят – видимо клиентов больше, чем агентов.

J'ai lu ce billet ce matin et n'y ai pas cru. Mais il y a quelques heures, ma mère est décédée. De la canicule. Arrêt cardiaque. Une ambulance est venue, les docteurs l'ont diagnostiquée et l'ambulance est partie vers le prochain mort. Cinq minutes. Les médecins disent qu'il y a beaucoup de personnes décédées. Un policier est venu et a dit qu'il ne faisait qu'enregistrer des décès toute la journée. Le [service de transferts des corps] ne viendra que demain matin, il sont [complets]. Même les agents des services funéraires ne viennent pas, il y a sûrement plus de clients que d'agents.

Marina Litvinovich, une blogueuse connue a confirmé [en russe] l'histoire :

Подтверждаю. Все так. Полторы недели назад, когда умер мой дед, все было так же.

Je confirme tout. Il y a 10 jours, quand mon grand-père est décédé, tout s'est passé de la même façon.

Anton Nossik, un des pionners de RuNet, décrit [en russe] la nouvelle relation entre les autorités et la blogosphère, tel qu'elle ressort de la couverture de ces événements :

Есть информация в блогах, где каждый как бы говорит сам от себя, а есть официальная точка зрения. […] С той или иной задержкой официальные источники нам подтверждают то, что мы уже читали в блогах. После 10 лет строительства Вертикали и десятков миллиардов, вбуханных в «Электронную Россию», неспособность властей создать штаб и обеспечить поступление информации — впечатляет.

Il existe l'information des blogs, et chacun parle pour lui-même, et il existe également une version officielle des événements. […] Tôt ou tard, les sources officielles vont confirmer ce que nous avons déjà lu dans les blogs. Après 10 ans de construction de la Verticale du pouvoir et des dizaines de milliards dépensés pour la “Russie électronique”, le manque  de services centraux d'information est vraiment impressionnant.

Dans ce contexte, les blogueurs russes ont joué un rôle supplémentaire en plus de la fourniture de détails tragiques sur les conséquences de cette catastrophe. Ivan Begtin, blogueur et expert en informatique, a découvert que les autorités moscovites avaient publié [en russe] sur leur site Internet les derniers chiffres du taux de mortalité dans la capitale russe. Il a écrit [en russe] :

Данные за 2010 год там есть, вплоть до июля 2010 года, однако, как ведается про такое понятие как открытые данные они совсем не знают и таблички в виде которых они публикуют информацию малопригодны для работы. Приходится их конвертировать и преобразовывать в нечто более пригодное.

Il existe les données pour 2010, qui couvrent la période jusqu'à Juillet 2010, mais elles semblent ignorer le concept de données ouvertes et les tableaux qu'ils publient sont inutilisables. Par conséquent, j'ai dû les convertir en quelque chose de plus significarif.

Betgin a publié plusieurs graphiques qui montrent une forte augmentation du taux de mortalité à Moscou en juillet dernier. Ainsi, la blogosphère russe a non seulement partagé des histoires personnelles, mais a également fourni une analyse des données officielles, ce que le gouvernement n'avait pas effectué.

From Ivan Begin blog:
Analyse comparative des taux de mortalité en 2009 et 2010, par Ivan Begtin.

Le rôle des médias sociaux dans la communication d'informations sur l'augmentation du taux de mortalité suites aux incendies a montré la place unique de la blogosphère à la place des médias traditionnels actuels en Russie. Jusqu'à l'émergence d'Internet 2.0, le gouvernement bénéficiait d'un monopole de l'information sur la mortalité et pouvait la manipuler. La tâche était relativement simple étant donné que les institutions qui traitaient de la mort pouvaient utiliser la protection de la vie privée et la sensibilié comme excuses pour le manque de transparence dans ce domaine.

Depuis l'émergence des médias sociaux et des blogs personnels, les catastrophes affectant un grand nombre de personnes ne peuvent plus être dissimulées, comme cela se passait auparavant dans certains Etats non démocratiques. Les blogs ont non seulement permis de dévoiler ce phénomène dramatique, ils lui ont conféré de la force, en personnalisant ces histoires et en créant une impression d'intimité avec les personnes touchées par cette catastrophe. La prise de conscience de l'augmentation de la mortalité a émergé grâce aux blogs, réduisant ainsi la capacité des autorités de contrôler le contenu des informations et de minimiser l'ampleur de la catastrophe afin d'éviter de prendre leurs responsabilités.

Cependant, comme le fait remarquer [en russe] le membre de LJ notolerance, il existe des secteurs que les médias sociaux ne peuvent pas atteindre :

это детский лепет по сравнению с тем что сейчас происходит в камерах и тюрьмах

Ce n'est [rien] en comparaison avec ce qui se passe dans les prisons et dans les cellules.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site